25 articles publiés dans la catégorie "Biodéchets"

11/06/2019

Tri des déchets : 15 enseignes de la restauration signent un contrat d’engagement avec Brune Poirson

Brune Poirson demandent aux enseignes de restauration rapide de rendre des compte. ©Restauration21

Brune Poirson, secrétaire d’Etat à la Transition écologique et solidaire, a fait signer ce matin à 15 enseignes (1) de la restauration rapide un contrat d’engagement pour le tri de leurs déchets. Les signataires ont 3 ans pour mettre en conformité en matière du tri 5 flux et des biodéchets. 70 % de leurs restaurants devront opérationnels au 31 décembre 2019, puis 90 % au 31 décembre 2020 et la totalité  fin 2021. Tous les 6 mois, les chaines de restauration rendront des comptes à la secrétaire d’Etat sur leurs progrès via la transmission d’une information détaillée restaurant par restaurant, qu’il soit détenu en propre, en concession ou en franchise.

Chaque année, la restauration rapide qui compte 30 000 points de vente sert 6 milliards de repas et génèrent environ 180 000 tonnes d’emballage et 60 000 tonnes de déchets alimentaires. Début 2019, Brune Poirsonavait donné 2 mois aux poids lourds du secteur pour proposer un plan de mise en conformité en matière de tri de leurs déchets. Mais, peu convaincue par leurs propositions, elle les a enjoins, à lami-mai, de lui remettre une copie corrigée le 7 juin.

A leur sortie du ministère de la Transition écologique et solidaire, quelques acteurs de la restauration ont accepté de livrer un bref commentaire au micro des  journalistes, la plupart d’entre eux préférant opter pour la réserve et un départ rapide.  « Nous allons anticiper l’échéance de 2025 pour les biodéchets. La question est de savoir où vont les déchets triés dans nos restaurants» a commenté Thomas Battistini, président de Healthy Group (Jour). Pour Sylvia Touboulic-Barretau, responsable RSE de la Mie Câline, « il va falloir travailler sur la collecte des déchets. » (suite…)

14/02/2019

La cuisine centrale de Montpellier passe aux barquettes compostables

Annoncée dans le Magazine #2 de Restauration21 dans l'article Des barquettes compostables jetées avec les biodéchets publié dans le dossier intitulé Fin programmée des barquettes en plastique, début du casse-tête, l'adoption des barquettes compostables (Rescaset) par la cuisine centrale de Montpellier a été officialisée le 12 février par Marie-Hélène Santarelli, adjointe au Maire, déléguée à l'Alimentation durable et Sonia Kerangueven, adjointe au Maire, déléguée à la Réussite éducative. 

 

Livrés en liaison froide aux 86 écoles de la ville, les repas (13 600 par jour en moyenne) sont conditionnés dans des barquettes compostables  (selon la norme EN 13432) en cellulose issue de matières premières renouvelables, étanches à l'eau et aux graisses grâce à un film en cellulose également compostable. Les  barquettes constituent l'un des items du projet  «Ma Cantine autrement2015-2020 » de la ville visant à promouvoir une alimentation durable. 100 % compostables, elles  permettent  à la ville d’atteindre l’objectif de « territoire zéro gaspi » en étant, comme le reste des biodéchets issus des cantines, valorisées, collectées et traitées au sein de l’usine de méthanisation Amethyst.

 

Le coût des barquettes en cellulose (90 000 unités par an) est estimé à environ 60 000 € par an.

 

Lire le Magazine #2 de Restauration21.

11/02/2019

Chef’Eco présente sa table de tri connectée

Chef'Eco-pesee-connecteeLes tables de tri Chef'Eco peuvent dorénavant intégrer un système de pesée connectée. Positionné sur la crédence, un écran tactile récupère les informations collectées par la balance pour chaque type de déchets. Le cumul des données en fin de service est récupéré par le chef de cuisine sur une interface web dédiée où il dispose d'une compte client récapitulant l'historique, des pesées (courbes et graphiques) et qu'il peut enrichir manuellement de données complémentaires comme les quantités de biodéchets générés en production ou en fin de service.

 

Chaque mobilier est  configuré en 2, 3, 4 ou 5 bornes de collecte en fonction des besoins du restaurant (nombre de convives, fluidité au tri, emplacements disponibles, …) avec autant de pesées et d'écrans tactiles. En début de service, l'utilisateur paramètre chaque borne (visuels et pictogrammes) selon la nature des déchets à trier et la « quantité incontournable de déchets » estimée pour ce repas.  « L'idée est d'estimer un ratio de déchets incontournable par convive lié aux différentes composantes du menu servi  comme les restes de fruits, les os, coquillages. S'il est de 45 g par exemple, à chaque fois qu'un convive dépassera cette quantité  la différence s'affichera et indiquera la quantité de nourriture  gaspillée» explique Bruno Houppermans, créateur et dirigeant  de Chef'Eco.

