16 articles publiés en octobre 2017

30/10/2017

Novembre, « mois mondial vegan »

20171006_1317321En 2016, une étude sur la tendance vegan menée par CHD Expert révélait que 46 % des consommateurs sondés souhaitaient que les restaurants classiques de type restaurants à table proposent 1 ou 2 plats vegan à leur carte. Et que 43 % d'entre eux attendaient la même chose en restauration rapide. Depuis 1994, à l'initiative de Louise Wallis, alors présidente de la Vegan Society UK, le 1er novembre est considéré comme la journée internationale du végétalisme. Celle-ci donne le coup d'envoi du mois mondial vegan.  A cette occasion,  Restauration21 vous propose un florilège des articles en ligne sur le site sur cette tendance naissante mais certaine en restauration.

 

L’assiette des Français de plus en plus végétale selon une enquête Ifop/Lesieur, le 31/08/2017.

Le niçois Willy Berton devient le premier chef vegan Maître Restaurateur, le 26/06/20147.

797 établissements ont signé la charte VegOresto, le 19/06/2017.

Bocuse d'or 2017 – Retour avec Régis Marcon sur l'assiette 100 % végétale en trois questions, le 27/01/2017.

Comment reconnaitre un concept vegan sincère ?, le 25/10/2016.

Affichez le macaron VegOresto pour différencier votre offre alternative végétale au sein de votre carte traditionnelle, le 27/06/2016.

La restauration, bientôt veggie-friendly ?, le 15/04/2016.

Mille et Un Repas teste des produits alternatifs à la viande avec Ici & Là, le 17/04/2015.

42 degrés, le premier restaurant crudivore et vegan est parisien, le 20/05/2014.

 

30/10/2017

L’R Durable organise son 4e dîner responsable le 20 novembre

LRDurable logoLundi 20 novembre 2017, L’R Durable, association engagée pour la restauration responsable, organise à Cheverny (41) son 4eme dîner durable. Au menu : une soirée gastronomique et responsable au travers de la découverte de chefs, producteurs et acteurs qui s’engagent au quotidien pour faire bouger les codes de la restauration et offrir aux consommateurs le plaisir de manger bon, éthique et respectueux de la terre.

 

En cuisine,  6 chefs se partageront le piano :

Julien Dumas, chef du Lucas Carton, Paris (8e) ;

Christophe Hay, chef de la Maison d’à côté, Montlivault (41) ;

François Pasteau, chef de l’Epi Dupin, Paris (6e) ;

David Royer, chef des Orangeries, Lussac-les-châteaux (86) ;

Edouard Loubet,  domaine de Capelongue, Bonnieux (84) ;

Masatoshi Takayanagi, chef pâtissier de Pâtisserie Takayanagi, Le Mans (72).

 

Pour lancer la soirée, un cocktail durable sera  proposé par Anthony Avoine, premier lauréat du concours Cuisinier d’Avenir, le seul  concours de cuisine récompensant les cuisiniers professionnels à la fois pour leur talent et leur engagement. Prix du dîner avec cocktail est 75 €, cocktail seul : 20 €.

 

Lundi 20 novembre 2017, 18 heures- 23 heures, Domaine de Terra Laura, 32 route de fougère, 41700 Cheverny. Réservations : Hello asso.

 

26/10/2017

Comprimax, le premier compacteur hydraulique pour les déchets secs destiné aux CHR

Comprimax Photo@Restauration21.frAvec sa forme de poubelle, le Comprimax est le premier compacteur hydraulique à déchets secs recyclables destiné aux bars, hôtels, restaurants, collectivités. Haut de 95 cm, il offre un volume de 52,5 litres de compactage et permet de diviser jusqu'à 8 fois le volume des déchets  grâce à une puissance de compactage de 4,3 tonnes mise en œuvre par un piston à eau. Canettes en aluminium, cartons, bouteilles en plastique, boites de conserve (tout ce que l'on peut placer dans la poubelle jaune) peuvent y être placés. Une fois compactés, les déchets secs peuvent rejoindre la filière du recyclage, leurs formes étant facilement reconnaissables par les systèmes de vidéo automatiques des centres de tri.

 

«Le Comprimax permet de gagner de la place quand les surfaces dédiées au stockage des déchets sont réduites, en centre-ville par exemple. Il permet aussi d'espacer les collectes. Et surtout en réduisant le volume des déchets, il réduit le montant de la redevance d'enlèvement des ordures ménagères pour ceux qui y sont assujettis », explique Franck Labbé, le directeur général de l'entreprise Multirex qui fabrique et commercialise le compacteur (à droite sur le photo). Depuis son lancement il y a un an, environ 180 Comprimax ont été vendus.

