« août 2012 | Accueil | octobre 2012 »

15 posts from septembre 2012

27/09/2012

Les Orangeries, premier restaurant français distingué par la SRA

SRALe restaurant écolabellisé  les Orangeries à Lussac-Les-Châteaux (86) a reçu 3 étoiles décernées par la  SRA ( Sustainable Restaurant Association). C'est le premier établissement français a être distingué par l'association anglaise. 

Pour découvrir la démarche éco-responsable mise en place par Olivia Gauthier, lire les articles suivants publiés sur Restauration21 : 

Un menu "carbon light" aux Orangeries

 

Affichage environnemental : 3 hôtels et des entreprises agro-alimentaires se lancent dans le test grandeur nature

 

A propos de la SRA :
Raymond Blanc devient le président de l'association anglaise de la restauration durable

24/09/2012

Un guide de l'achat public de fruits et légumes frais

Photo©Restauration21Durant l'été, le Ministère de l'Economie et des Finances a mis en ligne  un guide de l'achat public de fruits, légumes et pommes de terre à l'état frais destiné aux acheteurs publics. Validé le 27 avril 2012 par le Conseil scientifique de l'Observatoire économique de l'achat public (OEAP), ce nouveau document  remplace le guide du GEMRCN n° F9-02 du 28 janvier 2003, relatif aux fruits, légumes et pommes de terre à l'état frais. Il vise à apporter une aide à la formulation et à l'exécution des commandes publiques pour ce type de produits.


Les fruits et légume de  "4e gamme", c'est à dire parés, découpés, prêts  à cuisiner ou à servir,  ne sont pas concernés par ce guide, de même  que les fruits et légumes secs et séchés.


Les acheteurs trouveront des informations sur la réglementation des produits sous signe de qualité, notamment les produits biologiques, les exigences minimales de qualité et de maturité, ainsi que les tolérances admises dans leur appréciation.


Au sommaire également : les circuits courts, l'achat public éco-responsable, la gestion des bio-déchets et des recommandations aux opérateurs de la restauration qui souhaitent communiquer sur le caractère bio de leurs produits.

 

A lire également sur Restauration21 : Un guide sur les achats publics issus du commerce équitable

Photo©Restauration21

21/09/2012

Les 2 Vaches conjuguent bio et proximité

PUBLI-REDACTIONNEL
Les 2 VachesEn un peu plus d'un an, 14 éleveurs de Basse-Normandie ont rejoint  le projet "Reine Mathilde" initié par Les 2 Vaches pour construire une filière durable de lait biologique. Leur production est destinée à l'usine du Molay Littry qui fabrique yaourts bio et crèmes desserts bio sous la marque Les 2 Vaches. Cette offre bio et locale permet aux professionnels de la restauration commerciale et collective normande de s'affranchir du dilemme bio et/ou circuit court. "Les restaurateurs ont soit la contrainte soit l'envie de proposer des produits bio, mais ils veulent aussi réaliser des achats responsables, en cohérence avec leur démarche d'approvisionnement", souligne Hélène Le Person, directrice du marketing et du développement commerciale chez Danone Professionnel.

 

"Reine Mathilde" associe donc les volets économique et social et définit le cadre d'une relation durable avec  les producteurs partenaires : un contrat sur 7 ans (dont 2 de conversion) et un prix d'achat du litre de lait bio supérieur au conventionnel. "En amont, c'est un enjeu de pérennité  pour la filière, souligne Daniel Tirat, DG de Les 2 Vaches, en aval, c'est une réponse aux gestionnaires pour tendre vers le seuil de 20 % de bio dans les cantines, selon l'objectif du Grenelle de l'Environnement". 


Des kits pour les cantines
Dans les restaurants, des affiches pédagogiques et des chevalets de table expliquent aux convives l'organisation de la filière dédiée de la production normande.  Des opérations et animations spécifiques  dans les cantines scolaires peuvent être organisées à la demande des gestionnaires et des chefs.  Renseignements sur le site www.pro.danone.fr

20/09/2012

Bio en restauration commerciale : l'obligation de certification entrera en vigueur le 1er octobre

Photo©Restauration21 (2)A partir du 1er octobre 2012, les restaurants affichant la mention bio pour un ingrédient, un plat ou la totalité de leur carte devront respecter le cahier des charges du bio en restauration commerciale. Le document comprend 3 niveaux d’engagement en termes d’offre de restauration bio ainsi qu’un dispositif de contrôle correspondant à chacun de ces 3 niveaux et au type de restaurant (indépendant ou chaîne).

 

Des lignes directrices en matière de communication - utilisation du logo officiel français de l’agriculture biologique ou des termes bio/biologique - sont également définies. Les règles  de communication et de transparence vis-à-vies des clients dépendent du niveau d'engagement.

 

Courant octobre, le Synabio mettra à la disposition des professionnels un document de 4 pages résumant les grandes lignes du cahier des charges et présentant les bonnes pratiques des acteurs certifiés de la filière restauration commerciale bio. Une fiche intitulée "Les produits biologiques en restauration commerciale en 10 questions/réponses" est également en ligne.

 

Le premier niveau d'engagement, pour  un restaurateur, consiste à introduire un ou plusieurs ingrédients bio parmi les différents produits proposés à la carte.

 

Lire la suite "Bio en restauration commerciale : l'obligation de certification entrera en vigueur le 1er octobre " »

"L'équitable n'est pas un système de charité"

Photo©Restauration21Le 18 septembre, Jean-Pierre Blanc, DG des Cafés Malongo,  a présenté son nouveau concept de boutique rue Saint-André des Arts à Paris (VIe). L'occasion de lui demander d'expliquer en quelques mots sa vision du café équitable et de sa place sur le marché de la restauration et de l'hôtellerie.


Quels sont les atouts du café équitable ?


Jean-Pierre Blanc - L'équitable n'est pas un système de charité. Le café équitable est  produit de qualité qui véhicule une  valeur sociale et une valeur économique. Ce type de commerce garantit un prix minimum aux agriculteurs, une  prime pour le  bio et un accompagnement dans le développement des zones rurales et  des puis carbone. C'est un échange d'égal à égal avec les petits producteurs. On achète tel ou tel café parce qu'il est bon. Le Développement durable est une petite partie du commerce équitable. Le label Max Havelaar est contrôlé par Flo Cert, c'est une garantie pour le consommateur.

 

Lire la suite ""L'équitable n'est pas un système de charité"" »

Journaliste spécialisée restauration et développement durable

Albums Photos

La newsletter de Restauration21

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Transgourmet Origine

  • Fournisseur de référence pour les restaurateurs

CHEF'ECO

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Green Access

  • Pour réduire vos émissions de CO2

ECLEKTIC

  • Inscrivez votre activité dans une perspective durable

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le Climat

  • Un menu