« septembre 2013 | Accueil | novembre 2013 »

17 posts from octobre 2013

28/10/2013

Panier local, un extranet commercial pour acheteurs et producteurs de bio en circuits courts

Jjdcgbbi - CopieCommander en ligne des produits bio, élaborer des menus qui respectent les recommandations du GEMRCN, faire vivre l’agriculture de proximité…  les désirs des acheteurs et cuisiniers de la restauration collective ne font pas long feu faute de visibilité sur l'offre. Ludovic de Beaurepaire a développé un logiciel de commande mettant en connexion acheteurs et producteurs et dont la  clé d’entrée est le menu.

" Sauté de porc aux carottes" : la fenêtre s’ouvre sur la liste des ingrédients bio à commander et sur les quantités disponibles. Car côté offre, la plate-forme est alimentée par le catalogue des fournisseurs locaux (par exemple ceux de MBIM (1) et de Biocoop Restauration).

 

"Comme les produits bio proposés sont tous disponibles, l’entrée par la recette permet d’augmenter les volumes commandés, ce qui permet de structurer l’offre", explique Ludovic de Beaurepaire. "On peut même imaginer passer les commandes en octobre pour les fruits de printemps", poursuit-il. L’avantage de ce système : regroupés en un collectif qui gère les prix, les producteurs ne sont pas mis en concurrence. "Jusqu’à présent, les initiatives menées ont eu pour objectif de structurer la demande et d’aider à la gestion des appels d’offres. Mais comme cela met en  concurrence les producteurs, les prix sont tirés vers le bas et seuls les plus gros s’en sortent", souligne encore  le prestataire informatique.

 

Lire la suite "Panier local, un extranet commercial pour acheteurs et producteurs de bio en circuits courts" »

Un guide pour aider les traiteurs parisiens à donner leurs surplus

Elaboré par la Mairie de Paris, dans le cadre du plan national de lutte contre le gaspillage alimentaire porté par le Ministre délégué en charge de l’agroalimentaire, en concertation avec un groupe de travail constitués de traiteurs, d'associations et de logisticiens, le guide a vocation à organiser la redistribution immédiate des invendus aux personnes en difficultés, en systématisant la revalorisation des surplus. Il recense les différents produits revalorisables et les conditions nécessaires pour permettre cette revalorisation en direction des publics ciblés (personnes très exclues, prises en charge par les accueils de jour pat exemple).

 

"L’enjeu est de créer un système pérenne de revalorisation des surplus alimentaires issus des traiteurs parisiens. L'un des défis est d'absorber des quantités variables de surplus à des dates non-prévisibles" explique le document.

Lire la suite "Un guide pour aider les traiteurs parisiens à donner leurs surplus" »

24/10/2013

Werner & Mertz : bientôt des produits d'hygiène professionnels "Cradle to Cradle"

Cradle-to-cradleLe groupe familial allemand Werner & Mertz, leader européen des produits ménagers écologiques, va introduire dans ses gammes professionnelles Green Care et Tana  des produits labellisés "Cradle to Cradle". Ceux-ci seront présentés à l'occasion du salon Interclean, du 6  au 9 mai 2014 à Amsterdam.

 

Littéralement "du berceau au berceau", le label "Cradle to Cradle" fait référence au principe de l'économie circulaire  qui vise à réduire globalement l’impact d'une activité sur l’environnement en permettant aux ressources puisées de retourner dans un nouveau cycle biologique (la biodégradation) ou technologique (le recyclage). Cradle to Cradle® est développé par l’EPEA (Environmental Protection Encouragement Agency) dont les exigences  couvrent 5 domaines majeurs : l'utilisation de matières sûres et non toxiques (emballages et ingrédients), l'éco-conception en vue de la réutilisation des matières, notamment par recyclage ou compostage, la prédilection pour les énergies renouvelables et gestion du carbone, la gestion de l’eau, et la responsabilité sociale.

 

Lire la suite "Werner & Mertz : bientôt des produits d'hygiène professionnels "Cradle to Cradle"" »

23/10/2013

Les distributeurs-grossistes en boissons s'attaquent à la gestion des emballages "perdus"

FNBLes distributeurs-grossistes en boissons assurent auprès de leurs clients  des CHR la collecte des emballages re-remplissables (aussi appelés "consignés"). Fûts métalliques en inox, bouteilles en verre consignées, ils les acheminent auprès des conditionneurs en vue de leur réutilisation.  La consignation de ces deux formats permet d'économiser l'équivalent de 500 000 tonnes de déchets par an. En parallèle, les établissements du circuit CHD utilisent des emballages boissons perdus (verre, PET, carton, canette en acier), c'est à dire à usage unique, qui finissent à la poubelle dans les déchets ménagers, au mieux dans un bac de collecte adapté à la nature de l'emballage, pour le verre par exemple. Plusieurs milliers de tonnes par an sont prises en charge par le service public, soit, selon l'ADEME, 85 % des emballages perdus de boissons.

 

La Fédération nationale des boissons (FNB) engage une réflexion sur  la reprise des emballages de boissons perdus auprès de ses clients via la logistique retour déjà mise en oeuvre pour la récupération des emballages réutilisables et sur leur envoi vers leurs filières de recyclage.  Jusqu'à 400 000 tonnes d'emballage dit perdus pourraient être repris en logistique retour à l'échelle nationale. "Nous lançons le service et il appartient a chaque entreprise de définir son offre de service" souligne Laure Bomy, directeur général de la FNB.

 

Lire la suite "Les distributeurs-grossistes en boissons s'attaquent à la gestion des emballages "perdus"" »

22/10/2013

Ecocert sort un label pour la restauration collective

EcocertPrésenté lors du Salon Natexpo, le nouveau référentiel "En Cuisine" élaboré par Ecocert (organisme de contrôle et de certification de produits biologiques) pour la restauration collective s'appuie sur un cahier des charges construit sur 3 niveaux autour de l'engagement de la cuisine (en auto-gestion ou concédée) en faveur des produits bio et locaux, de l'aspect sain des produits servis et de la démarche en matière de protection de l'environnement engagée par l'établissement. 

 

"C'est une démarche progressive qui permet de flécher un parcours, les critères sont en adéquation  avec le terrain" explique Lise Pujos, chargée de développement chez Ecocert.

 

Le niveau 1  qui valide 10 % de produits bio implique ainsi de passer à 20 % dans les 4 ans à venir. De même que le niveau 2 demande que le gaspillage soit mesuré et fasse l'objet de mesures chiffrées de réduction. Au niveau 3, les détergents écologiques deviennent obligatoires.

 

Lire la suite "Ecocert sort un label pour la restauration collective" »

Journaliste spécialisée restauration et développement durable

Albums Photos

La newsletter de Restauration21

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Transgourmet Origine

  • Fournisseur de référence pour les restaurateurs

CHEF'ECO

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Green Access

  • Pour réduire vos émissions de CO2

ECLEKTIC

  • Inscrivez votre activité dans une perspective durable

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le Climat

  • Un menu