276 posts categorized "Restauration collective"

21/12/2018

A Lyon, le Centre Léon Bérard, SHCB et le chef Christian Têtedoie signent un partenariat

SHCB-Centre Léon Bérard-TêtedoieLe Centre Léon Bérard à Lyon (69), son prestataire de restauration SHCB et le chef Christian Têtedoie viennent de signer un partenariat. Objectif : proposer aux patients atteints de cancer pris en charge par le Centre de lutte contre le cancer de Lyon et Rhône-Alpes des repas plus variés et élaborés en fonction des  contraintes alimentaires liées à leur pathologie.  Ce qui, sur un an, représentera une trentaine de nouveaux plats par saison parmi les 120 préparés par les chefs de SHCB. Tous les jours, 1 400 repas par jour sont cuisinés sur place et 27 déclinaisons de menus spécifiques réalisées.

 

«Lorsqu’on sert aux patients des repas qu’ils ont envie de manger, c’est aussi une manière de prendre soin d’eux », souligne Christian Têtedoie. Le chef et la brigade de SHCB ont élaboré une méthodologie de travail. Chaque saison, deux après-midi théoriques au cours desquels les échanges portent sur le choix des aliments convenant à la pathologie cancéreuse précèdent 4 autres demi-journées d’application en cuisine qui permettent d’élaborer les 30 fiches de recettes du trimestre. A l’issue de ces sessions, le chef teste et valide les plats préparés pour la saison.

 

Lire la suite "A Lyon, le Centre Léon Bérard, SHCB et le chef Christian Têtedoie signent un partenariat" »

10/12/2018

Sogeres signe une charte de bonnes pratiques des approvisionnements locaux avec la ville d’Orléans et la Chambre d’Agriculture du Loiret

A l'occasion de l’inauguration de la nouvelle légumerie de sa cuisine centrale, la ville d’Orléans (45) et Sogeres ont signé une charte de bonnes pratiques des approvisionnements locaux avec la Chambre d’Agriculture du Loiret. Objectif :  soutenir et développer l’agriculture territoriale, en valorisant les savoir-faire de la production agricole locale dans le Loiret et plus largement dans la région Centre Val de Loire en servant la restauration collective via la société de restauration collective délégataire. Actuellement, 55 % des produits sont issus de l'agriculture loirétaine, le reste provient  d'exploitations situées dans un rayon de 150 kilomètres. Cette proportion de produits issus des circuits courts devrait atteindre plus de deux tiers des produits dans les 10 prochaines années.

 

Lire la suite "Sogeres signe une charte de bonnes pratiques des approvisionnements locaux avec la ville d’Orléans et la Chambre d’Agriculture du Loiret " »

07/11/2018

Le coût matière d'un repas composé de 32 % de produits bio est de 1,88 € en moyenne à la cantine

Rapport Un plus Bio2018Les chiffres du second rapport de l'Observatoire de la restauration collective bio et durable, animé par Ecocert, fondateur du label « En cuisine », l'association Un plus Bio et le Programme de recherche de Lascaux, démontrent qu'il est possible de faire du bio majoritairement local et qui ne coûte pas plus cher en restauration collective. Les 3 401 sites de restauration (crèches, écoles, collèges et maisons de retraite, soit 239 collectivités) de l'échantillon étudié, affichent un pourcentage d'introduction de 32 % de produits bio (en valeur d'achat) pour un coût matière de  1,88 € contre 1,5 € à 2 € pour un repas conventionnel.  Un montant  qui varie selon le type de structure : sur l'année scolaire 2017-2018, les collèges qui affichent 24 %  d'achats bio ont le coût matière le plus élevé avec 1,91 € tandis que les Ehpad, avec 32, 8 % de produits bio ont un coût matière de 1,77 €.

 

Plus de bio local en gestion directe

Pour compenser le surcoût d'achat des aliments bio, les collectivités activent différents leviers : lutte contre le gaspillage alimentaire, diversification des protéines dans les menus, travail accru des produits bruts et de saison et formation des  équipes à une meilleure valorisation des produits. « Les produits bio plus chers à l'achat et de meilleure qualité que les produits conventionnels nous rendent plus intelligents dans nos pratiques» souligne Gilles Pérole, le président du réseau Un plus Bio.

