« mars 2010 | Accueil | mai 2010 »

15 posts from avril 2010

30/04/2010

Le magazine Trends cite Restauration21

Dans son article sur le commerce équitable pulbié dans le tout dernier numéro du magazine Trends, la journaliste Véronique Lopez tente d'y voir plus clair sur le sujet et reprend les propos de  Restauration21.

Téléchargement DISTRIBUTION_Tendance_Produits_equitables[1]

Atelier-Mandarine accueille le chef Christian Ernst pour déjeuner solidaire

Atelier-Mandarine Restauration21 avait été l’un des vecteurs d'information de l’initiative (1). Au début de l’année, Atelier-Mandarine, restaurant d’insertion situé à Aix-en-Provence (13), et sa dynamique présidente Maryse Meziat recherchaient un chef renommé désireux de s’impliquer dans la promotion de l’art culinaire en réalisant un plat du jour, à l'heure du déjeuner en semaine dans à l’atelier, avec les personnes en formation.

Mardi 27 avril, le chef de cuisine marseillais Christian Ersnt (restaurant Le Moment) était aux fourneaux. Un déjeuner qui a fait la une du journal La Provence : http://www.laprovence.com/article/aix-en-provence/le-chef-christian-ernst-au-menu-de-latelier-mandarine.

Le chef d’un jour numéro 2 est déjà programmé. Le 31 mai, Christophe Fourmillier, professeur de cuisine à l’école hôtelière d’Aix-en-Provence, reprendra le flambeau épaulé par les personnes en formation de l’Atelier-Mandarine. Au menu : mise en bouche « Capuccino de courgettes  au chèvre pignon et cressin » suivie d’une « Queue de lotte rôtie calabraise et croquant de légumes » (12,90 euros).

Les chefs intéressés par  une collaboration d’un jour avec  le restaurant d’insertion peuvent prendre contact avec Jean-Pascal Léger, jp.leger@tr6.fr, Atelier-Mandarine, 22 bis Bd Schweitzer, 13090 Aix-en-Provence, tél : 04 42 52 39 52,  www.atelier-mandarine.fr

 (1) http://restauration21.typepad.com/restauration21/2010/01/a-aixenprovence-ateliermandarine-cherche-chef-renomm%C3%A9-pour-d%C3%A9jeuner-responsable.html

ECOCERT présente l’ESR, un nouveau référentiel « Equitable, Solidaire et Responsable »

Ecocert équitable ECOCERT (organisme de contrôle et de certification agréé par l’Etat) dont le cœur de métier  consiste à contrôler sur le terrain la bonne application du Règlement européen de l’agriculture biologique par les producteurs et les fabricants,  met en place un référentiel qui allie les notions de commerce équitable et de bio, pour les produits alimentaires, cosmétiques et textiles. B Il s’adresse à des opérateurs souhaitant valoriser leur implication dans des projets alliant agriculture biologique et commerce équitable. La traçabilité est garantie tout le long de la filière, les produits étant contrôlés à la fois selon les règles de l'agriculture biologique et celles du commerce équitable.

Pour que le produit final puisse bénéficier de l’appellation «Ecocert Equitable», quatre grands principes doivent être respectés par les opérateurs des
filières :

En matière de responsabilité environnementale, le référentiel ESR impose l’adoption de bonnes pratiques tout le long des filières: modes de production biologique, protection de la biodiversité, vigilance sur les aspects énergétiques, la gestion de l’eau et des déchets…

En matière de responsabilité sociale, dans les pays de production, les conditions de travail fixées par les conventions de l’OIT (Organisation Internationale du Travail) doivent être respectées : absence de travail des enfants, non discrimination, liberté d’association et d’expression, existence d’un salaire décent… Ce contrôle s’effectue aussi bien au niveau des organisations de producteurs que des usines de fabrication.

En matière de solidarité économique, les importateurs des filières ESR s’engagent dans un projet de solidarité sur le long terme dont l’objectif est le développement social, technique et économique des communautés bénéficiaires. Ils s’engagent sur un prix minimum permettant aux producteurs de bénéficier de prix stables et d’investir pour l’avenir. De plus, ils financent un fonds de développement permettant l’amélioration de la qualité de vie des producteurs et de leurs familles. Enfin, un appui technique est apporté aux structures de production, permettant la valorisation des savoir‐faire techniques locaux, l’amélioration de la qualité, le soutien à l’organisation des
producteurs …

En matière de transparence, le consommateur final d’un produit « Ecocert Equitable » a accès à des informations détaillées concernant l’origine géographique du produit, le contexte économique, social et environnemental dans lequel il a été produit, et des aspects plus précis concernant le prix équitable, le pourcentage d’ingrédients équitables… ECOCERT contrôle que ces informations se retrouvent bien sur l’étiquette du produit fini ou sur le site internet de la marque.

