110 articles publiés dans la catégorie "Gaspillage"

06/07/2020

41 maires élus signent la Charte #MaVilleAntiGaspi de Too Good To Go

À l’occasion des élections municipales, Too Good To Go a lancé la Charte #MaVilleAntiGaspi incitant les  candidats à  s’engager dans la réduction du  gaspillage alimentaire de leur ville à travers 7 engagements concrets. 41 des 400 signataires ont été élus.

La Charte s’appuie sur 7 piliers :
– Mettre en place une cantine zéro gaspi ;
– Rendre la mesure du gaspillage alimentaire obligatoire dans les cantines ;
– Mettre en place des ateliers scolaires de sensibilisation au gaspillage alimentaire ;
– Créer une ligne dans le budget municipal alloué à la lutte contre le gaspillage alimentaire ;
– Organiser un événement annuel de sensibilisation au gaspillage ;
– Soutenir les projets alimentaires territoriaux dont le principal objectif est de lutter contre le gaspillage alimentaire ;
– Encourager les commerçants à collaborer avec des solutions anti-gaspillage. (suite…)

18/06/2020

La restauration invitée à acheter français

©Restauration21

Comment écouler les stocks afin d’éviter le gaspillage alimentaire et assurer des revenus aux producteurs et transformateurs concernés ?

Conséquence de l’arrêt de la restauration hors foyer durant le confinement, des stocks de denrées périssables se sont accumulés. Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, et Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, ont réuni  lundi 15 juin les représentants des producteurs, des transformateurs, des grossistes et de la restauration hors domicile.  Le sujet : Comment écouler ces stocks afin d’éviter le gaspillage alimentaire et assurer des revenus aux producteurs et transformateurs concernés ?

Mécanismes de solidarité
Les représentants de la restauration hors domicile – Umih GNI, Snarr, SNRTC, SNRC ou encore Metro France pour le commerce de gros – se sont engagés sur le principe de mécanismes de solidarité entre les filières agricoles et les entreprises de l’agroalimentaire et de la restauration pour consommer en priorité les stocks. Ils poursuivront également leurs partenariats afin de promouvoir les approvisionnements d’origine France. Et s’attèleront à sensibiliser leurs adhérents et à promouvoir cette démarche auprès des consommateurs.

Ces  engagements feront l’objet d’un suivi dans un mois.

L’Umih et le GNI signent la Charte Origine France lancée par Metro

20/05/2020

L’appli Meal Canteen est une des « 1 000 solutions efficientes pour l’environnement »

©Meal Canteen

Initiée en 2016, sous l’égide de l’explorateur Bertrand Piccard, la démarche veut convaincre les dirigeants de la planète de l’urgence d’agir contre le changement climatique et démontrer que des solutions existent.

Destiné à la restauration collective, le service en ligne de réservation Meal Canteen qui permet de réduire le gaspillage côté production et côté consommation, est l’une des  « 1000 solutions efficientes pour l’environnement » pour la Fondation Solar Impulse. Sélectionnée dans le cadre d’un processus certifié par EY et auditée par un groupe de 400 experts indépendants, l’appli a satisfait aux 3 critères, l’impact environnemental et socio-économique, la faisabilité technique et la rentabilité.

Grâce à ce label Meal Canteen compte accélérer sa croissance à l’international, augmenter sa visibilité et son action en faveur d’une restauration durable. « Au moment où plus que jamais nous devons inventer la restauration de demain en prenant en compte les impératifs sanitaires et environnementaux, le label “1000 solutions efficaces pour l’environnement” vient conforter notre vision et notre détermination », se félicite Denis Olivier, CEO de Meal Canteen. (suite…)

19/05/2020

Too Good To Go à la rescousse des grossistes

©Too Good To Go

13 000 paniers ont été sauvés en 8 semaines.

Suite à la fermeture des CHR le 14 mars, de nombreux grossistes se sont retrouvés dans l’impossibilité d’écouler leurs stocks.  Pour éviter qu’ils ne partent à la poubelle, Too Good To Go a développé des partenariats sur mesure avec Transgourmet, Pomona, Sysco et le réseau Krill. Ceux-ci sont mis en relation avec des associations partenaires qui récupèrent des dons alimentaires. Ils peuvent également revaloriser leurs invendus sous la forme de paniers « surprise », vendus entre 9,99 € et 40 € selon leur taille, soit un tiers de leur prix non remisé. Une fois son panier payé via l’appli, l’utilisateur se rend à l’entrepôt pour le récupérer.

