19 articles publiés en février 2010

28/02/2010

En 2011, Eco-Emballage accompagnera la collecte et le recyclage des emballages de la RHF

Point Vert Eco-Emballages En 2012, selon les objectifs fixés par le Grenelle de la restauration, le taux de recyclage des déchets devra être de 75 % avec 80 % de couverture des coûts. Créée en 1992 et agréée par l’Etat pour les emballages des déchets ménagers, la société Eco-Emballages apporte aux emarché et ntreprises un dispositif qui leur permet de mieux gérer leurs emballages dont elles sont responsables. Contre une contribution versée par les entreprises à Eco-Emballages, celui-ci s’assure que les collectivités locales remplissent leurs fonctions de collecte sélective et de recyclage des emballages des produits mis sur le marché par les entreprises contributrices. En contrepartie, Eco-Emballages paie les collectivités locales au niveau du tonnage recyclé. Les emballages des produits concernés par cette filière portent un point vert, signe que le producteur contribue finanièrement à la collecte sélective des emballages.

Aujourd’hui, Eco- Emballages souhaite voir apparaître le point vert sur les emballages des produits vendus sur le marché des CHR. Selon Eric Brac de La Perrière, directeur général de Eco-Emballages, le prestataire devrait recevoir son agrément ses services publiques fin 2010 et démarrer son activité sur ce nouveau secteur début 2011. « Nous sommes en train de définir une série de zones expérimentales sociétales. Il s’agit par exemple de voir comment cela se passe sur un aéroport où il existe de multiples façons de se restaurer », explique Eric Brac de La Perrière.

Les fabricants de produits traiteurs frais s’engagent

Le Synafap (Syndicat des fabricants de produits traiteurs frais) s’est engagé dans une dynamique d’allègement des emballages de ses 40 entreprises adhérentes. De 2003 à 2006, le poids d’une barquette plastique est passé de 20,51 g à 19,72 g soit une réduction de 4 %. Les membres du Synafap ont fait appel aux experts mandatés par Eco-Emballages afin d’effectuer un diagnostic rapide sur les sites de production et d’identifier les principales sources d’allègement des emballages. Pour Brindélices, cela s’est traduit par une réduction de l’épaisseur des barquettes à hauteur de 8 500 tonnes pour 5 ans, l’utilisation de carton 100 % recyclés, l’impression sur un procédé thermique et l’utilisation d’encres végétales. Pour les 5 ans à venir, les 40 traiteurs s’engagent à alléger de 10 % le poids de leurs emballages, au rythme de 2 % par an. Ils travailleront sur deux pistes : la barquette plastique et l’emballage carton.

Informations sur : http://www.ecoemballages.fr/,

http://www.ecoemballages.fr/fileadmin/contribution/flash/idees-recues/animation-point-vert.swf

27/02/2010

En juin, l’Alsace disposera du premier « bio-déconditionneur » de France

Installé à Strasbourg par Sita, filiale de Suez-Environnement, le « bio-déconditionneur » broiera les déchets organiques de l’hôtellerie restauration, de l’industrie, des supermarchés, des cantines et les transformera en méthane afin d’être réutilisés sous forme d’énergie. Le process implique la séparation  des emballages, soit 10% du tonnage (qui resteront destinés à l'incinération), de la pâte organique, soit les 90% restants. Il permettra également de produire de l’amendement organique.

27/02/2010

Food, inc. de Robert Kenner nominé aux Oscars

Foodinc2

Food, inc., le film de Robert Kenner présenté au Festival international du film d’environnement en novembre 2009 a été retenu dans la catégorie Meilleur documentaire. Il décortique et analyse les rouages d’une industrie qui influence chaque jour l'environnement et la santé. Des immenses champs de maïs aux rayons colorés des supermarchés, en passant par des abattoirs insalubres, un journaliste mène l’enquête pour savoir d’où viennent les produits que nous consommons tous les jours. Verdict le 7 mars 2010.

 


 

 

26/02/2010

Le concours La Cuillère d’or place la cuisine durable sur les pistes de Val d’Isère

Le Festival « Pistes gourmandes », organisé par l’agence Cook&Com, qui se déroulera à Val d’Isère (73) du 15 au 20 mars 2010, donnera le top départ de la première édition du concours culinaire 100% féminin sur le thème du Développement durable. La finale aura lieu les 15 et 16 mars 2010. Huit candidates professionnelles et huit candidates amatrices s’affronteront devant un jury présidé par Guy Martin, chef du Grand Véfour à Paris. Les cuisinières mettront en avant des produits issus d’une agriculture ou d’une pêche respectueuse de l’environnement et du commerce équitable. Chaque candidate disposera de 3 heures 30 pour composer un plat pour 8 personnes.

