189 articles publiés dans la catégorie "Bio"

19/04/2022

L’Observatoire national de la restauration collective bio et durable lance son enquête 2022

©Un Plus Bio-Julien Claudel

L’enquête en ligne est ouverte jusqu’au 15 mai 2022.

L’Observatoire national de la restauration collective bio et durable invite les collectivités qui mettent en œuvre des politiques alimentaires sur leur territoire à renseigner le questionnaire de l’Observatoire dans le but de partager leurs initiatives et leurs avancées.

Porté par Un Plus Bio, en partenariat avec Ecocert « En Cuisine », Agores et le Celt, l’Observatoire recueille les données de près de 500 collectivités en France pour  dresser un panorama des pratiques et des dynamiques de transition qui prennent appui sur la restauration collective. En 5 ans, il est devenu une source d’information majeure pour alimenter les réflexions et éclairer les choix des acteurs qui pilotent et animent des projets alimentaires territoriaux. L’enquête en ligne est ouverte jusqu’au 15 mai 2022 sur le site www.observatoire-restauration-biodurable.fr. Ses résultats seront présentés à l’occasion des « Victoires des cantines rebelles » le 19 octobre 2022 à Paris.

Lire aussi : Avec 37 % de produits bio, le coût denrées d’un repas à la cantine est de 2,14 euros.

21/02/2022

Emmanuelle Hivelin mise sur le bio à Halle’ternativ

© studio crbn

 À Nice, Emmanuelle Hivelin a choisi la restauration bio comme fer de lance de ses convictions environnementales.

Situé derrière les halles de la Gare du Sud à Nice (06), Halle’ternativ a ou­vert ses portes en octobre 2020. Aux commandes: Emmanuelle Hivelin. Ex-styliste, elle voulait créer un res­taurant démontrant que l’on peut travailler tout en étant respectueux de la planète. « Je viens du milieu de la mode qui est très pol­lueur » explique-t-elle. « Et je suis issue d’une famille de restaurateurs. J’ai voulu concilier la protection de l’environnement avec une nouvelle aventure professionnelle ». (suite…)

27/01/2022

La Fabuleuse Cantine, une franchise sociale, engagée et anti-gaspi

©La Fabuleuse Cantine.

Le concept de restauration se décline sous 2 formes : une grande cantine durable et un petit format zéro déchet. Prochaine étape : la création d’une bocalerie d’une capacité de 15 000 bocaux produits par mois.

Située en plein cœur de la Cité du Design du quartier Plaine-Achille de Saint-Étienne (42) , La Fabuleuse Cantine conjugue lutte contre le gaspillage alimentaire et inclusion sociale. Pour un objectif :  faire accéder les publics divers – et surtout les plus éloignés – à l’alimentation durable. Créé par Eric Pétrotto, Julien Morel et le chef  Boris Fontimpe, le concept va au-delà de la restauration, mixant art et solidarité autour de la gastronomie durable. «Nous avons créé un lieu de vie dans un esprit de bousculer les lignes et dans une dynamique de start-up » résume Eric Pétrotto, entrepreneur dans l’âme issu de l’univers de l’innovation sociale et du numérique.

Produits bio invendus
Sous la houlette du chef Boris Fontimpe, les recettes sont réalisées à partir de produits bio invendus achetés à des producteurs locaux comme le Jardin de Valériane (Rive de Gier). Grâce à la lacto-fermentation, les légumes en surnombre peuvent être conservés tout au long de l’année. Au restaurant-self  Les Forces Motrices, le menu unique change chaque jour en fonction de l’approvisionnement : une entrée et  un plat végétarien  sont vendus  à partir de 12 € , 6 € pour les étudiants et bénéficiaires de minimas sociaux. Un suppléments protéine est proposé  moyennant un surcoût de 3 à 4 €. Un dessert complète l’offre. (suite…)

19/11/2021

Quelles denrées alimentaires achetez-vous ? Participez au premier baromètre de la RHD de l’Agence bio et de FranceAgriMer

La collecte d’information sera effectuée en continu.

L’Agence bio et FranceAgriMer lancent une étude sur les pratiques d’achats des acteurs de la restauration hors domicile. La première restitution des résultats est programmée pour début 2022.

Vous êtes un professionnel de la restauration commerciale ou collective ? Vous êtes en charge des achats de denrées alimentaires dans un ou plusieurs restaurants ? Vous travaillez les produits bio ou pas ? Participez au premier baromètre de la Restauration Hors Domicile de l’Agence bio et de FranceAgriMer. Ils ont fait appel au cabinet de conseil CKS pour lancer une étude sur les pratiques d’achats des acteurs de la restauration hors domicile. L’objectif est de mesurer le plus fidèlement possible la quantité mais aussi la qualité des denrées alimentaires achetées par les acteurs de la restauration commerciale et collective.