Lucie Basch, fondatrice et présidente de Too Good To Go explique : «Too Good To Go s’est mobilisé dès le début de la crise pour apporter son expertise aux professionnels de la distribution RHD qui se retrouvaient avec des stocks importants de nourriture à écouler. Grâce à nos contacts avec des associations et notre communauté de 6 millions d’utilisateurs, nous avons pu proposer à chaque partenaire une solution adaptée à ses besoins et ses contraintes et 13 000 paniers ont pu être sauvés de la poubelle en 8 semaines. Alors que la réouverture des cafés et restaurants est encore incertaine, nous sommes plus que jamais prêts à aider tous les professionnels à lutter contre le gaspillage alimentaire.»

16/03/2020

Fermeture des cantines et restaurants d’entreprises – Don et congélation pour sauver les stocks de produits alimentaires

©Restauration21

Depuis lundi 16 mars, la fermeture des écoles, collèges, lycées, universités pour contrer l’épidémie de coronavirus, et donc la fermeture des cantines scolaires signifie la perte de millions de repas. Même chose pour les restaurants d’entreprises désertés par les salariés invités à télétravailler ou mis au chômage partiel. Comment sauver ces surplus de la poubelle  ?

– Le don : Les surplus peuvent être donnés à des association caritatives habilitées.
Lire : Don des surplus alimentaires en restauration collective : une ordonnance en précise les modalités
Rappelons que les opérateurs de la restauration collective, privée et publique, qui produisent  plus de 3 000 repas par jour doivent proposer une convention aux associations habilitées d’aide alimentaire pour le don de denrées non consommables et  non vendues.

L’Agores a mis en ligne sur son site internet  une fiche faisant le point sur le cadre juridique et les modalités de don alimentaire pour la restauration collective.

Des application digitales facilitent la mise en relation : Phenix, Eqosphere, Click&Don. (suite…)

25/10/2019

Opération « Plateaux zéro gaspi » à la Défense

©Restauration21

8 348, c’est le nombre de plateaux vides, sans reste de repas, sur un total de 16 048 comptabilisés par les équipes de la plonge au niveau des zones de débarrassage des 15 restaurants d’entreprise  des membres de l’association La Défense des Aliments, sociétés de restauration, gestionnaires de tours du quartier d’affaires mobilisés contre le gaspillage alimentaire. Un état des lieux chiffrés réalisé le 16 octobre, lors du service du déjeuner dans le cadre de l’opération « Je m’engage dès aujourd’hui pour un plateau zéro gaspi » qui conclut que seulement 52,02 % des convives consomment toute la nourriture qu’ils se sont servie au self.

Dans les 2 selfs du  restaurant inter entreprise (RIE)  de la tour D2  gérée par Foncia IPM, la lutte contre le gaspillage alimentaire passe par la régulation de la consommation du pain. Deux campagnes de pesée ont été organisées dans les restaurants  (Elior). Le  couperet est tombé : 35 kg environ de pain sont jetés par semaine, soit 225 unités par jour, malgré la tarification à 0,19 € le 2e morceau de pain. Au self, des affichettes alertent les  convives : une baguette jetée, c’est 150 l d’eau gaspillée. Les cuisiniers qui servent sur les postes chauds rappellent également le message. « Nous voulons mettre en évidence, avec des chiffres, que la plupart des convives  créent du gaspillage » explique José Pereira, directeur des 5 points de restauration situés dans la tour. (suite…)

23/10/2019

Don des surplus alimentaires en restauration collective : une ordonnance en précise les modalités

Publiée au Journal officiel du 22 octobre, une ordonnance du gouvernement étend  les dispositions de la loi du 11 février 2016 relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire, dite loi Garot, aux secteurs de la restauration collective et l’agroalimentaire. Les opérateurs de la restauration collective, privée et publique, qui produisent plus de 3 000 repas par jour devront proposer une convention aux associations habilitées d’aide alimentaire pour le don de denrées consommables et non vendues. Même chose pour les entreprises de l’industrie agroalimentaire réalisant un chiffre d’affaires annuel supérieur à 50 M€.