Dossier de Presse

Le jury

Parrain des concours : Alain Alexanian

Président d’Honneur : Yves Thuriès

Président du Jury Professionnelles et Amatrices : Guy Martin

 

 

 

24/02/2010

Vus au OFF de Deauville, des producteurs responsables se tournent vers le marché des CHR

A l’Omnivore Food Festival, les 22 et 23 février derniers, Restauration21 a rencontré des producteurs très sympathiques, désireux d’ouvrir leur offre au secteur des CHR.

Emploi durable : Les Ateliers d’Etran passent de la sous-traitance automobile au Caramel de pommes dieppois

Marmitons ateliers_etran_1 L’histoire est belle. Lorsque les ateliers d’Etran (CAT), situés à Martin-Eglise près de Dieppe (76), se trouvent confrontés à la crise qui sévit sur le marché l’automobile, ils décident de convertir leur atelier de sous-traitance à la production alimentaire. Un maître chocolatier de Dieppe, Jean-pi.pngerre Roussel, membre du conseil d’administration des Ateliers, leur offre l’une de ces recettes : une pâte à tartiner à base de caramel de pommes (nature, salé, cannelle), mise en production avec les éducateurs Vincent Merlier et Hervé Vassard. Après la GMS, Les Marmitons d’Etran de l’atelier Caramel la proposent désormais aux chefs de cuisine, sous un conditionnement de 3,6 kg. La recette : du sucre, de la compote de pomme normande et du beurre normand. Le secret de la recette se cache dans la cuisson du caramel. Produit depuis mars 2009 dans un atelier de 70 m², doté du label Gourmandie, le caramel de pommes mobilise 6 salariés en situation de handicap e  deux éducateurs, l’objectif étant de passer à un effectif de 10 salariés. La production reçoit le soutien de Slow Food Rouen Haute Normandie.

Marmitons ateliers_etran2 Renseignements : Les Marmitons des ateliers d'Etran, 1, grand rue des Salines, 76370 Martin Eglise, tél. : 02 32 90 55 00.

 

Eric Ribot, artisan confiturier glacier, cherche un distributeur

Eric Ribot Pour attaquer le marché des CHR, Eric Ribot lance un conditionnement vrac de 1kg (6,50 € HT) pour 4 de ses références : la confiture de lait nature, le caramel tendre au beurre salé, son raffiné de pommes au Calvados et son raffiné de Fraise. A utiliser au petit-déjeuner ou en garniture  sur des crêpes, des gaufres, de la glace. En bac de 2,5l, il propose également toute sa gamme de glaces au lait entier de sa ferme et de sorbets aux fruits (13 € HT). Uniquement fabricant, Eric Ribot cherche un distributeur sur le secteur de la restauration. www.frisson-normand.com.

 Eric Ribot 2

19/02/2010

METRO Cash&Carry France premier commerce de gros en libre service certifié ISO 22 000

En un an, douze entrepôts METRO Cash&Carry France ont été certifiés ISO 22 000, la norme internationale la plus exigeante en matière de management de la sécurité alimentaire. Pour 2010, l’enseigne se donne pour objectif d’obtenir la certification ISO 22 000 par le Bureau Veritas  pour l’ensemble de ses 91 entrepôts, à travers la France. « Les notions de qualité et de sécurité alimentaire sont pour nous, en tant que grossiste responsable, un enjeu constant d’innovation. C’est pourquoi nous avons souhaité nous engager dans une démarche de qualité durable. ISO 22 000, c’est une garantie indéniable et un projet innovant au service de l’ensemble de l’entreprise et de nos partenaires, mais surtout de nos clients et de leurs clients » commente Pascal Gayrard, Directeur Général de METRO Cash&Carry France. Baptisée de la Fourche à la Fourchette, la démarche de garantie de la qualité alimentaire implique tous les partenaires de l’enseigne : des petits Producteurs  aux collaborateurs, en passant par les industriels et transporteurs, jusqu’aux commerçants indépendants.

