242 posts categorized "Restauration collective"

16/01/2018

Douze étudiants intègrent le diplôme d’université Chef de projet en alimentation durable de l'Université Côte d’Azur et la ville de Mouans-Sartoux

Rentree1erepromoMSLa rentrée de la promotion inaugurale du Diplôme d’Université « Chef de projet alimentation durable » s'est déroulée le 15 janvier à Mouans-Sartoux (06) en présence des parrains de la promotion 2018 :  Cyril Dion, réalisateur du film « Demain », Didier Perréol, Président-Fondateur d'Ekibio et Stéphane Veyrat, auteur de l’ouvrage « Quand les cantines se rebellent ». Douze  étudiants venant de neuf départements composent cette première promotion. Quatre sont employés de collectivités territoriales, trois sont consultants, deux sont demandeurs d’emplois, un est étudiant et deux travaillent dans le secteur agricole.

 

Ce diplôme, monté par l'Université Côte d’Azur et la ville de Mouans Sartoux,  est mis en œuvre dans le cadre du partenariat signé au mois de mars 2017 privilégiant les relations de travail dans les domaines de la recherche et la formation initiale ou formation continue. En rapprochant monde universitaire et territoires, la formation veut faire émerger des projets d’alimentation durable déployée à l’échelle d’un territoire, commune, regroupement intercommunal par exemple. Chacun des participants est associé à une collectivité territoriale volontaire pour faire élaborer un projet d'amélioration de la qualité alimentaire s’appuyant sur la restauration collective et les enjeux de production durable propre à son territoire.  Professionnalisant, ce parcours de formation s’appuie sur l’expérience reconnue de Mouans-Sartoux.  Depuis 6 ans, la commune sert des menus 100 % bio dans les écoles et crèches de la ville fournis par un potager à 100 % local.

 

 

Lire la suite "Douze étudiants intègrent le diplôme d’université Chef de projet en alimentation durable de l'Université Côte d’Azur et la ville de Mouans-Sartoux" »

22/12/2017

Edouard Philippe confirme 50 % de « produits bio, locaux ou écologiques » en restauration collective en 2022

Les Etats généraux de l'alimentation et leurs 6 mois de travaux se sont refermés le 21 décembre. Le premier ministre Edouard Philippe a confirmé l'objectif fixé par Emmanuel Macron à Rungis le 11 octobre dernier, d'inscrire «dans la loi, l’objectif de 50 % de produits bio, locaux ou écologiques dans la restauration collective d’ici la fin du quinquennat ». Sans préciser toutefois la  proportion donnée aux produits bio. C'est dans le dossier de presse que se niche l'information : « L’approvisionnement de la restauration collective devra comprendre, en 2022, 50 % de produits bio, sous autres signes de qualité ou locaux, dont 20 % de produits issus de l’agriculture biologique. » Le projet de loi devrait être adopté avant la fin du premier semestre 2018.

 

Lire la suite "Edouard Philippe confirme 50 % de « produits bio, locaux ou écologiques » en restauration collective en 2022 " »

20/12/2017

Gaspillage alimentaire : Guillaume Garot souhaite généraliser le don des repas non consommés en restauration collective

Article actualisé le 22 décembre 2017 - Lors de la clôture des Etats généraux de l'alimentation le 21 décembre, Edouard Philippe a annoncé que l'obligation du don des excédents aux associations serait appliquée à la restauration collective et à l'industrie agroalimentaire.

 

Dans le cadre des Etats Généraux de l'Alimentation, clôturés le 21 décembre, Guillaume Garot a présidé l'atelier 10 consacré à la lutte contre le gaspillage alimentaire. Parmi les 23 propositions remises par le groupe de travail à Stéphane Travert, ministre de l'agriculture et de l'alimentation, plusieurs concernent la restauration collective. Le député de la Mayenne  souhaite étendre à la restauration collective l'obligation de donner les invendus comme cela se fait en GMS depuis 2016 dans le cadre de la Loi Garot. Dans une interview publiée sur le site internet de l'hebdomadaire L'Avenir agricole, le député de la Mayenne explique : «  Il y a un an et demi, la loi mettait en responsabilité la grande distribution. Il faut que dans la prochaine étape on puisse travailler de façon plus étroite sur la restauration collective, avec le même principe de donner plutôt que jeter. Les repas non consommés doivent pouvoir être donnés à des associations volontaires pour les distribuer

 

Lire la suite "Gaspillage alimentaire : Guillaume Garot souhaite généraliser le don des repas non consommés en restauration collective " »

15/12/2017

Un contrat en faveur d'une restauration collective responsable remis à l'Elysée

Remise contrat - CopieLa FNH, le réseau Restau’Co, la FCPE, la FNAB, MBIM, les Marchés de gros de France, le Marché de Rungis, l’Union nationale des CPIE s'engagent au travers d'un « Contrat pour une restauration collective responsable ». Les organisations ont remis le document à la Présidence de la République le 14 décembre pour montrer qu’il est possible de répondre, voire de dépasser les engagements portés par le président de la république. Emmanuel Macron s'est en effet déclaré en faveur de l'utilisation de 50 % de produits bio et locaux en restauration collective d'ici 2022. Les signataires du contrat s'engagent à :

- Assurer une disponibilité de produits biologiques et locaux pour atteindre ces objectifs, via les 23 marchés de gros répartis dans les différentes régions de  France ;

- Essaimer des milliers de sites « Mon Restau Responsable » en 2020, en accompagnant les restaurants dans une démarche de progrès écologique et social ;

- Diminuer le gaspillage alimentaire dans les restaurants de collectivité.

 

Lire la suite "Un contrat en faveur d'une restauration collective responsable remis à l'Elysée" »

06/12/2017

Cantines scolaires : le contenu des assiettes au cœur du débat

Photo©Restauration21 - CopieOn n'a jamais autant parlé des menus de la cantine scolaire. Clivante, la proposition d'un menu végétarien hebdomadaire se retrouve au cœur d'un échange médiatisé  entre Nicolas Hulot, ministre de l'écologie et Stéphane Travert, ministre de l'agriculture. Quand le premier se déclare en faveur de la mise en place d'un menu végétarien une fois par semaine en restauration scolaire, le second dénonce une « écologie punitive ». En même temps, celui-ci  a annoncé le week-end dernier que l'objectif de 50 % de produits bio et locaux dans la restauration collective d'ici à 2022 sera inscrit dans la loi. Reste à savoir où sera placé le curseur en matière de bio quand on se rappelle l'épilogue malheureux du projet de loi pour introduire  20 % de bio en restauration collective publique porté l'an dernier par Brigitte Allain. Courant 2018, députés et sénateurs devront donc remettre le couvert dans un contexte de plus en plus tendu. L'alimentation  investit la sphère politique et soulève les passions. Très  certainement, les passe-d'armes entre les différentes parties prenantes  - ONG, filières, interprofessions, élus, cuisiniers, industriels - seront musclées au cours des prochaines semaines.

 

Sur le sujet :

Le bio en restauration.

Journaliste spécialisée restauration et développement durable

Albums Photos

La newsletter de Restauration21

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Transgourmet Origine

  • Fournisseur de référence pour les restaurateurs

CHEF'ECO

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Green Access

  • Pour réduire vos émissions de CO2

ECLEKTIC

  • Inscrivez votre activité dans une perspective durable

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le Climat

  • Un menu