 

 

(suite…)

26/10/2017

La prochaine édition du Salon Restau’Co mise sur l’innovation

Initiatives_orLa prochaine édition du Salon de la restauration collective en gestion directe, organisé par le réseau interprofessionnel Restau’Co se déroulera mercredi 11 avril 2018 à Paris Expo Porte de Versailles (Hall 5.1). Elle mettra en avant l'innovation au travers de trois trophées : « Initiatives » ouvert aux adhérents du réseau et aux restaurants de collectivité, « Exposant » pour les entreprises agroalimentaires, les équipementiers et les distributeurs, et « Avenir » destiné aux étudiants et les apprentis. Ouvertes depuis le mois de septembre, les candidatures seront closes le 19 février et les lauréats sélectionnés à la fin du mois de mars. L’innovation porte sur tous produits, solutions, équipements, services ou démarches originaux, suscitant une évolution significative dans les pratiques. Dépôt des candidatures sur http://salonrestauco.com/trophees.php, contact : a.plantie-roux@restauco.fr

26/10/2017

Les fast-foods ne trient pas leurs déchets d’emballages selon Zero Waste France

Le tri partout - Zero Waste FranceUne enquête menée par Zero Waste France de juillet à septembre 2017 pointe les lacunes des grandes enseignes de restauration rapide en matière de tri des déchets. Elle dénonce des  « centaines de milliers de tonnes d'emballages non recyclés » envoyées en décharges ou en incinérateurs  alors que la réglementation impose à leurs détenteurs le tri sélectif à partir d’un certain volume de déchets produits. L’association interpelle notamment McDonald’s, Quick/Burger King et KFC pour obtenir que le tri soit déployé dans les 6 mois dans la totalité de leurs restaurants.

 

Sur 122 points de vente en franchise visités à Lille, Paris, Toulouse, Toulon et Lyon, seuls 5 faisaient le tri. Or, à partir de 1 100 litres de déchets non ménagers par semaine collectés par le service public, soit une vingtaine de sacs poubelles standards de 50 litres, les enseignes sont concernées par le décret du 10 mars 2016 qui leur impose la mise en place du tri. Et cette obligation s’impose quelles que soient les quantités de déchets produits lorsque le producteur de déchets a recours à un prestataire privé pour le ramassage.

 

(suite…)

19/10/2017

En Espagne et au Portugal, Cepovett recycle les vêtements professionnels de ses clients Novotel en tabliers de restauration

Illustrationcepovettnovotel1Repéré par Restauration21 dans les allées d'EquipHotel 2016, Cepovett annonce avoir collecté, recyclé et transformé les anciens uniformes de ses clients Novotel espagnols et portugais en tabliers de restauration. 700 mètres de tissu ont été obtenus à partir de 650 kg de textile usagé et de polyester recyclé issu de bouteilles en plastique. Et 400 tabliers confectionnés dont 275 sont des modèles destinés aux enfants.

 

« Proposer au marché un vêtement professionnel conçu à partir de fibres 100 % recyclées, notamment issues de textiles post-consommation de nos clients, s’inscrit totalement dans l’économie circulaire. Cette première expérimentation (…) est le prolongement logique de notre programme de recyclage textile initié en 2011, l’illustration d’un alignement d’enjeux RSE au cœur de la relation "client-fournisseur" et un pas supplémentaire vers un vêtement professionnel éco socio-responsable » déclare Marc Jacouton, directeur développement durable et relations extérieures de Cepovett.

 

(suite…)

19/10/2017

#Egalim – Les propositions de Restau’Co pour une restauration sociale responsable

Logo RESTAU'COLe coup d'envoi de la seconde partie des ateliers des Etats Généraux de l'Alimentation, consacrés jusqu'à la fin novembre à la question de l'alimentation saine et durable accessible à tous, a été donné mi-octobre. A Rungis, le 12 octobre, lors de son discours ponctuant la mi-parcours des travaux, Emmanuel Macron a confirmé l'objectif d'introduire 50 % de produits bio ou locaux en restauration collective en 2022. Un enjeu de taille puisque le secteur sert 10 millions de convives par jour, réalise 18 Mds€ de chiffre d’affaires annuel et génère plus de 300 000 emplois (scolaire, médico-sociale et entreprise). Comment atteindre cet objectif ? Comment assurer à tous une alimentation saine et durable ? Partie prenante des débats, Restau’Co, le réseau interprofessionnel de la restauration collective en gestion directe, a présenté ses propositions le 19 octobre lors d'une conférence de presse.

