13 articles publiés en juin 2014

30/06/2014

Doggy bag : les professionnels sont invités à répondre à une enquête en ligne

Boite doggybagFaut-il proposer le doggy bag en restauration commerciale ? Est-ce possible ? Souhaitable ? Est-il déjà mis en place dans votre établissement et dans quelles conditions ?

 

Dans le cadre du Pacte national de lutte contre le gaspillage signé le 14 juin 201, porté par le Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, les représentants de la restauration commerciale se sont engagés, entre autres, à développer l’usage du doggy bag. Une récente enquête nationale pilotée par la DRAAF Rhône-Alpes et destinée aux clients révèle une réelle attente de la part du consommateur. Sur plus de 2 700 personnes interviewées, 75 % d'entre elles se disent prêtes à utiliser le doggy bag, 90 % à être favorables à la promotion de ce dispositif anti gaspillage.  59 % des personnes interrogées disent ne pas toujours finir leur assiette.

 

(suite…)

25/06/2014

Manger bio et local en entreprise affiche un bilan encourageant

Pastilles manger bio et local en entreprise_stop_selfManger Bio Local en Entreprise présente son bilan 2014. 3 ans après son lancement, l'opération, initiée par  Corabio en partenariat avec FL Conseil et qui vise à introduire des produits bio locaux dans les restaurants d’entreprise par la mise en lien des acteurs en Rhône-Alpes, le suivi et l’accompagnement des restaurants, le développement d’outils de communication et d’animation, fédère 13 entreprises (1), 17 restaurants et 8 sociétés de restauration (2). Soit 15 500 repas distribués par jour. Certains sites atteignent 20% de produits bio locaux dans  les menus.

 

Près de 80 % des produits alimentaires sont achetés en direct des groupements de producteurs bio de la région.  "En atteignant l’objectif de 20 %,l’ensemble des 17 restaurants initieront un marché économique régional estimé à  plus de 1.5 millions d’euros (HT) annuel" précise Corabio.

 

Les  entreprises impliquées annoncent la création d’un club inter-entreprises ayant pour vocation de fédérer les acteurs autour de cette  démarche d’alimentation responsable et d’impulser la dynamique sur  d’autres entreprises et territoires. La DRAAF Rhône-Alpes soutiendra l’écriture d’un document de capitalisation compilant les 3 années d’expérience passées pour permettre  la diffusion  du dispositif au territoire national lors d’un colloque prévu début 2015.

 

(suite…)

23/06/2014

Un fruit pour la récré : l’Europe finance à 76 %

Un fruit pour la récréLes résultats du bac ne sont pas encore tombés que déjà il faut préparer la future rentrée. Les écoles, collèges et lycées, ainsi que les accueils péri-scolaires organisés après l'école et sous tutelle des communes,  peuvent s'inscrire à l'opération "Un Fruit pour la récré" qui repose sur une distribution de fruits ou légumes dans le cadre scolaire associée à un accompagnement pédagogique. A compter de septembre prochain, elle bénéficie d'un financement complémentaire de l'Union européenne, porté à 76 %. Les 24% restants sont à la charge du bénéficiaire du financement, établissement scolaire ou commune. Pour une classe de 30 élèves et pour un trimestre, après participation européenne, le coût de revient moyen est de l’ordre de 13 € (9 semaines de distribution).

(suite…)

23/06/2014

Un potager et un verger pour Frame Brasserie

Photo©Restauration21.fr (3)La Californie s'est installée au pied de la Tour Eiffel. Et avec elle, l'expérience d'une restauration fusion, mixant styles et ingrédients, présentée avec soin dans les assiettes et menée par le chef Andrew Wigger et le directeur de la restauration Vincent Archer. Le concept, hébergé par le Pullman Tour Eiffel (Accor),  inclut un jardin potager et un mini-verger de 650  m2 conçus dans un aménagement paysager de 1 200 m2.  Celui-ci a été mis en place par Topager, l'entreprise experte en écosystèmes urbains,  conceptrice du jardin sur le toit de Terroirs de Paris (Yannick Alleno) à la Mutualité, et du  potager sur d’AgroParisTech. Mesclun, radis, fleurs comestibles, fraises (300 pieds plantés, 7 variétés différentes) composent les premières cueillettes de juin. Arriveront bientôt les framboises, les groseilles, les tomates, les courgettes….

