03/07/2015

50 % d'alimentation "durable" dans la restauration collective parisienne en 2020

Adopté mercredi 1er juillet par le Conseil de Paris, le "plan alimentation durable" de la capitale se fixe l'objectif de fournir 50% d’alimentation "durable" dans sa restauration collective, contre 24,3 % (dont 21,5 % de produits bio) en 2013. Les 1 200 restaurants collectifs municipaux et départementaux (crèches, cantines scolaires, établissements de protection de l’enfance, collèges, lycées municipaux, centres d’accueil social, restaurants du personnel, maisons de retraite...) servent plus de 30 millions de repas par an. Les élus parisiens ont également adopté le vœu, proposé par les Verts, sur le déploiement progressif, à partir de janvier 2016, d'une offre de menu végétarien quotidien dans les restaurants administratifs.

 

Par "alimentation durable", la résolution désigne "les denrées alimentaires offrant des garanties objectives de respect de l’environnement"  : productions certifiées biologiques ou issues d’exploitations en conversion, productions Label Rouge et produits certifiés  Marine Stewardship Council  (pêche durable) ou disposant de l’écolabel national "pêche durable". La notion  recouvre également les produits de proximité de saison. Le texte avance que, de part ses actions déjà mises en place, la mairie de Paris est " l’un des tous premiers, si ce n’est le premier acheteur public d’alimentation biologique en France".

 

Lire la suite "50 % d'alimentation "durable" dans la restauration collective parisienne en 2020" »

HR-infos attribue la Palme du Développement Durable à l'hôtel nantais l'Amiral

L'AmiralNeuf lauréats, désignés par un jury d’experts indépendants, ont été distingués  lors de la première édition des Palmes de l’Hôtellerie Française organisées par HR-infos. Ils ont reçu leur prix le 22 juin à Paris. La Palme du Développement durable a été attribuée à l'hôtel Amiral (2*), situé à Nantes (44) et  dirigé par Nadine Witczak. En 2006, l'établissement de 49 chambres a obtenu sa première certification environnementale avec le label Hotelcert puis, en 2008, le label Clef Verte et l’Ecolabel Européen 3 ans plus tard.

 

Décoré sur le thème du du commerce fluvial, l’hôtel réduit sans cesse ses consommations d’énergie et d’eau. Il supprime ses déchets à la source et valorise ceux inévitables. Il se fournit en produits locaux et bio, et sensibilise ses clients et son personnel à l’adoption d’éco-gestes. Détenu par Jean-François Nicoul, l'Amiral a fait partie du groupe pilote qui a expérimenté l’affichage environnemental d’une nuit d’hôtel avec Evea. Preuve de la progression de ses résultats, les auditeurs ont porté sa note de 3,8 à 4,4 (sur 5). Le Nantais s’engage désormais dans un projet d’éco-blanchisserie, riche d’enjeux pour l’hôtellerie. Investi dans la vie de la cité, l’établissement accueille écoles et étudiants, il participe aux ateliers Passeport Vert et High Hospitality. Membre actif du Club Hôtelier de Nantes Métropole, l’Amiral a également cofondé le groupement d’employeurs Reso 44.

 

01/07/2015

Mille et Un Repas distribue ses premiers trophées Zéro Gaspil'

Trophée Zéro Gaspil'Créé par l'entreprise de restauration collective Mille et Un Repas, le premier Trophée national Zéro Gaspil’ dédié à la lutte contre le gaspillage alimentaire  a impliqué 26 restaurants scolaires, soit plus de 12 000 élèves. Le concours s’est déroulé sur le premier semestre 2015 autour de trois pesées de déchets alimentaires effectuées en janvier, en mars et en mai. Un menu commun a été adopté pour éviter toute inégalité avec, au moins, deux produits locaux.

 

Les résultats sont les suivants :

 

Catégorie Primaires et Maternelles :

1. Ecole Municipale du Bois d’Oingt (69) avec une moyenne de 6 g de déchets par convive et par repas ;

2. Ecole Municipale de Thorens-Glières (74) ;

3. Ecole St Joseph de Pantin (93).

La moyenne de cette catégorie est de 8 g de déchets par convive/repas.

