18/11/2021

Booking.com met en place le badge « Établissement Voyage Durable »

Le  site de réservations d’hébergements veut  répondre aux  voyageurs qui attendent davantage de propositions durables de la part du secteur.

Booking.com, annonce  le lancement de son badge « Établissement Voyage Durable » à l’échelle mondiale. « Cet indice de durabilité fiable fournira des informations pertinentes aux voyageurs du monde entier qui souhaitent rendre leur choix de voyage plus durable» explique la marque dans un communiqué. Le badge est disponible pour tous les établissements ayant mis en œuvre un ensemble de pratiques écoresponsables et peut s’appliquer à tout type d’établissement (appartements, chambres d’hôtes, maisons de vacances, hôtels). 5 domaines clefs ont été pris en compte dans la méthodologie établie avec le cabinet de conseil Sustainalize  : gestion des déchets, consommation d’énergie et émission de gaz à effet de serre, gestion de l’eau, soutien aux communautés locales et protection de la nature. Ils se déclinent en 32 mesures comme l’élimination des produits de toilette en plastique à usage unique, le passage aux éclairages à LED, l’utilisation de sources d’énergies 100 % renouvelables, l’investissement d’un certain pourcentage des bénéfices dans la communauté locale. (suite…)

18/11/2021

Avec 37 % de produits bio, le coût denrées d’un repas à la cantine est de 2,14 euros

Au 1er janvier 2022, la restauration collective devra servir 50 % de produits dits durables dont 20 % de bio (en valeur). Les cantines sont-elles prêtes ?

Les chiffres 2021 de la 5e enquête de l’Observatoire de la restauration collective bio et durable de l’association Un plus Bio tombent à pic à la veille de la date couperet de la loi Egalim. Au 1er janvier 2022, la restauration collective devra servir 50 % de produits dits durables dont 20 % de bio (en valeur). Les 6 766 cantines étudiées  (contre 1 200 en 2017) qui servent 1,2 million de repas  chaque jour affichent une part (en valeur) de bio dans les assiettes de 37 %, dépassant ainsi le seuil de la loi Egalim. L’étude combine 2 sources de données : celles collectées par l’enquête en ligne annuelle de l’Observatoire et celles issues des audits menés par Ecocert «En Cuisine».

Souvent perçu comme un frein à l’utilisation du bio en restauration collective, le coût denrées par repas n’est pas forcément corrélé à la quantité de produits utilisés selon l’Observatoire. Parmi les collectivités qui ont un coût denrée compris entre 1,8 € et 2 € par repas, la part de bio varie entre 7 % et 100 %. Plus particulièrement en restauration scolaire : à 2,06 € pour un repas contenant moins de 20 % de bio, le coût denrées moyen passe à 2,02 € pour un repas comprenant 20 à 40 % de produits bio. Sur l’échantillon étudié, le coût denrées d’un repas contenant 37 % de produits est de 2,14 €. (suite…)

10/11/2021

Réduction des emballages en restauration livrée : les professionnels peuvent mieux faire

Extrait de la synthèse des bilans à 6 mois. Source : ministère de la Transition écologique.

En février et juillet 2021, 34 acteurs de la restauration livrée ont signé une charte de 10 engagements pour en finir avec le plastique à usage unique et favoriser le réemploi avec le ministère de la Transition écologique. Premier point d’étape.

Les acteurs de la restauration livrée en ont-il bientôt fini avec le plastique à usage unique ? 34 d’entre eux – plateformes de livraison,  restaurants virtuels, restaurateurs, enseigne de restauration en livraison, apporteurs de solutions de réemploi-  se sont engagés ces derniers mois à en réduire l’usage de 50 % d’ici le 1er janvier 2022 et d’atteindre les  – 70 % l’année suivante. Ce qui se concrétise, selon la charte d’engagement, par l’utilisation d’emballages 100 % recyclables au 1er janvier 2022 et par la mise en place, depuis février dernier, d’une dizaine d’expérimentations de réemploi des contenants des plats via des dispositifs de consigne par exemple. Et depuis le 1er mars, le choix d’une livraison sans couvert et sans sauce doit être proposée aux clients lors de la commande.

Lire aussi : 19 acteurs de la livraison s’engagent à sortir du plastique à usage unique (suite…)

08/11/2021

Uber Eats expérimente la VAE avec les contenants des clients dans 6 enseignes

©Uber Eats

Le service de livraison est signataire de la charte d’engagement, élaborée par le ministère de la Transition écologique, qui fixe des objectifs pour réduire les contenants et les emballages en plastique à usage unique, développer leur réemploi et mieux les recycler.

Après avoir testé la livraison zéro déchet avec Bioburger, Uber Eats se lance dans l’expérimentation de la VAE permettant aux clients d’apporter leur propres contenants. 6 enseignes se sont engagées dans 16 villes : Burger Theory (Paris), TN Sushi (Cagnes-sur-Mer), LM Delivery (Cannes et Sophia Antipolis), Nânâ Pièces (Nanterre), Diablo Wok (Nanterre), My Little Warung (Aix-en-Provence, Anglet, Clermont-Ferrand, Gières, Grenoble, Lyon, Marseille, Nantes, Paris, Perpignan, Six Fours Les Plages, Toulouse et Valence).

Lors de sa commande, le client peut choisir entre utiliser l’emballage du restaurant ou apporter son propre contenant qui devra ainsi être adapté au plat choisi. L’agrégateur explique souhaiter tester l’intérêt des clients, la faisabilité du modèle, évaluer les freins économiques, réglementaires, opérationnels , afin de « pouvoir peut-être envisager à termes, de mettre en place ce système à une plus grande échelle. » (suite…)

08/11/2021

Cuisiniers au grand cœur : le fonds de dotation Metro soutient 5 nouveaux projets associatifs

Lancé en mai dernier, le premier appel à projet externe du fonds Metro récompense  5 projets associatifs avec  une dotation de 10 000 €. L’occasion pour la Fondation de soutenir des actions autour du repas, de l’alimentation durable, de la transmission, de l’éducation ou de l’insertion. Les lauréats sont l’association Linkee (Paris), La Cloche (Sud et Grand Est), Les Petites Cantines (Grenoble), Epices (Mulhouse) et Yes We Camp (Marseille).

Association Linkee (Paris)
Le projet vise à créer et animer un tiers-lieu alimentaire accueillant notamment une cuisine partagée et permettant d’apporter une aide alimentaire durable aux personnes précaires. En un an, le projet permettra de fournir 150 000 repas aux personnes en situation de précarité à Paris et en Ile-de-France et, dans le même temps, de réduire le gaspillage alimentaire de 50 tonnes.  Les plats seront constitués à partir d’invendus et cuisinés par les bénéficiaires et les bénévoles durant des ateliers solidaire dirigés par des chefs engagés et partenaires. Ce projet renforce le lien social et rend universel l’accès à une alimentation de qualité. (suite…)

Restauration21,
découvrez le Magazine

Restauration21 - Le magazine de la restauration durable
Feuilleter en ligne le Magazine #5 de Restauration21

Idées

La newsletter de Restauration21

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Chef’Eco

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Tournus Equipement

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le climat

  • Un menu

Liens utiles-partenaires