125 articles publiés dans la catégorie "Gestion des déchets"

29/03/2019

Le plastique à usage unique et le tri des emballages s’imposent à l’AG du Snarr

©Restauration21

Des enseignes ont opté pour des pailles en papier. ©Restauration21

L’assemblée générale du Syndicat National de l’Alimentation et de la Restauration Rapide  (SNARR) s’est déroulée le 28 mars au siège du Medef. L’occasion  pour les différentes  commissions – juridique et fiscale, formation,  ressources humaines, sûreté alimentaire – de rappeler les dossiers chauds pour 2019. Parmi eux  : l’interdiction de l’utilisation de produits en plastique à usage unique et le tri des emballages dans les restaurants.

Essai de clarification. Votée en novembre dernier, la loi Egalim a fixé au 1er janvier 2020 l’interdiction des pailles, bâtonnets mélangeurs, couverts, piques à steak, couvercles à verre, saladiers, boîtes en plastique jetable pour tous les secteurs d’activité. Mais la loi Pacte, en cours de discussion, assouplirait le calendrier. Seule l’interdiction des gobelets, verres et assiettes en plastique jetable de cuisine pour la table serait maintenue au 1er janvier 2020 (Loi sur la Transition énergétique), le couperet étant repoussé d’un an pour les autres items (article 8bis A) au stade actuel des débats parlementaires. Le texte de la loi est attendu pour septembre 2019 et, en attendant, les navettes entre l’Assemblée nationale et le Sénat alimentent le flou. Enfin, le 27 mars 2019, le Parlement européen a approuvé une directive interdisant, à compter de 2021, une dizaine de produits en plastique à usage unique dont les couverts (y compris les baguettes), les assiettes, les pailles, les contenants alimentaires et gobelets (y compris leur moyens de fermetures et couvercles) en polystyrène expansé (comme ceux utilisés pour la consommation sur place et nomade) et les touillettes.

(suite…)

31/01/2019

Brune Poirson donne 2 mois à la restauration rapide pour proposer un plan de mise en conformité en matière de tri de ses déchets

Tri Déchets restauration rapideConvoqués jeudi 31 janvier matin par Brune Poirson la secrétaire d’état à l’Ecologie, les patrons des principales chaînes de fast-food français se sont vus rappeler leurs obligations en matière de gestion de leurs déchets. Ils doivent d’ici la fin du mois de mars de proposer un plan de mise en conformité.

Le secteur de la restauration rapide génère plus de 180 000 tonnes de déchets d’emballages par an et plus  60 000 tonnes de déchets alimentaires. Depuis juillet 2016, les professionnels ont l’obligation de trier 5 types de déchets : papier/carton, métal, plastique, verre et bois dans des poubelles dédiées. C’est le tri 5 flux des déchets. En cas de non-respect de ces règles, les enseignes s’exposent à des sanctions administratives et judiciaires. « En lien avec les élus locaux, nous serons intransigeants dans la mise en œuvre des sanctions administratives et pénales prévues par la loi en cas de manquements » a rappelé Brune Poirson qui déplore  « que de très nombreuses enseignes n’hésitent pas à travers un marketing intense à communiquer sur leurs performances écologiques supposées auprès de leurs clients. »

Le Snarr (Syndicat National de la Restauration rapide) dénonce dans un communiqué de presse le  «parti pris des pouvoirs publics de faire porter la responsabilité du tri et de la valorisation des déchets en salle uniquement aux enseignes de restauration rapide » qui « ne permet pas de répondre à la globalité de la problématique qui implique de lever les freins actuels tels que le manque de clarté du système de la réglementation en vigueur ou l’absence d’uniformisation du système de collecte des déchets par les collectivités locales (prévu dans le cadre du service public de gestion des déchets)...».

(suite…)

09/07/2018

Deliveroo s’engage dans la réduction des déchets en plastique

Paille biodégradable

Les pailles en papier sont compostables en milieu industriel et biodégradables.

Depuis le 5 juin, la plateforme Deliveroo met à la disposition de ses restaurants partenaires de nouvelles fonctionnalités pour réduire les déchets en plastique. Les clients peuvent dorénavant indiquer s’ils souhaitent recevoir ou pas des couverts avec leur commande. « Plus de 90% des commandes sont désormais réalisées sans les couverts » indique la plate-forme britannique installée depuis avril 2015 sur le marché français où elle travaille aujourd’hui avec 4 000 restaurateurs et 9 300 livreurs. Après avoir distribué 100 000 pailles en papier en 5 heures en France (un million à travers le monde) à l’occasion de la journée mondiale de l’environnement, Deliveroo annonce que « dès que le stock sera de nouveau disponible », les restaurateurs pourront « en commander de nouveau sur [sa] plateforme partenaire». Enfin, le prestataire de livraison mettra prochainement à la disposition des restaurateurs qui utilise ses services une nouvelle ligne d’emballages écologiques, à des prix compétitifs, sur le modèle du site dédié mis en place en Angleterre.

