| Accueil |

17/09/2014

Brake réaffirme son éco-engagement avec l’ISO 26000

Brake- Eco-conduiteA son arrivée au poste de responsable de développement durable chez Brake en 2012, Claire Iffenecker  a placé sa réflexion dans l'axe de l'ISO 26000. Une démarche de progrès, plutôt qu'une norme, lui permettant de clarifier les actions du grossiste distributeur en matière de RSE, et dont elle a confié l'évaluation à l'AFAQ. Fin octobre, les fournisseurs,  les clients et les principales parties prenantes de Brake recevront un petit magazine de 8 pages, intitulé "Attitudes responsables", récapitulant l'ensemble des bonnes pratiques mises en œuvre.

 

"48 interviewes ont été réalisées  auprès des collaborateurs des sites et du siège, nous avons pu évaluer où ils en étaient en matière de Développement durable afin de dégager des pistes d'actions et de progrès. C'est très positif pour notre dynamique interne", explique Claire Iffenecker. 5 groupes de collaborateurs ont été associés à la réflexion sur la gestion des déchets, la formation des chauffeurs à l’éco-conduite, a mise en place d’un partenariat avec le réseau des banques alimentaires,  la mise en place d’un outil de reporting environnemental et social  et  sur les achats responsables.

 

Produits, environnement et hommes

Brake travaille en partenariat avec un tissu de petites entreprises artisanales qu’elle connecte et valorise auprès de ses clients restaurateurs. Pour aller au delà, Brake se lance, pour ses produits à marque, dans la mise en place d'une grille d’évaluation des fournisseurs en fonction de critères de respect des droits de l’homme, d’éco-conception des emballages, d'utilisation d’additifs, d’allergènes,  et de  bien-être animal. Pour réduire les impacts liés aux transports, les chauffeurs (plus de 400 camions) sont progressivement formés à l'éco-conduite. Déjà l'équivalent de 540 000 km ont été économisés en 5 ans, l'objectif étant que l'ensemble des chauffeur soient formés d'ici à 2015 et que les émissions de GES (gaz à effet de serre) reculent de 5 % entre 2012 et 2015. Dans les dépôts, un programme de sensibilisation a vu le jour pour améliorer le taux de tri et de recyclage (carton, papier, plastique et bois).

 

En ligne de mire également, le gaspillage  : 16 tonnes de produits sont données aux banques alimentaires, soit 0,20 % de la casse survenues sur les 177 000 tonnes de produits alimentaires transportées annuellement. 15 autres tonnes sont méthanisées dans le cadre d'un partenariat avec Agrivalor. "Nous espérons que 5 des 12 de nos gros sites logistiques seront équipés pour traiter les déchets alimentaires d'ici un an", présice encore  Claire Iffenecker.

Commentaires (0)
Réagir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


(*) Champs obligatoires, votre email ne sera ni publié ni exploité à des fins commerciales.

En validant ce formulaire, vous affirmez avoir pris connaissance de notre politique de confidentialité et acceptez l'utilisation de vos données pour publier ce commentaire Conformément à loi n°78-17 du 6 janvier 1978, relative à l'informatique aux Fichiers et aux Libertés, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification des données à caractère personnel vous concernant, et vous pourrez demander la suppression de votre commentaire à tout moment en nous contactant.

Restauration21,
découvrez le Magazine

Restauration21 - Le magazine de la restauration durable
Feuilleter en ligne le Magazine #5 de Restauration21

Idées

La newsletter de Restauration21

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Chef’Eco

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Tournus Equipement

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le climat

  • Un menu

Liens utiles-partenaires

Cet article vous plaît, abonnez-vous à la newsletter bi-mensuelle. Je m'abonnex