« juin 2011 | Accueil | septembre 2011 »

4 posts from juillet 2011

18/07/2011

Tri et collecte des biodéchets : le décret est paru

Serez-vous un "gros producteur" de déchets organiques ? Promis pour l’été, le décret sur le tri et la collecte des biodéchets est paru le 12 juillet dernier, selon un communiqué du Ministère de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement. Le décret définit les modalités de tri et de collecte séparée pour les producteurs de biodéchets qui produisent plus de 60 litres d’huiles usagées ou 10 tonnes de biodéchets par an. Cette obligation entrera progressivement en vigueur entre 2012 et 2016. Sont concernés la restauration collective, l’industrie agro-alimentaire, le commerce alimentaire et l’entretien des espaces verts. Les acteurs majeurs du marché traiteur pourraient aussi avoir à faire leurs totaux.

"L'obligation pour les producteurs de biodéchets et d'huiles alimentaires usagées de procéder à une collecte sélective permettra aux filières de valorisation des déchets de disposer d'un gisement de matières premières de plus en plus important. C'est un signal fort en faveur des biocarburants issus des déchets, qui permettent de réduire notre dépendance aux énergies fossiles, tout en limitant nos émissions de CO2", commente Nathalie Kosciusko-Morizet via le communiqué de presse.

On estime à 150 g environ les déchets générés part l’élaboration, le service et la consommation d’un repas dans la restauration.

Le décret définit les  biodéchets comme des « déchets dans lesquels la masse de biodéchets représentent plus de 50 % de la masse des déchets considérés, une fois exclus les déchets d’emballage ». Ce sont des déchets « non dangereux alimentaires ou de cuisine issu notamment des ménages, des restaurants, des traiteurs et des magasins de vente au détail, ainsi que tout déchet comparable provenant des établissements de  production ou de transformation des denrées alimentaires ».

Il précise également que :

« La valorisation de ces déchets pourra être effectuées directement par le producteur ou le détenteur ou être confiée à prestataires lorsque la valorisation n’est pas effectuée sur le site de production ».

« Lorsqu’une personne produit ou détient des biodéchets sur plusieurs sites ou dans plusieurs établissements, le seuil s’apprécie en fonction des quantités produites ou détenues sur chaque site ou chaque établissement ».

Les biodéchets contenant une fraction crue de viande ou de poissons, les liquides autres que les huiles usagées ne sont pas concernés par ces dispositions.

Texte

12/07/2011

MediaUnderground pointe Restauration21 comme outsider auprès des chefs de la restauration collective autogérée

MediaUnderground_Logo Le volet Restauration collective autogérée du  baromètre semestriel des pratiques média sur le secteur de la RHD élaboré par l’Observatoire MediaUnderground est disponible. 301 chefs de cuisine en restauration collective autogérée ont été interrogés. 64 % d’entre eux utilisent internet à des fins professionnelles, et 2 % d’entre eux citent Restauration21 comme site consulté. Selon MediaUnderground, l’Observatoire des pratiques médias en RHD, les catalogues distributeurs constituent le premier vecteur d’informations auprès des chefs de la restauration collective autogérée, contre 50 % pour les salons et 43 % pour la presse professionnelle « papier ».

L’Observatoire MediaUnderground, élaboré par l'agence Mediapolitain, spécialisée en FoodService, étudie par segment les comportements des professionnels de la restauration commerciale, et de la restauration collective, dans 2 volets par an.

Créé en octobre 2009, Restauration21 affiche à ce jour, selon l’outil de statistiques fourni par l’hébergeur, une moyenne de 103 pages lues par jour,  349 notes en lignes et un total de 64 402 pages vues depuis le sa création. Une newsletter hebdomadaire est adressée à près de 600 destinataires, tous acteurs du secteur.

Renseignements : mediaunderground@mediapolitain.com.

Les Vatel Concepts Award 2011, c'est ce soir !

Vatel, première école en Europe d'Hôtellerie et de Tourisme, invite tous les deux ans, ses étudiants à imaginer un concept d’hôtellerie ou de restaurant dans le cadre du Développement durable.  Cette année, le thème choisi est le restaurant gastronomique du futur. Les six équipes finalistes de cette seconde édition proviennent du monde entier : Paris, Lyon, Mexico, Bangkok, Québec et Moscou. Elles soutiendront leur dossier à l’oral aujourd'hui, en fin d'après-midi,  Paris devant un jury composé de professionnels, et dont Restauration21 fait partie.

A quoi ressemblera le restaurant gastronomique en 2020 ? Les  étudiants Vatel du monde entier ont « Imaginé, en 2020, un concept de restaurant gastronomique à la pointe de l’art de la table, s’inscrivant dans une optique écologique et durable, au sein d’un Resorts Hôtel & Spa, lui-même appartenant à l’un des plus grands groupes hôteliers reconnus mondialement.

Les contrainte sont multiples : S’inscrire au cœur des plus grandes zones touristiques du monde, être ouvert toute l’année, recevoir une clientèle internationale, véhiculer des valeurs saines, privilégier le confort, la convivialité et le bien-être. Les six équipes finalistes devront défendre leur dossier devant un jury composé des directeurs d’établissements Vatel, de professionnels du secteur, d’architectes, de designers, et d’un journaliste.

Pour convaincre le jury, les concepts imaginés ont pour objectifs d’obtenir le Label Green Globe, d’avoir un management interculturel, d’intégrer le standard de responsabilité sociétal SA 8000 tout en plaçant au premier plan le luxe, le bien-être et la santé. Réponse ce soir à  l’occasion de la Convention Internationale Vatel au cours de laquelle seront célébrés les 30 ans du groupe !

 www.vatel.com

Coup d’envoi de « Manger bio et local en entreprise » en Rhône-Alpes

Corabio et FL Conseil ont lancé l’opération « Manger bio et local en entreprise » mercredi 29 juin dans les nouveaux locaux de la Région Rhône-Alpes à la Confluence. Le projet consiste à accompagner 5 restaurants d’entreprise dans l’introduction de produits biologiques locaux avec un objectif de 20 % de ces produits en 3 ans : le CEA Grenoble et Eurest, Casino St Etienne et R2C, l'Hôpital Leon Bérard et SHBC, France Telecom-Orange et Sodexo et IFP Energies Nouvelles et Elior Restauration. Selon Corabio qui est la  Coordination Rhône-Alpes de l’Agriculture Biologique, « la clé de réussite [du bio en restauration collective, ndlr] repose sur une introduction progressive et régulière de produits bio disponibles localement ». En 2011, 46 % des restaurants collectifs proposent des produits bio ne serait-ce que de temps en temps.

Les premiers audits menés par FL Conseil et Corabio ont démarré cette semaine dans les cinq restaurants d’entreprises. Grâce à ce programme, 5 000 familles pourront être sensibilisées à l’intérêt de manger des produits issus de l'agriculture  bio locale. Ce qui multiplierait   les  débouchés pour les plateformes de producteurs et  l’ensemble des fournisseurs en bio de la restauration collective régionale.

Lire la suite "Coup d’envoi de « Manger bio et local en entreprise » en Rhône-Alpes" »

Journaliste spécialisée restauration et développement durable

Albums Photos

La newsletter de Restauration21

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Transgourmet Origine

  • Fournisseur de référence pour les restaurateurs

CHEF'ECO

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Green Access

  • Pour réduire vos émissions de CO2

ECLEKTIC

  • Inscrivez votre activité dans une perspective durable

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

Bon pour le Climat

  • Un menu