19/02/2010

« Une stratégie nationale » pour l’alternance en restauration selon le rapport Marcon

Marcon rapport apprentissage

Copyright MINEFE Alain Salesse

« Développer l’alternance dans le secteur de la restauration : pour une stratégie nationale », c’est le titre du rapport remis par le chef étoilé Régis Marcon à Laurent Wauquiez, secrétaire d’Etat chargé de l’Emploi, et Hervé Novelli, secrétaire d’Etat chargé du Commerce,  mardi 16 février.

Lancée en septembre 2009, la mission confiée au cuisinier se place dans le prolongement du contrat d’avenir de la restauration dont l’un des engagements de la profession en contrepartie de la baisse de la TVA consistait à créer 20 000 postes supplémentaires en alternance d’ici fin 2011.

Le  « rapport Marcon » insiste sur les  points suivants :

·    La création une instance nationale de pilotage des formations en apprentissage dans le secteur de la restauration. Elle aurait pour mission d’établir un document stratégique national partagé sur cinq ans, de publier un bilan annuel et un tableau de bord, de mettre en place des partenariats avec les principaux acteurs nationaux, d’identifier et de diffuser les bonnes pratiques dans l’ensemble du secteur et enfin de communiquer auprès des professionnels comme du grand public sur les enjeux et les opportunités de la formation en alternance.

·    L’intégration dans le nouveau dispositif de « parcours de découverte des métiers et des formations » en mettant en place, dans chaque centre, des formations dédiées aux élèves de 3ème ;

·    La création d’une « charte de l’alternance », baptisée dans le rapport « Engagement national », qui serait signée par les entreprises employant des alternants.

·    La généralisation de  la pratique du livret d’apprentissage électronique.

·    La formation obligatoire des maîtres d’apprentissage et des tuteurs.

La création de passerelles plus nombreuses, notamment à l’attention des « décrocheurs » de l’Université ;

La valorisation des entreprises qui font le choix de la qualité en publiant la liste des entreprises signataires de l’engagement national.

 

Téléchargement Régis Marcon Rapport Alternance

17/02/2010

Sabert propose une gamme de saladiers « vert » en rPET

Saladier Sabert rPET

Présentés à l’occasion du Sandwich & Snack Show, les 10 et 11 février derniers, à Paris, les saladiers en rPET de la gamme d’emballage de Sabert illustrent ce que sera la prochaine génération de contenants pour produits alimentaires : ergonomiques, composés de matériel recyclé, recyclables et participant à la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). Le rPET est constitué de Polyéthylène Téréphtalate PCR (post consumer recycled), recyclé et broyé en petites particules. A Nivelles, près de Bruxelles en Belgique, où le fabricant américain a installé son site de production pour l’Europe, il fait appel à un collecteur de bouteilles en plastique PET qui assure le nettoyage, la décontamination à chaud et le broyage de l’input à recycler. Dans son usine, il obtient ensuite un saladier monocouche, conforme aux normes alimentaires. « Nous avons choisi d’initier la transition en commençant par des saladiers carrés en rPET afin de tester la réaction du marché.  Actuellement, nous proposons déjà 8 références standard et nous continuons notre démarche pour aller encore plus loin très rapidement» explique Ulric Lonfils, directeur marketing de Sabert Europe. Si l’utilisation du rPET s’avère générer un coût équivalent au PET, des économies d’échelle sont envisageables à terme, grâce notamment aux investissements consentis par les industriels et à la généralisation de la collecte de bouteilles en PET, le processus de recyclage assurant la continuité de l’offre en PET. « La matière première que nous achetons est 100% PCR et certifiée contact alimentaire. La qualité d’un saladier doit être parfaite. Le consommateur désire avoir un produit respectueux de l’environnement, irréprochable et abordable » poursuit Christiaan Janssens, directeur des ventes. Selon lui, une tonne de rPET à 50 % génèrerait une économie de 1,5 t de CO2 par rapport à une tonne de PET dont la matière première est issue du pétrole.

Pour 2011, Sabert Europe annonce que la majorité de sa collection standard destinée au marché européen sera produite en rPET à  Nivelle. Sur ce site, la marque annonce amorcer une industrialisation responsable : tri dans les bureaux, utilisation d’énergie alternative, réduction de l’impact de l’activité de production sur l’environnement. Aux Etats-Unis, c’est 30 % de l’ensemble de la collection (plus de 300 références) qui sera mise sur le marché en rPET. Dans une troisième vie, le rPET peut ensuite être transformé en tissu polyester et sa combustion dans une usine d’incinération ne provoquerait aucune émission toxique.