L’enquête est accessible en ligne via le site https://barometre-rhd.fr puis « Je participe ».

(suite…)

18/11/2021

Avec 37 % de produits bio, le coût denrées d’un repas à la cantine est de 2,14 euros

Au 1er janvier 2022, la restauration collective devra servir 50 % de produits dits durables dont 20 % de bio (en valeur). Les cantines sont-elles prêtes ?

Les chiffres 2021 de la 5e enquête de l’Observatoire de la restauration collective bio et durable de l’association Un plus Bio tombent à pic à la veille de la date couperet de la loi Egalim. Au 1er janvier 2022, la restauration collective devra servir 50 % de produits dits durables dont 20 % de bio (en valeur). Les 6 766 cantines étudiées  (contre 1 200 en 2017) qui servent 1,2 million de repas  chaque jour affichent une part (en valeur) de bio dans les assiettes de 37 %, dépassant ainsi le seuil de la loi Egalim. L’étude combine 2 sources de données : celles collectées par l’enquête en ligne annuelle de l’Observatoire et celles issues des audits menés par Ecocert «En Cuisine».

Souvent perçu comme un frein à l’utilisation du bio en restauration collective, le coût denrées par repas n’est pas forcément corrélé à la quantité de produits utilisés selon l’Observatoire. Parmi les collectivités qui ont un coût denrée compris entre 1,8 € et 2 € par repas, la part de bio varie entre 7 % et 100 %. Plus particulièrement en restauration scolaire : à 2,06 € pour un repas contenant moins de 20 % de bio, le coût denrées moyen passe à 2,02 € pour un repas comprenant 20 à 40 % de produits bio. Sur l’échantillon étudié, le coût denrées d’un repas contenant 37 % de produits est de 2,14 €. (suite…)

12/07/2021

Les produits bio ont reculé en RHD en 2020

La restauration a acheté pour 505 M€ de produits issus de l’agriculture biologique.

Sans surprise, le marché des produits bio en restauration s’est contracté en 2020, dans un contexte de fermeture des restaurants et des cantines scolaires, alors que le marché de la consommation de produits issus de l’agriculture biologique, tout circuit confondu, affiche une croissance annuelle de plus de 10,4% et franchit les 13 Mds€. Avec un  panier moyen de 188 € par an et par habitant, ces achats  représentent 6,5 % de la dépense alimentaire des ménages.
Les professionnels de la RHD ont acheté pour 505 M€ de produits issus de l’agriculture biologique, un montant en recul de 21 % par rapport à la valeur des achats de 2019, selon les chiffres dévoilés par l’Agence bio courant juillet. La part de la restauration commerciale est de 215 M€ (-14 % depuis 2019) et celle de la restauration collective de 290 M€  (-25 % depuis 2019).
La loi Egalim et le seuil de 20 % de produits bio servis en restauration collective au 1er janvier 2022 devrait booster les achats de la restauration. « 20 % de bio en restauration collective, c’est un marché de 1,4 M€ pour les producteurs français » soulignes Laure Verdeau, la directrice de l’Agence bio.  En 2019, la part de bio servis en restauration collective était de 5 à 6 %.

 

La RHF a acheté pour 640 M€ HT de produits bio en 2019

26/01/2021

Transgourmet Natura, première marque propre bio du marché de la RHF

Lancée en ce début d’année par Transgourmet, Transgourmet Natura comprend une trentaine de références destinées aux professionnels de la restauration commerciale, de la restauration collective, et du secteur de la boulangerie-pâtisserie. Le résultat d’un « travail réalisé en quelques mois seulement (…),  fruit de la mobilisation [des] équipes malgré la crise sanitaire et de la cohésion internationale du Groupe Transgourmet qui a décidé de lancer simultanément cette marque dans plusieurs pays » explique l’enseigne sur son site internet. Produits d’épicerie, produits frais et laitiers, fruits et légumes de saison, volailles et viande, la marque propre bio du grossiste est composée pour moitié de produits français. D’ici le printemps, la gamme devrait atteindre une centaine de références.

Outre cette nouvelle proposition, le grossiste référence 650 produits bio de toutes marques.

Lire :

La viande bio progresse en RHD

Le label Ecocert « En Cuisine » révise ses exigences à la hausse et anticipe l’entrée en vigueur de la loi Egalim

La RHF a acheté pour 640 M€ HT de produits bio en 2019

13/01/2021

Laure Verdeau prend la direction de l’Agence Bio

Laure Verdeau a pris ses fonctions le 11 janvier.