 

"Pour certains produits comme les tomates cerises, le mesclun , le potager devrait fournir  le restaurant à 100 %, explique Nicolas Bel, ingénieur-jardinier des toits. Avec son, équipe, il a conçu un espace éco-responsable sur le principe de la permaculture. Des micro goutteurs intégrés et enterrés assurent l'arrosage des plans, le bois non traité provient des forêts du Perche et de Normandie. Aucun engrais chimique ou pesticide n’est utilisé, les épluchures et les déchets verts sont compostés. Pour encourager la production de miel (430 kg l'an dernier) des 8 ruches installées sur le toit de l'hôtel, un "champ" de phacélies a également été planté.

 

(suite…)

20/06/2014

The Place To Bio dévoile son premier palmarès

Logo The Place to BioLe guide en ligne, The Place to Bio qui référence les restaurants bio labellisés (recensés auprès de l'Agence Bio), a dévoilé lundi 16 juin son premier palmarès des adresses dites "responsables". Le site attire aussi l’attention sur les  efforts entrepris dans chaque établissement  en matière de produits locaux, de cuisine maison, d'attention portée aux régimes végétarien, végétalien, sans gluten…

Prix de la créativité culinaire :  Elsa (Monaco) ;

Prix locavore : L’Essentiel chez Raphaël (Strasbourg) ;

Prix veggie : Soya (Paris) ;

Prix du concept durable : Pur etc. (Strasbourg) ;

Prix du jury : Chez mon Jules (Vesc) ;

Prix des internautes : crêperie La Clé des champs (Vitré).

20/06/2014

Le label Valo Resto Pro engage la filière “cuisine professionnelle et métiers de bouche” dans la protection de l’environnement

Jeudi 19 juin, le Syneg (Syndicat National de l’Équipement des Grandes Cuisines) a présenté Valo Resto Pro, un dispositif global de collecte et de recyclage de la filière "cuisine professionnelle et métiers de bouche", et nouveau label de qualité environnementale. Elaboré avec l'éco-organisme Ecologic, le dispositif a 2 objectifs : proposer aux acteurs fabricants, installateurs et utilisateurs de la filière "cuisine professionnelle et métiers de bouche", un guichet unique de collecte et de recyclage des équipements en fin de vie, dont les déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) et promouvoir un label d’identification collectif reconnu comme l’engagement de toute une filière en faveur de la préservation de l’environnement.

 

10 000 tonnes d’équipements électriques et électroniques sont mises annuellement sur le marché français par les 50 adhérents du Syneg. Sont  concernés : les appareils de cuisson, de réfrigération, de laverie, de ventilation ainsi que les équipements de bars et offices et tout autre équipement électrique et électronique entrant dans le champ d’application de la directive 2012/19/EU du Parlement européen et du conseil du 4 Juillet 2012.

 

(suite…)

18/06/2014

La Mairie de Paris vise 50 % d’aliments bio ou labellisés dans les crèches d’ici 2020

Sur proposition de Nawel Oumer, conseillère déléguée à la petite enfance,  le Conseil de Paris a adopté l'objectif de 50 % d’alimentation bio ou labellisée dans les denrées alimentaires destinées aux crèches. En 2014, la part du bio dans les crèches atteint 37 %.

"Cette mesure permet aussi de privilégier des denrées issues d’une agriculture moins intensive, qui respecte davantage les sols, les nappes phréatiques et la biodiversité des écosystèmes" souligne la mairie dans un communiqué de presse.