Tous auront au préalable à réaliser un diagnostic incluant l’approvisionnement durable en denrées alimentaires. Cette mesure entrera en vigueur dans un délai d’un an à compter de la publication de l’ordonnance. Mais le calendrier s’accélère dès le 1er janvier 2020, échéance à laquelle ces opérateurs devront rendre publics leurs engagements en faveur de la lutte contre le gaspillage alimentaire. De plus, interdiction leur est faite de rendre impropres à la consommation les invendus alimentaires encore consommables. Les contrevenants s’exposeront  à une amende de 3 750 € qui peut être assortie d’une peine complémentaire d’affichage ou de diffusion par voie de presse. (suite…)

14/10/2019

Serbotel 2019 – Une table-ronde sur le gaspillage alimentaire animée par Restauration21 le 21 octobre

Rendez-vous le 21 octobre de 12 heures à 13 heures sur l’Espace Démos Conférences du salon Serbotel,  dans le Grand Palais, niveau 3 du Parc des Expositions à Nantes (44). Au programme : une heure d’échanges autour d’ initiatives de professionnels de la restauration commerciale pour lutter contre le gaspillage alimentaire en amont, pendant et après le service.

Les intervenants seront :
Coralie Menuge, restaurant (zéro déchet) Jargus à Nantes, adhérente GNI Grand Ouest ;
Didier Fontes, chef du Comptoir Joa (Casino des Pins) aux Sables d’Olonne et adhérent UMIH 85 ;
Claire Pennarun, vice-présidente des Traiteurs de France , en charge du dossier RSE, directrice générale de la Maison Pennarun ;
Bruno Houppermans, créateur de l’entreprise Chef’Eco (meuble de tri pour la restauration) et de l’appli Click&Don ;
Alain Godicheau, réseau Restau’Co (restauration collective en gestion directe).

Durant toute la durée du salon, des temps forts seront dédiés à la restauration responsable.

Télécharger une invitation.

www.serbotel.com

Du 20 au 23 octobre, Parc des Expositions, Nantes.

14/10/2019

Gaspillage alimentaire – Plus de 100 articles sur Restauration21 à la disposition des professionnels

Plateau restauration scolaire

©Restauration21

Comment réduire les quantités jetées en restauration commerciale et collective ?
Retrouvez sur Restauration21 les initiatives et les bonnes pratiques mises en œuvre par des professionnels de plus en plus engagés.
Comment ? En allant directement sur la rubrique gaspillage.

En 2016, l’Ademe chiffrait à 10 millions de tonnes la quantité de nourriture gaspillée en France chaque année, tous les acteurs et toutes les filières alimentaires confondus, soit 18 % de la production alimentaire. Considérant que 9 643 millions de repas sont consommés hors domicile en France, l’agence évaluait à 1,33 millions de tonnes de produits (soit 21 kg par personne et par an) la masse de pertes et gaspillages en restauration commerciale et collective.  Soit un coût financier de 2,13 milliards d’euros et un impact carbone de 2 034 900 tonnes équivalent CO2.

Programmée le 16 octobre, la Journée Nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire, poursuit l’objectif d’inciter à réduire de 50 % le gaspillage sur l’ensemble de la chaîne alimentaire à l’horizon 2025.

14/10/2019

Restauration d’entreprise : 71 % des salariés veulent réduire le gaspillage alimentaire

A l’occasion de la Journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire, le 16 octobre, l’association  Paris La Défense dévoile  les résultats du sondage mené fin septembre auprès de plus de 400 salariés du quartier d’affaires de l’ouest parisien. Il s’agissait d’y évaluer l’ampleur du gaspillage alimentaire, de connaître l’état d’esprit des salariés y travaillant et de déterminer leur capacité à adopter des comportements de consommation plus responsables dans leur restaurant d’entreprise.

Les résultats sont plutôt encourageants ; 61% des salariés sont conscients d’occasionner du gaspillage alimentaire lorsqu’ils déjeunent dans leur restaurant d’entreprise et ils sont 71 % prêts à modifier leurs habitudes afin de limiter les quantités jetées. Et ce, de multiples façons : 75 % des salariés affirment être prêts à payer leur pain dans leur restaurant d’entreprise, 90 % sont enclins confirmer la veille leur présence au déjeuner, 86 % accepteraient d’avoir un choix plus limité au menu en fin de service et 43 % se disent prêts à acheter, auprès de leur restaurant d’entreprise, certains plats invendus pour les emporter. (suite…)

1 2 3 11

Restauration21,
découvrez le Magazine

Restauration21 - Le magazine de la restauration durable
Feuilleter en ligne le Magazine #2 de Restauration21

Idées

La newsletter de Restauration21

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Chef’Eco

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Tournus Equipement

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le climat

  • Un menu

Liens utiles-partenaires