10 articles publiés en janvier 2024

31/01/2024

Quand le vin bio est tiré, il faut le vendre !

Le circuit de la consommation hors domicile valorise mal les vins bio selon les consommateurs. ©Nelly Rioux

                                                                                                                                                                                                               Mettre du vin bio ou nature à la carte, c’est plutôt tendance. Mais a-t-il la cote sur les tables des restaurants ?

Par Nelly Rioux. Cet article a été publié dans le Magazine #11 de Restauration21 (janvier 2024).

La consommation de vin en France continue de dégringoler. En 60 ans, elle aurait même chuté en moyenne de 70 % par habitant. Un chiffre qui fait trembler la filière vin qui vient d’annoncer (1) la préparation d’un plan de re­lance pour répondre aux causes de ce dés­amour et aux difficultés que rencontrent les vignerons avec le réchauffement climatique et les aléas météorologiques qui impactent di­rectement leurs exploitations. Plusieurs études montrent que les jeunes entre 18 et 35 ans s’intéressent peu au vin par rapport à leurs aînés puisque leur consommation a baissé de 7 % entre 2011 et 2021, contre seu­lement 1 % pour les seniors (2). Mais ce sont pourtant les jeunes qui sont le plus enclins à consommer du vin au restaurant (49 %) alors que les boomers sont à la traîne (15 %) (3). Et lorsqu’elles consomment du vin hors du do­micile, les jeunes générations privilégient les découvertes oenologiques et favorisent celles qui sont les meilleures pour la planète et pour leur santé. Dans cette perspective les vins bio et nature réalisés avec des raisins 100 % bio ont une carte à jouer. À condition de savoir les mettre en valeur. (suite…)

22/01/2024

Le Magazine #11 de Restauration21 est paru : feuilletez-le en ligne !

Le feuilleter en ligne

Le Magazine #11 de la restauration durable commerciale et collective sera disponible sur le salon Food’in Sud (28-30 janvier, Marseille), le Smahrt (28-30 janvier Toulouse), le salon Agecotel (4-6 février Nice), le Sandwich & Snack Show (13-14 mars, Paris), le salon Egast  (17-20 mars, Strasbourg)  et le Food Hotel Tech (3-4 avril, Paris).

À la hauteur du rendez-vous

Alors que se rapprochent les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024, avec leur lot d’incertitudes et de questionnements, le chrono est déjà lancé pour les restaurateurs et hôteliers français. « Seront-ils à la hauteur du rendez-vous? » peut-on lire ou entendre dans les médias. 16 millions de visiteurs venant du monde entier sont attendus cet été sur les sites olympiques de Paris et proche banlieue, les stades de 7 villes métropolitaines, sans parler de Tahiti hôte de l’épreuve de surf, et il y a fort à parier que nombre d’entre eux en profiteront pour rester visiter nos belles régions.

C’est le moment pour hisser les couleurs d’une hôtellerie-restauration innovante et responsable! Réemploi, lutte contre le gaspillage alimentaire, approvisionnements responsables, tri des déchets, gestion rationnelle de l’énergie et de l’eau, implication des équipes… tous les leviers sont d’ores et déjà identifiés. Pour les professionnels engagés de longue date sur ces sujets, il « suffira » de dérouler les bonnes pratiques mises en place pour en récolter les fruits en termes d’image et de gestion. Attention à ne pas oublier de communiquer sur les éco-gestes! Pour les autres, c’est le tout dernier moment de se saisir des bons gestes afin d’éviter les erreurs éliminatoires et le risque de disqualifier toute une profession.

Dans le contexte inflationniste qui va continuer de sévir et face aux difficultés de recrutement, prenons le pari que les plus audacieux se hisseront sur le podium de ces JO de l’hôtellerie-restauration responsables.

Très bonne lecture avec Restauration21! (suite…)

19/01/2024

16 000 visiteurs professionnels attendus au salon Agecotel du 4 au 6 février à Nice

Le salon se déploiera sur une 10 000 m2. ©Agecotel

Cette nouvelle édition est placée sous la présidence du chef Jacques Maximin.