17/06/2014

Selon le Credoc et l’ADEME, les Français sont prêts pour l’économie circulaire

Photo©Restauration21.fr (2)A l'occasion des premières Assises de l’économie circulaire organisées le 17 juin par l’Institut de l’Economie Circulaire (IEC) et l’ADEME, celle-ci révèle  les résultats d’une étude réalisée par le Credoc (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) sur l'évolution des comportements des  Français dans un contexte de crise économique et environnemental.

 

L’économie circulaire place les systèmes de production et de consommation dans une optique d'utilisation la plus efficace possible des ressources, tout en réduisant les impacts sur l’environnement et en maintenant le bien-être des individus. Elle  concerne tous les acteurs, depuis le fabricant jusqu’à la collectivité locale en passant par le consommateur.

 

Sur Restauration21.fr, de nombreux articles y  font référence, notamment au niveau de la gestion des déchets de boissons, des biodéchets, des emballages pour la restauration rapide, par exemple. Le Cradle to Cradle a été officiellement lancé dans l'hexagone en avril  dernier.

 

 

Selon, l’étude du Credoc, les Français sont prêts à suivre le mouvement. L'analyse, commandée par l’ADEME, permet de dresser un panorama des habitudes et modes de consommation des Français et d’identifier le potentiel de développement de l’économie circulaire au sein de la population.

(suite…)

11/06/2014

Vrai rejoint “1% for the planet”

1% for the planet  logoLa marque de produits laitiers biologiques Vrai (Triballat Noyal) annonce qu'elle a rejoint le programme "1% for the Planet" qui finance des projets environnementaux portés par des associations grâce aux entreprises qui reversent 1% de leur chiffre d’affaires. En 10 ans, près de 75 M€ ont été dépensés dans ces actions de protection de l'environnement.

 

Vrai subventionne 15  actions concrètes en lien avec le terroir et les éleveurs, en faveur de la biodiversité dont une concernant la protection des abeilles. 50 ruches ont été placées sur  des exploitations agricoles biologiques. Le miel récolté  sera  vendu par les producteurs.

 

"En nous engageant dans 1%, nous confortons et revendiquons notre rôle sociétal. Notre démarche RSE démontre une nouvelle fois que nous refusons une simple approche mercantile de notre activité", souligne Olivier Clanchin, Président de Triballat Noyal.

 

La marque commercialise 53 références sur le marché des CHD.

11/06/2014

Ça biogaz pour le Resort Barrière Ribeauvillé

TROPHEE_RSE2014Inauguré en 2012, le Resort Barrière Ribeauvillé (68) accueille un hôtel 4 étoiles, un casino, une balnéo de 3 600 m2, un spa, deux restaurants dont un de  120 couverts, un bar lounge et une salle de spectacles. Soit une superficie de 11 000 m2  dont une bonne partie (l'hôtel, la balnéo) est chauffée au biogaz grâce à un partenariat signé entre Lucien Barrière Hôtels et Casinos et le réseau Agrivalor Energie.

 

Le principe repose sur l'exploitation de l’énergie d’une unité de méthanisation située sur le site de la ferme voisine," l ’Hirondelle". A partir du lisier de vaches laitières,  l'installation produit 4 205 000 m³ de biogaz par an  et alimente 2 cogénérateurs qui le convertissent en énergie thermique et électrique, laquelle est insérée dans le réseau électrique publique. Et achetée à EDF par le compklexe hôtelier, qui couvre la consommation électrique de près de 70 % de son centre de balnéothérapie. Selon le bilan environnemental de cette opération, le  rejet de 5 240 tonnes équivalent CO² est ainsi évité.

 

(suite…)

Restauration21,
découvrez le Magazine

Restauration21 - Le magazine de la restauration durable
Feuilleter en ligne le Magazine #2 de Restauration21

Idées

La newsletter de Restauration21

Transgourmet

  • Fournisseur de référence

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Chef’Eco

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Eclektic

  • Inscrivez votre activité dans une perspective durable

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le climat

  • Un menu

Liens utiles-partenaires