Le groupement d’intérêt public chargé du développement, de la promotion et de la structuration de l’agriculture bio française fêtera ses 20 ans en novembre prochain.

L’Agence Bio annonce l’arrivée de sa nouvelle directrice, Laure Verdeau. Spécialiste du secteur alimentaire, elle a accompagné en 10 ans la stratégie de développement de plus d’une centaine de PME françaises, comme consultante indépendante puis au sein de Bpifrance. Afin de tirer parti de la transition alimentaire, Laure Verdeau a structuré l’accompagnement d’entreprises du secteur agroalimentaire via la montée en gamme et notamment la labellisation Agriculture Biologique. Diplômée de l’ESSEC et de Sciences Po Paris, elle a démarré sa carrière chez Bain & Company. (suite…)

11/12/2020

La viande bio progresse en RHD

Malgré une année 2020 assez difficile pour le secteur,  les efforts de la filière pour satisfaire les diverses attentes des consommateurs sont récompensés.

Les  Français  plébiscitent la viande bio selon la 6e vague de l’étude (1) réalisée cette année par l’Ifop pour la Commission bio d’Interbev, l’Association Nationale Interprofessionnelle de l’Élevage et des Viandes. 72 % des consommateurs de produits carnés déclarent manger de la viande bio. Le sondage confirme que la consommation de viande bio reste stable et qu’elle bénéficie d’une image positive auprès des consommateurs. 2 évolutions notables sont mises en exergue. D’une part, les plus gros consommateurs se recrutent chez les plus de 50 ans et les catégories socio-professionnelles supérieures. D’autre part, la viande bio réalise une très belle percée en RHD, résultat  des efforts de toute la filière pour satisfaire les diverses attentes des consommateurs, malgré un contexte économique 2020 ardu pour le secteur.

7,6 % de la viande bio consommée en France  est absorbée par la restauration hors domicile, « cette dernière attestant de volumes encore modestes, mais en très nette augmentation (+ 34 % vs 2018) » précise Interbev dans un communiqué.  Comme l’an dernier, les grandes et moyennes surfaces arrivent en tête des ventes (56,1 %), suivies des magasins spécialisés (14,7 %), des boucheries artisanales (12,2 %), de la vente directe (9,3 %). (suite…)

07/12/2020

PUR etc. atteint les 100 % de produits bio

Servie dans des bocaux, l’offre est zéro déchet. ©PUR Etc

PUR etc. veut devenir la première enseigne de restauration Coopérative, 100% bio, zéro déchet et inclusive.

L’enseigne strasbourgeoise  l’avait annoncé pour la fin de l’année. C’est chose faite ! Les 12 restaurants PUR etc. affichent désormais une carte 100 % bio. A sa création il y a 10 ans, l’offre était composée de 40 à 50 % de produits issus de l’agriculture biologique, puis le seuil des 80 % a été franchi. « Nous avons progressé en privilégiant les acteurs locaux sur la zone du Grand Est » résume Vincent Viaud, cofondateur du concept avec Héloïse Chalvignac. Pour gravir la dernière marche, les restaurateurs ont renforcé leur collaboration avec la ferme Saint-Blaise, la plateforme de producteurs bio alsaciens Solibio, Sorbiop pour les glaces ou encore des grossistes bio tels que la SCOT La Cigogne et Biocoop Restauration pour les produits secs, frais et les fruits et légumes. La viande bio, forcément plus chère, était une pièce centrale du dispositif. Poulet, bœuf, porc proviennent du Comptoir des viandes bio  détenu par une structure d’éleveurs. «Nous avons sauté le pas tout en essayant de contenir les prix mais forcément le tout bio a une incidence sur le prix de vente. Passer de 80 %  de produits bio à 100 %, c’est 10 à 20 % de hausse des coûts matière non carne. Quant à la viande, c’est pratiquement 50 % d’augmentation » poursuit le patron.  La carte d’automne des restaurants a amorcé une petite transition tarifaire, le prix des plats carné ayant augmenté d’un euro pour un ticket moyen situé entre 11 et 15 €. (suite…)

1 2 3 19

Restauration21,
découvrez le Magazine

Restauration21 - Le magazine de la restauration durable
Feuilleter en ligne le Magazine #6 de Restauration21

Idées

La newsletter de Restauration21

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Chef’Eco

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Tournus Equipement

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le climat

  • Un menu

Liens utiles-partenaires