Produits alimentaires, boissons, équipements pour la cuisine et le commerce, technologies, services, aménagements, arts de la table… 250 marques présenteront leurs offres aux professionnels du sud-est sur 10 000 m2 au Palais des Expositions à l’occasion de la 31e édition du salon Agecotel. Une édition « placée sous le signe de la mobilisation des entreprises et des institutions, pour accueillir plus de 16 000 visiteurs professionnels » selon Marc Ippolito, Président de Nicexpo, l’association organisatrice de l’événement. (suite…)

17/01/2024

« Le traitement des biodéchets nécessite un tri et une collecte minutieuse »

Depuis le 1er janvier 2024, tous les professionnels des CHR doivent  trier à la source à leurs biodéchets, quelle que soit la quantité produite. Objectif: les  valoriser via le compostage et la méthanisation.
3 questions à François Legris, directeur général adjoint de Hubency, un “intégrateur” qui accompagne plusieurs entreprises de la restauration dans l’optimisation du traitement et de la valorisation de leurs déchets.

 

Restauration21 – Hubency organise la collecte en grappes des biodéchets pour des enseignes de restauration comme Burger King et Hippopota­mus. Quel est le bilan?

François Legris – Le bilan est positif: la mise en place de la collecte en grappes mutualisées des biodéchets constitue un atout majeur pour les restaurateurs et pour les acteurs du recyclage. Densifier les tournées de ramassage des biodé­chets permet d’optimiser des coûts liés. Les dispositifs de tri déployés au fil des années dans les chaînes de restaurants partenaires témoignent de l’efficacité de l’apprentissage du geste de tri. L’engagement des collaborateurs formés aux bons gestes de tri à adopter se tra­duit par une réduction notable des volumes de déchets en mélange, les déchets résiduels, avec des retombées positives sur le taux de déchets valorisés. Toutefois, nous identifions des axes d’amélioration. Nos observations indiquent que les établissements proposant un service à table affichent un taux de tri plus élevé dû à la formation du personnel qui traite et trie direc­tement le reste des assiettes. En revanche, dans la restauration rapide, les consomma­teurs sont dans la majorité des cas responsables du tri de leurs déchets en salle, ce qui constitue un point d’amélioration potentiel. (suite…)

16/01/2024

Metro veut être un acteur du fait maison

Au travers de sa nouvelle campagne « Les Halles Metro, ici commence le Fait Maison », le spécialiste du cash & carry  explique, dans un communiqué,  vouloir « mettre en avant sa compétence de sourceur, sélectionneur de produits bruts, frais et locaux ». « Chez Metro, nous croyons fermement que le ‘fait-maison’ commence avec des ingrédients de première qualité. C’est pourquoi nous fournissons des produits bruts, frais et locaux, essentiels pour créer des plats créatifs et authentiques » souligne Cynthia Mérope, directrice Achats et Marketing.

Plus de la moitié du chiffre d’affaires de l’enseigne réalisé auprès des restaurateurs est composé de produits frais, fruits et légumes, marée, boucherie, crèmerie, sourcés majoritairement auprès de PME et de producteurs français dont plus de 1500 producteurs locaux. « En choisissant les Halles Metro, chaque restaurateur et artisan fait le choix de produits authentiques, d’une qualité irréprochable et d’un soutien aux communautés locales. » ajoute Pascal Peltier, DG de l’enseigne.

15/01/2024

Meiko prêt pour la révolution du réemploi en laverie

Alexander Lohnherr, président de Meiko France, et Thomas Peukert, PDG du groupe Meiko, le 14 décembre 2023 à Offenburg (Allemagne). ©Restauration21

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          2024 constitue une étape importante pour la filiale française du concepteur allemand d’espaces de laverie professionnelle, une filière bousculée par l’interdiction du plastique jetable dans plusieurs segments de la restauration.

Dans l’écosystème du réemploi dessiné par les lois Egalim et Agec qui mettent fin aux contenants jetables en restauration collective et en restauration rapide, le lavage sort de l’ombre, perd sont côté trivial pour devenir un élément de la solution. Les fabricants de matériel de lavage trouvent un nouveau souffle face à la demande des professionnels et des laveurs industriels qu’ils équipent. A Offenburg en Allemagne, à quelques kilomètres de la frontière avec la France, les lignes de production de Meiko (425 M€ de CA, 30 filiales et 2 700 salariés dans le monde), implantées sur un site de 12 hectares et qui va s’agrandir prochainement  de 2 hectares supplémentaires, tournent à plein régime. Le site expédie entre 15 et 18 convoyeurs chaque semaine fabriqués à partir d’inox européen. (suite…)

12/01/2024

La FNH propose d’étendre l’obligation des 20 % de bio à la restauration commerciale pour soutenir la filière

Dans la crise actuelle traversée par la filière bio, la question des débouchés est centrale. L’obligation de servir 20 % de bio en restauration collective ne suffira pas à la résoudre.

