| Accueil |

15/02/2024

La Cuisine de Demain mise sur les buffets en entreprises

©La Cuisine de Demain

Cofondatrice du traiteur 100 % bio strasbourgeois, Isabelle Carrère est  l’une des 13 ambassadeurs de la campagne de communication « Cuisinons Plus Bio » déployée par l’Agence bio en faveur du bio en restauration.

Il y a un peu plus de 3 ans, Isabelle Carrère a opté pour une reconversion professionnelle en faveur d’une alimentation la plus vertueuse possible. Avec ses associés, Stéphane Helburg et Halil Contay, l’ex spécialiste du marketing en agroalimentaire s’est lancée dans la restauration bio, locale et zéro déchet. Leur concept, La Cuisine de Demain, repose sur une offre de plats conditionnés dans des bocaux en verre, à DLC courte, livrés en entreprise et vendus à emporter dans leur local situé sur le boulevard du Président-Wilson. « Ils  sont aussi présents chez des revendeurs de produits bio et des épiceries vrac » complète-elle.

Carte végétarienne à 80 %
Depuis un peu plus de 6 mois, l’activité ‘buffets en entreprises’ connait un bel essor, si bien qu’elle représente, selon la gérante, 80 % de l’activité du traiteur. « Le bio est un atout pour séduire les entreprises mais cela va au-delà. Nous proposons une offre écoresponsable. Notre prestation est zéro déchet et ,quand nous remballons, les clients constatent que les poubelles sont vides » souligne Isabelle Carrère. Pour conforter cet élan et l’activité des 8 salariés (dont 4 en cuisine), la chef d’entreprise souhaite que les acheteurs publics concrétisent effectivement leurs engagements en matière de restauration responsable, en passant des paroles aux actes, comme ce fut le cas pour l’appel d’offre de l’INET (Institut national des études territoriales) remporté par son entreprise il y a quelques semaines.

Lire aussi : Quand le vin bio est tiré, il faut le vendre !

Isabelle Carrère. ©La Cuisine de Demain

Certifié 100 % bio, le traiteur (qui a renoncé à son activité de restauration sur place trop contraignante pour l’équipe) propose des cartes mensuelles composées de produits locaux. Soit 20 ingrédients en moyenne pour 2 entrées, 6 plats et 4 desserts sur un mois. Les recettes sont végétariennes à 80 %, le poulet et la truite étant les seules propositions non végé. « Nous travaillons en direct avec les producteurs de la région situés dans un rayon de 100 km autour de Strasbourg. Nous  passons par 2 grossistes bio pour le sec et le frais  [coopérative Solibio et Scot La Cigogne]», précise encore Isabelle Carrère.

Lire aussi : Le bio part l’assaut des tables des restaurants

Commentaires (0)
Réagir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


(*) Champs obligatoires, votre email ne sera ni publié ni exploité à des fins commerciales.

En validant ce formulaire, vous affirmez avoir pris connaissance de notre politique de confidentialité et acceptez l'utilisation de vos données pour publier ce commentaire Conformément à loi n°78-17 du 6 janvier 1978, relative à l'informatique aux Fichiers et aux Libertés, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification des données à caractère personnel vous concernant, et vous pourrez demander la suppression de votre commentaire à tout moment en nous contactant.

Restauration21,
découvrez le Magazine

Restauration21 - Le magazine de la restauration durable
Feuilleter en ligne le Magazine #10 de Restauration21

Idées

La newsletter de Restauration21

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Chef’Eco

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Tournus Equipement

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le climat

  • Un menu

Liens utiles-partenaires

Cet article vous plaît, abonnez-vous à la newsletter bi-mensuelle. Je m'abonnex