 

(suite…)

04/02/2019

Sirha TV – Quelles solutions pour une gestion optimale des biodéchets en restauration ?

Retrouvez la table-ronde animée par Lydie Anastassion, créatrice de Restauration21, le 27 janvier au Sirha 2019 dédiée au sujet des biodéchets en restauration.

Avec :
Frédérique Lehoux, directrice générale du Geco Foodservice ;
Stéphane Martinez, président commission DD au GNI ;
Olivier Robin, Président de Meiko  France ; 
Jean-Jacques Hazan, représentant de l'Agores – association nationale des directeurs de la restauration collective.

 

 

 

19/07/2018

Axibio propose une solution globale de gestion des biodéchets

AxibioAxibio a développé une machine de tri et de compactage des biodéchets associée à un portail web assurant la gestion dématérialisée et le suivi de ceux-ci. Placés dans la trappe vide sac de la machine, les déchets alimentaires sont réduits par lacération,  perdant de cette façon un tiers de leur volume. Au cours de cette étape, les éléments solides sont séparés des erreurs de tri éventuelles (pots de yaourt, capsules de boissons, films plastiques et opercules) par pressage sur une grille active asservie et évacués. L'équipement fonctionne sans ajout d'eau et pèse en continu les quantités traitées. Des données qui, récupérées par l'interface web à laquelle la machine est connectée, permettent la gestion on line administrative et réglementaire (émission  et archivage des document d'accompagnement commercial, tenue du registre des déchets non dangereux…) du gisement récupéré. Mais pas seulement. «Axibio fournit des indicateurs sur les pertes alimentaires, permet de piloter la collecte des biodéchets en fonction des quantités traitées et de suivre leur valorisation en énergie ou compostage» explique Marc Eyraud, co-fondateur de la startup avec Pierre-André Galy. Leur offre de service inclut la mise en relation avec un prestataire logistique pour l'enlèvement des biodéchets compactés et leur acheminement sur une unité de valorisation.

 

 

(suite…)

01/03/2018

Louvre Hotels Group confie ses biodéchets à Moulinot

Louvre Hotels Group (Première Classe, Kyriad, Campanile, Tulip Inn, Golden Tulip, Royal Tulip) annonce un partenariat avec Moulinot Compost & Biogaz pour la collecte et la valorisation organique des biodéchets issus des restaurants de sept de ses établissements situés à Paris et proche périphérie, soit 116 tonnes de biodéchets par an.  Une phase de test avait été menée au sein de trois établissements pilotes (Campanile Roissy, Campanile Bagnolet, Golden  Tulip Roissy) en 2016 avec l’appui de deux prestataires, dont Moulinot. D'ici à 2025, l'ensemble des 848 hôtels du groupe en France rejoindront le dispositif qui se décline autour de trois axes : accompagnement à la mise en place du tri dans l'établissement, la collecte et la valorisation grâce à la méthanisation et le compostage.

29/11/2017

Exki tente le tri en salle des biodéchets dans 2 restaurants parisiens

Exki- Photo@Restauration21.frDans les restaurants parisiens Exki  de la rue de la Boétie et du boulevard Malsherbes, le meuble de tri des restes et déchets de plateaux installée dans la salle dispose d'un collecteur supplémentaire destiné à récolter les déchets organiques. Posée dessus, une signalétique affiche les consignes de tri  : les clients peuvent y verser les aliments non consommés, les barquettes en bois de peuplier, les plats en pulpe de canne à sucre et les serviettes en fibres recyclées. Soit tout ce qui est compostable ou valorisable en biogaz. Si l'effort de l'enseigne est louable, les résultats sont loin d'être probants car la plupart des clients ont du mal à prendre les bons réflexes. 
« Les clients ne suivent pas les consignes. La plupart des poubelles en front-office sont contaminées par des déchets non-organiques et donc leur contenu est  replacé dans le bac du tout-venant  » constate Robin Blondel,  directeur de produit et marketing du groupe. Seuls les biodéchets issus du back office des 2 restaurants sont récupérés par  une entreprise prestataire (Moulinot)  afin d'être valorisés en biogaz ainsi que ceux de 6 autres restaurants parisiens du groupe où le tri des déchets de production a été initié.