 

Lire la suite "Le coût matière d'un repas composé de 32 % de produits bio est de 1,88 € en moyenne à la cantine" »

25/10/2018

L'alimentation durable, un concept encore flou pour le convive de restauration d'entreprise

Sodexo-Audencia ©Restauration21
Carole Galissant (Sodexo) et Gervaise Debucquet (Audencia). ©Restauration21

De quelle façon le convive d'un restaurant d'entreprise perçoit-il l'alimentation durable ? Et surtout comment reçoit-il les messages et efforts du prestataire pour l'inciter à manger « mieux » ? Pour éclairer ces points, Sodexo et la chaire RSE d'Audencia ont mené, pendant le premier semestre 2018, des entretiens auprès d'une trentaine de personnes, convives, cuisiniers, responsables RH, contrôleurs de gestion au sein de 3 restaurants d'entreprise de la région nantaise. Objectif : analyser le comportement alimentaire des convives sur leur lieu de travail et comprendre leur perception des engagements responsables de Sodexo afin d’adapter au mieux la communication pour plus d’efficacité et de transparence.


Premier constat : L’alimentation durable reste encore un concept flou pour les mangeurs interrogés. « C'est une équation complexe pour le convive. Nous constatons qu'il ne lit pas ou peu les messages "santé" et ne repère pas forcément les signes de qualité des produits que nous lui proposons. De plus, le repas se déroule dans un temps court et contraint qui n'est pas propice à ce type de réflexion » souligne Carole Galissant, directrice du pôle nutrition Education Sodexo. « Le goût et le plaisir constituent les premiers critères de choix. Ensuite c'est la tarification. Un produit bio ou labellisé ne sera pas consommé s'il est plus cher » complète Gervaise Debucquet, enseignante-chercheuse à Audencia et experte des questions d’alimentation. Paradoxalement, l'étude révèle que si certains convives ont des pratiques alimentaires « durables » dans l’espace domestique, ils semblent ne plus y être sensibles quand ils déjeunent au travail. «L’alimentation durable fait sens en restauration collective sur le lieu de travail dès lors qu’elle semble cohérente avec un positionnement RSE de l’entreprise et que sa communication interne évite toute forme d’injonction à "manger durable" » souligne l'enquête. Enfin, celle-ci place l'équipe de cuisine au centre de la communication avec les convives pour « aller au-delà d'une simple traçabilité factuelle des aliments.»

Lire la suite "L'alimentation durable, un concept encore flou pour le convive de restauration d'entreprise" »

03/10/2018

Ce qu'implique la loi Alimentation pour la restauration - résumé

Actualisation le 2/11/2018 -La loi « pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous » a été publiée au Journal officiel du 1er novembre 2018.

 

Le  projet de loi « pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable » a été adopté le 2 octobre par les députés. Voici un résumé des principaux points impactant les professionnels de la restauration commerciale et collective  (pour la plupart déjà présentés sur ce site dans des articles précédents, au fur et à mesure des discussions au Parlement).

 

- Obligation du doggy bag  :

Les établissements de restauration commerciale et les débits de boissons à consommer sur place devront mettre  à la disposition de leurs clients qui en font la demande des contenants réutilisables ou recyclables permettant d’emporter les aliments ou boissons non consommés. Le texte précise également  que « les établissements de restauration commerciale et les entreprises qui distribuent des produits alimentaires dans le cadre d’une activité de vente à emporter utilisent à cet effet des contenants réutilisables ou recyclables. » L'obligation entrera en vigueur au 1er juillet  2021.   

 

- Interdiction de la vaisselle en plastique jetable :

En plus des pailles et bâtonnets mélangeurs pour boissons, les couverts, piques à steak, couvercles à verre jetables, plateaux repas, saladiers, boîtes, en plastique jetable seront interdits au 1er janvier 2020.

 

Lire la suite "Ce qu'implique la loi Alimentation pour la restauration - résumé" »

Restauration21,
découvrez le Magazine

Restauration21 - Le magazine de la restauration durable
Feuilleter en ligne le Magazine #2 de Restauration21

Albums Photos

La newsletter de Restauration21

Transgourmet

  • Fournisseur de référence

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

CHEF'ECO

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

ECLEKTIC

  • Inscrivez votre activité dans une perspective durable

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le Climat

  • Un menu

Liens utiles-partenaires