La  Fondation pour la Nature et l’Homme (FNH) livre les conclusions d’un travail de prospective qu’elle a mené pour mesurer l’impact de la hausse de la consommation sur l’augmentation des surfaces agricoles cultivées en bio. « Le résultat est sans appel : l’objectif de 21 % de surfaces agricoles en bio d’ici 2030 (1) pourra être atteint uniquement si l’Etat parvient à mobiliser l’ensemble des secteurs de consommation » prévient-elle. C’est-à-dire la restauration collective (contrainte par la loi Egalim à introduire 20 % de produits bio dans ses menus) mais également la restauration commerciale et la grande distribution. Pour enrayer la chute des surfaces en première année conversion (- 40 % en 2023) et les pertes économiques pour les agriculteurs biologiques, la FNH recommande que la restauration commerciale introduise aussi 20% de bio dans ses achats et que la consommation de bio à domicile atteigne 7,8% d’ici 2030. (suite…)

12/01/2024

Le Bissac et l’Equilibriste remportent le concours «Objectif Zéro Déchet »

La remise des prix s’est déroulée le 8 janvier au Mesturet à Paris (2e). © Restauration21

Les meilleures pratiques des lauréats feront l’objet d’un livre blanc.

Situés respectivement à Paris (2e) et à Lyon (3e), Le Bissac et l’Equilibriste ont un point en commun : ils se sont déjà lancés dans le tri à la source de leurs biodéchets afin de les valoriser. Ce qui leur a valu de remporter la première place ex æquo du concours « Objectif Zéro Déchet » organisé par l’Association Française des Maîtres Restaurateurs (AFMR) et son Fonds Hexagonal de Sensibilisation et d’Information sur l’Alimentation Durable (Hésiode) dont le palmarès a été dévoilé le 8 janvier. Objectif : récompenser les meilleures pratiques en matière d’économie circulaire, de recyclage  et de déchets alimentaires. (suite…)

08/01/2024

FoodChéri devient « société à mission »

©FoodChéri

En  2024, l’enseigne s’attèle à la certification RSE « Positive Company ».

FoodChéri, spécialiste de la livraison de repas en entreprise, a annoncé début janvier avoir adopté la  qualité de « société à mission » afin de « démontrer la sincérité de notre démarche, mettre en avant nos engagements forts et ancrer notre positionnement dans le temps » selon Jérôme Lemouchoux, CEO de l’enseigne.

L’enseigne réaffirme ses 4 objectifs environnementaux : proposer une cuisine vivante élaborée par ses chefs  et chefs partenaires, favorisant des matières premières brutes et valorisant la biodiversité alimentaire, offrir une carte savoureuse, nutritionnellement équilibrée, favorisant le végétal et respectant la saisonnalité, réduire son impact environnemental sur l’ensemble de sa  chaîne de valeur, tout en bâtissant des relations vertueuses avec ses fournisseurs, sensibiliser ses clients et  collaborateurs aux enjeux sociaux et environnementaux d’une alimentation saine et durable. (suite…)

04/01/2024

Déchets de cuisine et de table : quelles solutions pour les petits producteurs ?

©Restauration21

Cet article est extrait d’un dossier sur les biodéchets en restauration à paraître dans le Magazine #11 de Restauration21 qui sortira à la fin du mois de janvier.

Entre le retard pris par les collectivités dans l’organisation du tri à la source et un faible maillage du territoire par les collecteurs, nombreux sont les professionnels à ne pas avoir de solutions pour leurs déchets de cuisine et de table.

Depuis le 1er janvier, comme tous ménages, tous les professionnels des CHR dits « petits producteurs de biodéchets », c’est-à-dire produisant moins de 5 tonnes par an de déchets organiques issus de la production et des restes d’assiettes, doivent les trier à la source pour les séparer des autres déchets (le tri à la source et la valorisation des biodéchets ont été imposés aux acteurs économiques produisant 10 tonnes au 1er janvier 2016, 5 tonnes au 1er janvier 2023). Objectif: la valorisation des déchets de table et de cuisine via le compostage et la méthanisation. Mais comment s’articulent les différentes étapes entre la poubelle de tri en cuisine et l’obtention d’un compost et d’un biogaz ? (suite…)

Restauration21,
découvrez le Magazine

Restauration21 - Le magazine de la restauration durable
Feuilleter en ligne le Magazine #10 de Restauration21

Idées

La newsletter de Restauration21

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Chef’Eco

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Tournus Equipement

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le climat

  • Un menu

Liens utiles-partenaires