 

(suite…)

18/09/2017

GECO Food Service met en ligne un guide pour la gestion des biodéchets

Dans le prolongement de sa première synthèse présentée en septembre 2016, Geco Food Service annonce la publication en ligne d'un guide de bonnes pratiques sur la gestion des biodéchets en restauration. « [Le guide ] a pour objectif d’aider les restaurateurs, quel que soit le type de restauration, à mettre en application le tri et la valorisation de leurs biodéchets conformément à la Loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte » souligne Geco.

 

Depuis le 1er janvier 2016, tous les établissements de restauration produisant plus de 10 tonnes de biodéchets par an sont obligés de les trier et de mettre en place une collecte séparée à des fins de valorisation et d'un retour à la terre. Une première étape avant le développement du tri à la source des déchets organiques et sa généralisation auprès de tous les producteurs avant 2025 comme le programme la loi de transition énergétique pour la croissance verte (publiée le 17 août 2015 au JO).

 

Télécharger le guide.

Sur le sujet :

Moulinot va collecter les déchets des concessions Areas à Paris Expo Porte de Versailles, le 03/03/2017.

Le Siredom va expérimenter la collecte et le traitement des biodéchets de 15 établissements scolaires essonniens, le 23/02/2017

Biodéchets : le compostage de proximité, une solution pour les petits producteurs, le 14/09/2016.

 

21/07/2017

La fourchette-cuillère Georgette devient biodégradable

La Georgette biodégradable - Photo@Restauration21.frDécidément Jean-Louis Orengo n'est jamais à court de bonnes idées. « Sa » Georgette,  un couvert innovant à la fois fourchette, cuillère et presque couteau, est désormais disponible en matière biodégradable 100 % biosourcée. Après avoir placé les versions  inox ou métal argenté  sur la table de nombreux étoilés de l'hexagone, ce passionné d'ichnologie (1) se tourne vers les professionnels de l'événementiel et les traiteurs à la recherche de couverts innovants et éco-responsables. « En fin de service, la Georgette biodégradable peut être placée dans la poubelle des biodéchets » explique-t-il. Et prendre ainsi le chemin d'une installation industrielle de compostage.

 

Disponible en format 10 cm et 16 cm, la Georgette permet de piquer et de séparer  les aliments avec  ses fourchons, de manger du liquide avec le grand cuilleron, de touiller avec le petit cuilleron (au bout du manche). Sa forme rappelle celle d'une patte animale.  Alors que sa grande sœur en inox est produite au Portugal, la dernière née est fabriquée dans une petite unité d'injection plastique située dans l'Ariège.  « Le matériau est fabriqué par Végéplast [Tarbes]. Il se présente sous la forme de granulés [au centre de la photo] qui sont chauffés et fluidifiés pour être coulés dans des moules » résume Jean-Louis Orengo. Le process permet de personnaliser le couvert en le colorant. «C'est l'équivalent du haut de gamme de l'inox version amidon » assure l'inventeur qui a remporté en 2016 la médaille d'or au concours Lépine pour le couvert en inox.

 

(suite…)

03/03/2017

Moulinot va collecter les déchets des concessions Areas à Paris Expo Porte de Versailles

_FJF0902 1Areas, la division restauration de concession du groupe Elior, annonce qu'elle confie à Moulinot Compost & Biogaz la collecte, la gestion et la valorisation de l’ensemble de ses déchets produits sur le parc des expositions de la Porte de Versailles. Dans le cadre du projet de modernisation du parc, le concessionnaire y implante 40 points de vente et 30 enseignes de restauration ce qui représente  un gisement de 380 tonnes par an de déchets de restauration : biodéchets, carton, verre,  bouteilles en plastique, canettes, films transparents… Avec ce partenariat, le restaurateur veut en valoriser 50 % d’ici le mois d’avril 2017.

 

Regroupés et triés sur un éco-site installé sur le parc, les déchets seront ensuite envoyés vers les filières de valorisation adaptées par les opérateurs agréés. Les biodéchets seront emportés par les camions GNV de Moulinot à Villeneuve et à Etampes afin d'être méthanisés. Dans un second temps, ils seront compostés sur la plate-forme de compostage de Vert-Le-Grand (91).

 

(suite…)

Restauration21,
découvrez le Magazine

Restauration21 - Le magazine de la restauration durable
Feuilleter en ligne le Magazine #2 de Restauration21

Idées

La newsletter de Restauration21

Transgourmet

  • Fournisseur de référence

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Chef’Eco

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Eclektic

  • Inscrivez votre activité dans une perspective durable

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le climat

  • Un menu

Liens utiles-partenaires