10 articles publiés en décembre 2017

22/12/2017

Edouard Philippe confirme 50 % de « produits bio, locaux ou écologiques » en restauration collective en 2022

Les Etats généraux de l'alimentation et leurs 6 mois de travaux se sont refermés le 21 décembre. Le premier ministre Edouard Philippe a confirmé l'objectif fixé par Emmanuel Macron à Rungis le 11 octobre dernier, d'inscrire «dans la loi, l’objectif de 50 % de produits bio, locaux ou écologiques dans la restauration collective d’ici la fin du quinquennat ». Sans préciser toutefois la  proportion donnée aux produits bio. C'est dans le dossier de presse que se niche l'information : « L’approvisionnement de la restauration collective devra comprendre, en 2022, 50 % de produits bio, sous autres signes de qualité ou locaux, dont 20 % de produits issus de l’agriculture biologique. » Le projet de loi devrait être adopté avant la fin du premier semestre 2018.

 

(suite…)

20/12/2017

Gaspillage alimentaire : Guillaume Garot souhaite généraliser le don des repas non consommés en restauration collective

Article actualisé le 22 décembre 2017 – Lors de la clôture des Etats généraux de l'alimentation le 21 décembre, Edouard Philippe a annoncé que l'obligation du don des excédents aux associations serait appliquée à la restauration collective et à l'industrie agroalimentaire.

 

Dans le cadre des Etats Généraux de l'Alimentation, clôturés le 21 décembre, Guillaume Garot a présidé l'atelier 10 consacré à la lutte contre le gaspillage alimentaire. Parmi les 23 propositions remises par le groupe de travail à Stéphane Travert, ministre de l'agriculture et de l'alimentation, plusieurs concernent la restauration collective. Le député de la Mayenne  souhaite étendre à la restauration collective l'obligation de donner les invendus comme cela se fait en GMS depuis 2016 dans le cadre de la Loi Garot. Dans une interview publiée sur le site internet de l'hebdomadaire L'Avenir agricole, le député de la Mayenne explique : «  Il y a un an et demi, la loi mettait en responsabilité la grande distribution. Il faut que dans la prochaine étape on puisse travailler de façon plus étroite sur la restauration collective, avec le même principe de donner plutôt que jeter. Les repas non consommés doivent pouvoir être donnés à des associations volontaires pour les distribuer

 

(suite…)

15/12/2017

Un contrat en faveur d’une restauration collective responsable remis à l’Elysée

Remise contrat - CopieLa FNH, le réseau Restau’Co, la FCPE, la FNAB, MBIM, les Marchés de gros de France, le Marché de Rungis, l’Union nationale des CPIE s'engagent au travers d'un « Contrat pour une restauration collective responsable ». Les organisations ont remis le document à la Présidence de la République le 14 décembre pour montrer qu’il est possible de répondre, voire de dépasser les engagements portés par le président de la république. Emmanuel Macron s'est en effet déclaré en faveur de l'utilisation de 50 % de produits bio et locaux en restauration collective d'ici 2022. Les signataires du contrat s'engagent à :

– Assurer une disponibilité de produits biologiques et locaux pour atteindre ces objectifs, via les 23 marchés de gros répartis dans les différentes régions de  France ;

– Essaimer des milliers de sites « Mon Restau Responsable » en 2020, en accompagnant les restaurants dans une démarche de progrès écologique et social ;

– Diminuer le gaspillage alimentaire dans les restaurants de collectivité.

 

(suite…)

13/12/2017

Too Good To Go fédère 2 200 commerçants dont 900 points de vente de restauration en France

Photo appli TGTGPour Too Good To Go, une application de lutte de contre le gaspillage alimentaire qui connecte consommateurs et commerçants ayant des invendus, l'année 2017 s'achève sur des chiffres encourageants. Lancée en juin 2016 à Lille, puis à Paris, la solution est aujourd'hui utilisée par 400 000 consommateurs dans plus de 40 villes en France dans 2 200 commerces dont 900 points de vente de restauration (rapide, snacking, traditionnelle…).