 

Sabert

Ulric Lonfils et Christiaan Janssens, respectivement directeur marketing et directeur des ventes de Sabert Europe

17/02/2010

Hero se met au bio et vise le marché de la restauration

Hero qui souhaite réintégrer l’offre destinée à la restauration commerciale (en hôtellerie et RHD) lance une gamme bio de compotes pommes et poires. Les fruits proviennent de vergers situés dans un rayon de 120 km maximum : Drôme, Ardèche, Bouches du Rhône et Vaucluse. « Nous essayons de motiver les arboriculteurs à passer au bio. Nous ne les finançons pas, mais nous nous engageons à acheter une grande partie de leur production à un prix fixe plancher et plafond, durant 5 ans », précise Laurent Herlin, directeur marketing chez Hero. La marque a établi un partenariat avec trois producteurs installés en PACA qui ont planté 10 ha de vergers bio qui devraient rapporter une récolte de 300 t de pommes bio destinées à la transformation, d’ici 3 ans. Ce qui a pour effet d’accroître de 40 % la production bio réalisée en PACA. Pour le lancement de la nouvelle gamme dont le prix de vente est supérieur de 30 % par rapport à celui de la gamme ‘sans sucre ajouté’, environ 250 tonnes de pommes ont été utilisées. Les fruits récoltés sont transformés en compote sur le site d’Allex (26). Les drèches (déchets organiques : peau, pépins) sont traités pour être recyclés via une filière locale d’agriculture qui enrichissent ainsi l’alimentation à base de foin donnée aux chèvres. www.hero.fr

HeroBio 3D-Pommes Selon Laurent Herlin, Hero adapterait ses packagings aux clients de la filière restauration

 

 

11/02/2010

Alain Ducasse invite la profession à participer à l’opération Tous Au Restaurant

Tous au restaurant C’est une fête des restaurants d’une durée d’une semaine qu’Alain Ducasse propose à ses confrères de toute catégorie. Etoilés, non étoilés, chaînes de restauration, indépendants, tous sont conviés à proposer, du 7 au 13 juin prochains, deux formules attractives à leur clientèle : un menu déjeuner à 20,10 € et un menu dîner à 35 €. Objectif : reconquérir les clients après une année 2009 marquée par un recul de la fréquentation et une dégradation de l’image de la profession auprès du public. Si côté offre de produits, aucune consigne n’est donnée, cela pourrait être néanmoins pour les restaurateurs l’occasion de mettre en avant leurs fournisseurs locaux, de façon à ce que la fête soit complète. « La restauration française est vivante, contrairement à ce que veulent nous faire croire les médias étrangers » a rappelé Alain Ducasse lors de la conférence de presse ce jeudi 11 février. « Il s’agit de rassembler l’ensemble de la profession et de faire de cette semaine une opération populaire » a précisé Laurent Plantier, directeur du groupe Alain Ducasse « En ce qui concerne nos établissements, cette politique de prix concernera les restaurants qui ne sont pas situés dans des palaces, nos bistrots par exemple, le Spoon, le Benoît, le Lyonnais » poursuivait  Alain Ducasse. Des chefs renommés ont déjà annoncé qu’ils participeront : Yannick Alléno, Paul Bocuse, Pierre Gagnaire, Anne-Sophie Pic, Hélène Darroze… Mais également le Groupe Flo fort de ses 300 restaurants dans toute la France. Les brasseries bien sur mais aussi le reste des restaurants qui selon, Dominique Giraudier, directeur général de Flo, devraient proposer un tarif inférieur, notamment pour le concept Tablapizza situé en périphérie. L’opération bénéficie du soutien d’Atout France, de la Ville de Paris, d’American Express.

Les restaurateurs peuvent s’inscrire sur www.tousaurestaurant.com

Tous Au Restaurant - 110210 (c)Vincent Lappartient (c)Vincent Lappartient
Laurent Plantier(Alain Ducasse Entreprise), Dominique Giraudier (Groupe Flo), Hélène Darroze, Alain  Ducasse, Jean-Bernard Bros(Mairie de Pari), Christian Mantei (Atout France).

Restauration21,
découvrez le Magazine

Restauration21 - Le magazine de la restauration durable
Feuilleter en ligne le Magazine #2 de Restauration21

Idées

La newsletter de Restauration21

Transgourmet

  • Fournisseur de référence

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Chef’Eco

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Eclektic

  • Inscrivez votre activité dans une perspective durable

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le climat

  • Un menu

Liens utiles-partenaires