 

 Catégorie Collèges :

1. Collège La Salle à Pringy (74) avec une moyenne de 4 g de déchets par convive/repas ;

2. Collège Saint-Pierre à Bourg-en-Bresse (01) ;

3. Collège public Jacques Prévert à Saint-Symphorien d’Ozon (69).

La moyenne de cette catégorie est de 14 g de déchets par convive/repas.

 

Catégorie Lycées et Groupes scolaires :

1. ECT Sacré Cœur à Thonon (74)  avec moyenne de 3 g de déchets par convive/repas ;

2. Institution Saint-Paul à Saint-Etienne (42) ;

3. Lycée Saint-Pierre à Bourg en Bresse (01).

La moyenne de cette catégorie est de 27 g de déchets par convive/repas.

 

La moyenne nationale est de 167 g de déchets alimentaires par convive/repas.

 

Lire la suite "Mille et Un Repas distribue ses premiers trophées Zéro Gaspil'" »

Information sur les allergènes au restaurant : ça commence aujourd'hui !

Publié au JO le 19 avril 2015, le décret d'application du règlement européen concernant l’information des consommateurs sur les denrées alimentaires, dit INCO, entre en vigueur le 1er juillet 2015. Les restaurateurs doivent tenir à jour un document écrit sur la présence de 14 allergènes dans les plats proposés. Ce document, dont le choix de présentation est libre (version papier ou version digitale, doit être facilement accessible pour le consommateur à sa demande.

 

Sur le sujet :

Allergènes en restauration : le décret d'application enfin publié, le 22/04/2015.

 

Allergènes : CHR Numérique veut simplifier la vie des restaurateurs, le 04/05/20104.

 

Les restaurateurs doivent informer sur la présence de 14 allergènes dans leurs plats depuis le 13 décembre, le 08/12/2014.

 

Allergènes : Ernest le Glacier crée une appli pour informer ses clients, le 16/09/2014.

 

Allergènes : les restaurateurs devront être en mesure de fournir un document écrit à leurs clients et former leur personnel, le 08/09/2014.

 

22/06/2015

DEEE : Valo Resto Pro fait mouche auprès de la filière "cuisine professionnelle et métiers de bouche"

Le premier bilan du dispositif Valo Resto Pro pour les déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) mis en place le SYNEG (Syndicat National de l’Équipement des Grandes Cuisines)  et l'éco-organisme Ecologic, est positif. Au bout de 6 mois de fonctionnement, 50 entreprises y ont adhéré ce qui représente  plus des 3/4 des 15 000 tonnes d’équipements électriques et électroniques de cuisines professionnelles et métiers de bouche mis annuellement sur le marché. Par ailleurs, le SYNEG,  qui souhaite apporter aux professionnels une réponse globale à la question des déchets issus de leur activité sous la forme d'un guichet unique, a demandé à Ecologic de se faire agréer par l’État dans la catégorie des éléments d’ameublement  de cuisine professionnelle. L'obtention de cet agrément "offrirait ainsi aux utilisateurs, distributeurs, installateurs et détenteurs d’EA [éléments d’ameublement, ndlr] et d’EEE [équipements électriques et électroniques, ndlr] professionnels une solution opérationnelle mutualisée, simple et efficace, pour la gestion en fin de vie de ces équipements totalement complémentaires, souvent produits par les mêmes fabricants et détenus par les mêmes utilisateurs" souligne le SYNEG.

 

Sur le sujet :

"Le label Valo Resto Pro engage la filière "cuisine professionnelle et métiers de bouche" dans la protection de l'environnement", 20/06/2014

Journaliste spécialisée restauration et développement durable

Albums Photos

La newsletter de Restauration21

BEL

  • Une rubrique dédiée

Safexis

  • Optimiser les consommations des équipements de cuisine

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

CHEF'ECO

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

SuperLizzy

  • Poubelles compacteuses de déchets en salle

CRYO

  • Eau gazeuse micro-filtrée sur place au restaurant ou chez soi

Green Access

  • Pour réduire vos émissions de CO2

ECLEKTIC

  • Inscrivez votre activité dans une perspective durable