Pour ne pas avoir à les jeter en fin de journée, le commerçant  solde ses invendus  via l'appli mobile, la ristourne moyenne  accordée étant de 70 % environ par rapport au prix initial. L'utilisateur intéressé passe commande, règle en ligne et se présente ensuite dans le magasin à l'heure convenue pour récupérer son panier. Moyennant une commission de 1 € par portion, Too Good To Go reverse le chiffre d'affaire au commerçant tous les mois. « Dans le cas de la restauration, le panier est généralement composé d'un plat et d'un dessert, ou d'une entrée parfois pour un ticket moyen de 3,5 € » précise Rose Boursier-Wyler en charge du développement de la startup de l'ESS.

 

(suite…)

11/12/2017

Gimm obtient la certification événementielle Iso 20121

Gimm IsoMembre de l'association des Traiteurs de France (TDF), la société toulousaine Gimm a achevé avec succès sa démarche de certification internationale Iso 20121 « Systèmes de management responsable appliqués à l’activité événementielle » engagée en mai dernier. Pour y parvenir, le traiteur a rédigé une politique de management responsable répondant à trois grands enjeux stratégiques :

– environnemental en entrant dans une logique d'économie circulaire ;

– économique via la promotion des circuits courts dans une logique de valorisation des territoires ;

– social en contribuant  à la sensibilisation RSE de la filière, notamment par la mobilisation des clients.

 

« Grâce aux engagements ambitieux mais atteignables que nous prenons, nous nous inscrivons dans une réelle dynamique d’amélioration continue et renforçons ainsi notre compétitivité et nos performances environnementales, sociales et sociétales », explique Gérard Calvet, Président de Gimm.

 

(suite…)

06/12/2017

Cantines scolaires : le contenu des assiettes au cœur du débat

Photo©Restauration21 - CopieOn n'a jamais autant parlé des menus de la cantine scolaire. Clivante, la proposition d'un menu végétarien hebdomadaire se retrouve au cœur d'un échange médiatisé  entre Nicolas Hulot, ministre de l'écologie et Stéphane Travert, ministre de l'agriculture. Quand le premier se déclare en faveur de la mise en place d'un menu végétarien une fois par semaine en restauration scolaire, le second dénonce une « écologie punitive ». En même temps, celui-ci  a annoncé le week-end dernier que l'objectif de 50 % de produits bio et locaux dans la restauration collective d'ici à 2022 sera inscrit dans la loi. Reste à savoir où sera placé le curseur en matière de bio quand on se rappelle l'épilogue malheureux du projet de loi pour introduire  20 % de bio en restauration collective publique porté l'an dernier par Brigitte Allain. Courant 2018, députés et sénateurs devront donc remettre le couvert dans un contexte de plus en plus tendu. L'alimentation  investit la sphère politique et soulève les passions. Très  certainement, les passe-d'armes entre les différentes parties prenantes  - ONG, filières, interprofessions, élus, cuisiniers, industriels – seront musclées au cours des prochaines semaines.

 

Sur le sujet :

Le bio en restauration.

05/12/2017

AccorHotels lance une plateforme de financement pour soutenir l’agroforesterie

© Pur ProjetDans le cadre de son programme Plant For the Planet, AccorHotels a lancé accorhotels.purprojet.shop, une plateforme en ligne permettant aux internautes de financer des projets d’agroforesterie dans les pays où le groupe est présent. Co-construit avec Pur Projet, ce site a pour objectif de sensibiliser et d’associer le plus grand nombre, au-delà de la clientèle hébergée dans les hôtels, à la transition agro-écologique.

 

5 projets de plantation ont été sélectionnés dans 5 pays différents : France, Roumanie, Sénégal, Indonésie, Pérou. Les internautes peuvent choisir de planter un ou plusieurs arbres (frêne, avocatier, eucalyptus, manguier, baobab, chêne, bouleau, arbres fruitiers par exemple), en leur nom ou celui d’un proche. Le prix varie entre 3 et 10 euros par arbre selon l’espèce et le pays. L'acheteur reçoit un certificat de plantation nominatif, indiquant l’essence de l’arbre, sa localisation, ainsi que le nom de l’agriculteur bénéficiant de cette plantation sur son exploitation.