ECOCERT intervient directement dans près de 80 pays, par le biais de ses filiales implantées à l’étranger, pour contrôler et certifier des produits, systèmes et services, principalement dans le secteur environnemental.

29/04/2010

Malongo relance la caféiculture à Sao Tomé et Principe

Malongo, premier torréfacteur de cafés issus du commerce équitable labellisés Max Havelaar en France,  confirme son engagement dans le commerce équitable en développant un partenariat original avec Sao Tomé et Principe, un des plus petits pays d’Afrique (superficie : 1001 km²) situé dans le golfe de Guinée à 350 kms des côtes du Gabon.

Le projet élaboré par Malongo prévoit la mise en place d’un programme de  développement global ayant pour objectifs de relancer la production de café pour atteindre 300 tonnes par an d’un grand cru d’arabica, et de renforcer l’agriculture vivrière et de mettre en valeur un patrimoine historique unique au monde, la roça (plantation) de Monte Café.

Le  projet s’est concrétisé grâce à l’appui de bailleurs de fonds internationaux tels que le Fonds International de Développement Agricole (FIDA) et, l’Agence Française de Développement (AFD).

Un programme d’appui sera mis en place et appliqué pendant 2 cycles de 3 ans. Le premier cycle, démarrant dès cette année, permettra l’émergence d’une filière café organisée respectant le cahier des charges de FLO/Max Havelaar et les pratiques de l’agriculture biologique. Le deuxième cycle visera  l’indépendance financière et l’autonomisation progressive de la coopérative de caféiculteurs.

25/04/2010

Des produits locaux sur les cartes… l’idée creuse son sillon à Paris

Localbiobag Xavier Denamur, restaurateur parisien, et Xavier Guille, locavore convaincu et créateur de l’appli-jardin(1), ont un projet ambitieux : convaincre les restaurateurs parisiens qu’il est possible de mettre à leurs cartes des produits agricoles cultivés dans le bassin parisien. Pour joindre le geste à la parole, ils lancent le Localbiobag, une proposition de panier de légumes bio locaux et de saison, cultivés à La ferme « Les plaisirs du jardin » à Cergy (Val d’Oise) à 30km de Paris, destinés aux particuliers et vendus à la Belle Hortense, l’un des établissements du premier. C’est cette  démarche « circuit court » que les  deux Xavier ont décidé d’étendre vers  les restaurateurs.

«Tout le boulot que l'on met en place consiste effectivement à amener les restaurateurs à acheter des produits bio, locaux et de saison dans des proportions acceptables pour ne pas à avoir à augmenter leurs prix. Il s’agit de 10 à 20% de plats ou de produits bio inclus dans leurs menus sur lesquels ils pourront communiquer et constater l'impact que cela peut avoir sur leur fréquentation et la demande de la part de leurs clients.  Et ils seront fournis par  les agriculteurs » explique Xavier Denamur. Côté approvisionnement,  l’idée et le challenge consiste à trouver des d'agriculteurs en nombre voulant travailler en direct avec les restaurateurs. « D’un côté, les agriculteurs sont isolés et de l’autre, les restaurateurs  ne savent plus où commander et comment organiser cette filière, complète Xavier Guille, la mise en place de notre réseau est  aussi de un moyen d’identifier  quels sont les mécanismes qui freinent le développement de cette économie alors que la demande de la part des clients est grandissante ».

Leur cible : les bistrots et restaurants dans un rang de prix abordable moins de 40 euros par personne. « Le but consiste à tirer les restaurateurs vers le haut et à promouvoir notre secteur avec une image positive autour de la table avec la transparence sur les produits fournis, la qualité de l'accueil, le cadre, le respect des législation, la politique salariale », poursuit  Xavier Denamur.

 Crédit photo: Robert Hunter pour rebusparis.com

http://www.lesplaisirsdujardin.com/

www.appli-jardin.com

Le Localbiobag  c’est , par exemple,1 botte de persil, 1 botte thym, 1kg pomme de terre ditta, 1 radis noir poids d'horloge 400g, 1 salade rougette de Montpellier 200g, 1 botte de petits oignons blancs 500g, 1 botte de radis  roses 400g, 200g d'épinards, 200g de jeunes pousses de Blette, 1 botte d'oseille 100g. Le contenu du panier change toutes les semaines, en fonction des produits récoltés. 16 euros sur réservation.

(1) 1er coach de potager pour téléphone intelligent (Iphone)

Journaliste spécialisée restauration et développement durable

Albums Photos

La newsletter de Restauration21

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Transgourmet Origine

  • Fournisseur de référence pour les restaurateurs

CHEF'ECO

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Green Access

  • Pour réduire vos émissions de CO2

ECLEKTIC

  • Inscrivez votre activité dans une perspective durable

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le Climat

  • Un menu