 

Approvisionnement durable :

Afin de favoriser les initiatives des acheteurs en faveur des filières de proximité,  le réseau demande l’élévation des seuils d’achats publics et la réintroduction de l’exception alimentaire dans les règles du Code des marchés publics. De même que « l'allongement des délais d’appels d’offres permettrait aussi d’accompagner la mise en place des outils de production répondant aux besoins spécifiques du secteur ». La mention de l’origine étant interdite dans les marchés publics, Restau’co propose aussi d’introduire la notion de « bassin de production », afin de pouvoir disposer d’un indicateur territorial « indispensable au soutien des filières de proximité. » Partenaire de la FNH autour de la garantie mon Restau Responsable, le réseau suit sa proposition de créer prime de conversion de la restauration collective au bio,  permettant par exemple de créer une légumerie ou  de former les personnels à la cuisson des produits bio.

 

(suite…)

16/10/2017

Paris Salsifis connecte restauration et agriculture urbaine

IMG_3849Alice Lamoureux (27 ans) et Marion Eynius (29 ans) en sont certaines : la restauration de demain s'approvisionnera, pour une part, auprès de  l'agriculture urbaine.  Tout juste entrées dans le premier incubateur business et culinaire dédié aux restaurateurs, La Frégate, créé par Tiller et Transgourmet, elles se donnent  dix mois pour ouvrir leur premier point de vente éphémère, point de départ du lancement de leur enseigne Salsifis Paris. Un kiosque-container (visuel plus bas) qu'elles comptent tester sur 3 à 4 mois, au cours de l'été prochain. Première étape de taille : s'assurer d'une offre végétale urbaine, parisienne et de sa disponibilité tout au long de la période d'activité. Les deux jeunes-femmes ont entrepris de démarcher plusieurs acteurs, précurseurs, qui depuis quelques mois plantent des potagers sur les  toits, terrasses, et dans les sous-sols de la capitale. « Nous avons réalisé une étude de faisabilité sur Paris. La startup Agripolis [qui a notamment installé le potager sur le toit du Mercure Paris-Boulogne ] nous a rassurées sur les volumes disponibles en saison » explique Marion Eynius. En veille permanente, elles ont adhéré à l'AFAUP (Association Française de l'Agriculture Urbaine Professionnelle).

 

(suite…)

13/10/2017

Serbotel 2017 – Restauration21 animera le 23 octobre à 11 heures une table-ronde sur le gaspillage en restauration

LOGO SERBOTEL 2017Serbotel 2017 ouvrira ses portes au parc des expositions de Nantes (44) le 22 octobre. Durant 4 jours, plus de 480 exposants répartis sur 6 secteurs présenteront leurs innovations, produits et savoir-faire. Plus de 50 conférences et démonstrations sont programmées. Restauration21 animera lundi 23 octobre de 11 heures à midi une table-ronde sur le thème du gaspillage alimentaire en restauration commerciale et collective. Quelles sont les pistes d'action pour le réduire ? Au programme : témoignages de restaurateurs et présentation de solutions alternatives.

 

Les intervenants seront Claire Pennarum, DG de la Maison Pennarun (traiteur), Franck Marchand, représentant de Phénix qui collecte les invendus au profit d'associations caritatives ou de filières de revalorisation, Marianne Hinsinger, consultante en tourisme durable chez Betterfly Tourism et Luc Delahaye, chargé de développement du réseau Restau'co.  Un temps d'échange avec le public  est programmé à la fin des interventions.

 

(suite…)

13/10/2017

HACCP digitalisé – CHR Numérique lance sa marque low cost : So Easy

SOEASY-boitesEn 5 ans, la solution ePack Hygiene développée par CHR Numérique est devenue la référence de l’HACCP digitalisée. 5 000 clients sont équipés en France,  les restaurateurs sont  passés à l’ère de la digitalisation pour répondre à leurs obligations sanitaires. CHR Numérique lance maintenant So Easy, une version packagée, prête à l'emploi et low cost. Elle est disponible sous forme d’abonnement sans engagement en application seule à 19 € HT par mois ou en version packagée (de 195 € HT à 349 €  HT plus le coût de l’abonnement) sans engagement. 3 coffrets sont proposés : une tablette permettant de réaliser l’ensemble des enregistrements obligatoires de la démarche HACCP et prête à l’emploi, une étiqueteuse DLC et un pack essentiel.

 

 

(suite…)

Restauration21,
découvrez le Magazine

Restauration21 - Le magazine de la restauration durable
Feuilleter en ligne le Magazine #2 de Restauration21

Idées

La newsletter de Restauration21

Transgourmet

  • Fournisseur de référence

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Chef’Eco

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Eclektic

  • Inscrivez votre activité dans une perspective durable

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le climat

  • Un menu

Liens utiles-partenaires