 

(suite…)

05/12/2017

Concours Saveurs durables : l’édition 2018 est lancée !

Logo Saveurs durables - CopieOrganisé avec l'association Bon pour le climat, le concours Saveurs durables sensibilise candidats et formateurs aux enjeux d'une restauration plus durable, valorise la créativité des jeunes et forme un réseau d’échange entre les établissements scolaires intéressés par l’éco-responsabilité alimentaire. L'édition 2018 se déroulera le 27 mars au lycée René Auffray de Clichy (92). Il est ouvert aux binômes d’apprentis ou de lycéens inscrits en bac professionnel Cuisine, Commercialisation et Services en restauration dans un établissement francilien. Les candidats auront à créer un plat et un dessert à base de navet, proposer un vin et une présentation de table en accord. Les productions devront contenir uniquement des ingrédients choisis pour leur faible impact écologique, et éthique et valoriser des pratiques durables comme l'économie d'énergie et la limitation du gaspillage. Un jury posera des questions sur la conception écologique, technique, gustative et visuelle de ces plats. Le coût carbone des recettes sera évalué au moyen de l'éco-calculateur de Bon pour le climat. Renseignements : contact@saveursdurables.fr

04/12/2017

45 restaurants Api engagés dans la démarche « Mon Restau Responsable »

Damien Debosque Audrey Pulvar API FNHSur les 1 500 restaurants gérés par l'enseigne de restauration collective API, 45 restaurant se sont engagés dans la démarche « Mon Restau Responsable » initiée par la Fondation pour la Nature et pour l'Homme (FNH). Ils ont 4 étapes à franchir : l'auto-diagnostic, la visite technique, d’un pair déjà engagé dans la démarche, la séance publique d’engagement, la séance participative de garantie 6 à 12 mois plus tard. 3 restaurants se sont publiquement engagés : la  clinique Pays de Seine à Bois-le-Roi (77), le collège Saint -Marguerite à Josselin (56) et l'école Notre-Dame de Lourdes à Civrieux d’Azergues (69). 2 séances publiques d’engagement sont prévues pour janvier 2018 : l’une dans un restaurant scolaire à Perpignan, et l’autre en Auvergne.

 

(suite…)

01/12/2017

57 % des professionnels des métiers de bouche estiment avoir une part de responsabilité dans le Développement Durable

Logo-20170922-094658Quel est le niveau d'engagement des professionnels des métiers de bouche en matière de Développement durable ?  Pour le savoir, Metro  a commandité une étude à Harris Interactive pour évaluer la place du développement durable dans la restauration. Les résultats ont été présentés le 27 novembre, dans le cadre de la 2e édition du colloque organisé par le grossiste sur les enjeux et les tendances de la restauration de demain. 1 056 clients transformateurs (restauration traditionnelle et rapide, traiteurs, cafés-bars-pubs) ont été questionnés par mail entre le 19 et le 26 octobre. 57 % d'entre eux disent  se sentir  concernés par le développement durable et  avoir une part de responsabilité élevée. 2 thèmes ressortent : la gestion des déchets (63 %) et la traçabilité de l’origine des produits (71 %).  Engagés, ils déclarent déjà mener 6 actions en moyenne : tri des déchets, consommation d’eau, empreinte carbone et carte courte. Ils sont 85 % à réduire, trier et recycler leurs déchets. Leurs motivations ? Le respect de l'environnement (72 %), le soutien aux producteurs locaux (62 %).  Mais le coût financier sous-jacent aux actions mises en place et le manque d'informations constituent selon eux les freins majeurs à une plus forte implication. Enfin, pour trouver des solutions en matière de Développement durable, 60 % des restaurateurs interrogés se tourneraient vers leurs fournisseurs.

Télécharger l'étude « Demain, mon restaurant passe au durable ».

Restauration21,
découvrez le Magazine

Restauration21 - Le magazine de la restauration durable
Feuilleter en ligne le Magazine #2 de Restauration21

Idées

La newsletter de Restauration21

Transgourmet

  • Fournisseur de référence

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Chef’Eco

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Eclektic

  • Inscrivez votre activité dans une perspective durable

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le climat

  • Un menu

Liens utiles-partenaires