(suite…)

07/02/2018

Déchets de boisson en consommation hors domicile : bientôt des automates pour la consigne ?

LemonTri-Photo©Restauration21Chaque année, les Français consomment hors de leur domicile – et jettent –  39 000 tonnes de bouteilles en plastique et canettes en aluminium ou en acier. Une masse qui  grimpe à 335 000 tonnes en consommation à domicile. Or, seulement 60 % de ces déchets de boisson sont recyclés. Le déplacement dans la  start-up de collecte Lemon Tri des déchets, le 6 février, de Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, annoncerait-il le retour en grâce de la consigne ? C'est en tout cas la première mesure proposée à la consultation publique dans le cadre de l’élaboration de la feuille de route de l’économie circulaire : « Faire évoluer le modèle de la collecte de certains produits pour atteindre des résultats proches de 100 % de produits collectés pour être recyclés ou valorisés ».

 

« La France est en retard sur la collecte des déchets plastique en comparaison de ses partenaires européens. Elle ne peut plus être témoin de cette réussite sans tenter d’innover pour améliorer cet enjeu majeur de transition écologique »  souligné Brune Poirson lors de sa venue à LemonTri. En Allemagne, la consigne permet d'atteindre un taux de collecte de plus de 95 % des déchets plastique des ménages. 

 

(suite…)

24/11/2017

La Mairie de Paris et Citeo renforcent la collecte des déchets de boisson issus du snacking et de la consommation nomade

VilledeParis-CiteoLa Ville de Paris et Citeo (société issue du rapprochement entre Eco-Emballages et Ecofolio) lancent le plan d’actions « Vous triez, nous recyclons »  pour changer les comportements  et développer les performances de tri dans les espaces ouverts au public. Les déchets de boissons – canettes, bouteilles en plastique – issus de la restauration rapide et du snacking sont dans le viseur. Afin d'accroître les volumes collectés, 1 400 points de tri , fournis par Citeo, vont être installés dans les points de vente volontaires. Ils seront en carton et indiqueront les consignes de tri aux consommateurs. Les restaurateurs pourront ensuite  apporter les déchets collectés sur l'un des 4 sites franciliens du grossiste Metro (partenaire de l'opération) qui se chargera d'envoyer les volumes massifiés dans les filières de revalorisation correspondantes.

 

(suite…)

26/10/2017

Comprimax, le premier compacteur hydraulique pour les déchets secs destiné aux CHR

Comprimax Photo@Restauration21.frAvec sa forme de poubelle, le Comprimax est le premier compacteur hydraulique à déchets secs recyclables destiné aux bars, hôtels, restaurants, collectivités. Haut de 95 cm, il offre un volume de 52,5 litres de compactage et permet de diviser jusqu'à 8 fois le volume des déchets  grâce à une puissance de compactage de 4,3 tonnes mise en œuvre par un piston à eau. Canettes en aluminium, cartons, bouteilles en plastique, boites de conserve (tout ce que l'on peut placer dans la poubelle jaune) peuvent y être placés. Une fois compactés, les déchets secs peuvent rejoindre la filière du recyclage, leurs formes étant facilement reconnaissables par les systèmes de vidéo automatiques des centres de tri.

 

«Le Comprimax permet de gagner de la place quand les surfaces dédiées au stockage des déchets sont réduites, en centre-ville par exemple. Il permet aussi d'espacer les collectes. Et surtout en réduisant le volume des déchets, il réduit le montant de la redevance d'enlèvement des ordures ménagères pour ceux qui y sont assujettis », explique Franck Labbé, le directeur général de l'entreprise Multirex qui fabrique et commercialise le compacteur (à droite sur le photo). Depuis son lancement il y a un an, environ 180 Comprimax ont été vendus.

 

 

(suite…)

26/10/2017

Les fast-foods ne trient pas leurs déchets d’emballages selon Zero Waste France

Le tri partout - Zero Waste FranceUne enquête menée par Zero Waste France de juillet à septembre 2017 pointe les lacunes des grandes enseignes de restauration rapide en matière de tri des déchets. Elle dénonce des  « centaines de milliers de tonnes d'emballages non recyclés » envoyées en décharges ou en incinérateurs  alors que la réglementation impose à leurs détenteurs le tri sélectif à partir d’un certain volume de déchets produits. L’association interpelle notamment McDonald’s, Quick/Burger King et KFC pour obtenir que le tri soit déployé dans les 6 mois dans la totalité de leurs restaurants.

 

Sur 122 points de vente en franchise visités à Lille, Paris, Toulouse, Toulon et Lyon, seuls 5 faisaient le tri. Or, à partir de 1 100 litres de déchets non ménagers par semaine collectés par le service public, soit une vingtaine de sacs poubelles standards de 50 litres, les enseignes sont concernées par le décret du 10 mars 2016 qui leur impose la mise en place du tri. Et cette obligation s’impose quelles que soient les quantités de déchets produits lorsque le producteur de déchets a recours à un prestataire privé pour le ramassage.

 

(suite…)

21/07/2017

La fourchette-cuillère Georgette devient biodégradable

La Georgette biodégradable - Photo@Restauration21.frDécidément Jean-Louis Orengo n'est jamais à court de bonnes idées. « Sa » Georgette,  un couvert innovant à la fois fourchette, cuillère et presque couteau, est désormais disponible en matière biodégradable 100 % biosourcée. Après avoir placé les versions  inox ou métal argenté  sur la table de nombreux étoilés de l'hexagone, ce passionné d'ichnologie (1) se tourne vers les professionnels de l'événementiel et les traiteurs à la recherche de couverts innovants et éco-responsables. « En fin de service, la Georgette biodégradable peut être placée dans la poubelle des biodéchets » explique-t-il. Et prendre ainsi le chemin d'une installation industrielle de compostage.

 

Disponible en format 10 cm et 16 cm, la Georgette permet de piquer et de séparer  les aliments avec  ses fourchons, de manger du liquide avec le grand cuilleron, de touiller avec le petit cuilleron (au bout du manche). Sa forme rappelle celle d'une patte animale.  Alors que sa grande sœur en inox est produite au Portugal, la dernière née est fabriquée dans une petite unité d'injection plastique située dans l'Ariège.  « Le matériau est fabriqué par Végéplast [Tarbes]. Il se présente sous la forme de granulés [au centre de la photo] qui sont chauffés et fluidifiés pour être coulés dans des moules » résume Jean-Louis Orengo. Le process permet de personnaliser le couvert en le colorant. «C'est l'équivalent du haut de gamme de l'inox version amidon » assure l'inventeur qui a remporté en 2016 la médaille d'or au concours Lépine pour le couvert en inox.

 

(suite…)

07/07/2017

DEA et DEEE de grandes cuisines : 4 200 tonnes collectées en 2016 via le dispositif Valo Resto Pro

DEA- Photo@Restauration21.frCréé à l’initiative du Syneg (Syndicat National de l’Equipement des Grandes Cuisines) pour gérer les Déchets d’Équipements Électriques et Électroniques professionnels (DEEE pro) puis étendu aux Déchets d'Eléments d'Ameublement (DEA), le dispositif Valo Resto Pro affiche un bilan satisfaisant pour l'année 2016. Sur cette période, 4 200 tonnes d’équipements professionnels DEEE et DEA ont ainsi été collectées sur 32 000 t cumulées  mises sur le marché. «  Il est aujourd’hui démontré que le principe du « guichet unique DEEE/DEA » appliqué à cette filière très spécifique engendre des simplifications incitatives pour les producteurs et les détenteurs de déchets, et in fine, un gain environnemental » se félicite le Syneg.

 

 

(suite…)

23/06/2017

Comenda propose un compacteur d’emballages en plastique

CEP- ComendaBouteilles, pots de yaourt, gobelets.., Comenda propose aux professionnels de la restauration collective un compacteur d'emballages en plastique. Il permet de réduire jusqu’à 90 % le volume des emballages et de promouvoir leur collecte différenciée. Insérés dans une chambre de compactage, les emballages sont compressés par deux vis et stockés dans un sac de 80 ou 240 litres (selon modèle). Les liquides comme les eaux de nettoyage sont séparés et envoyés dans un container de 10 litres situé à l’extérieur de la machine. Un signal lumineux indique à l’opérateur que le sac est plein.

 

Ce nouvel équipement complète la gamme TDO développée par Comenda pour le traitement des déchets organiques.

Restauration21,
découvrez le Magazine

Restauration21 - Le magazine de la restauration durable
Feuilleter en ligne le Magazine #2 de Restauration21

Idées

La newsletter de Restauration21

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Chef’Eco

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Tournus Equipement

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le climat

  • Un menu

Liens utiles-partenaires