| Accueil |

05/09/2014

Gaspillage alimentaire : les restaurateurs mitigés face à l’usage du doggy bag

Selon une enquête réalisée du 28 mai au 15 juillet 2014 par la DRAAF Rhône-Alpes auprès des restaurateurs et des écoles hôtelières, 53 % des 283 répondants constatent que leurs clients ne finissent pas toujours leurs assiettes. Cependant, ils ne sont plus que 31 % à déclarer leur proposer, ou envisager de le faire, un doggy bag afin que leurs convives puissent emporter chez eux la part du plat non consommée. 37 % déclarent ne pas le faire ou ne pas l'envisager, tandis que 32 % ne savent pas encore s'ils vont le faire.

 

Pour les "pro", 5 raisons justifient l'usage de la boite à emporter : "le client a payé et il est donc libre d'emporter les restes s'il le souhaite", "il faut mieux mettre à disposition plutôt que de jeter", "le plat est bon et les restes ne finiront pas à la poubelle", "les restes ne sont pas des déchets", "c'est un service supplémentaire proposé aux clients". Sur 68 restaurateurs niçois ayant expérimenté le doggy bag pendant 2 mois, 96 % considèrent que cette pratique n'induit pas une perte de temps et ils sont 91 % à penser qu'elle donne une image positive de leur établissement, en particulier auprès des touristes asiatiques et anglo saxons. 85 % d'entre eux se déclarent prêts à poursuivre l'expérience.

 

A l'inverse, les réfractaires au doggy bag pensent qu'une trop faible quantité de restes dans une assiette ne justifie pas l'usage d'une boite. Ils craignent un  risque en  termes d'image si le client ne respecte pas les règles de conservation et tombe malade. 47 % considèrent que le plat est réalisé pour être consommé tout de suite et sur place et 28 % d'entre eux ne veulent pas mettre leurs clients mal à l'aise.

 

"La responsabilité du restaurateur s’arrête au moment où le repas est remis au consommateur. Le restaurateur n’est pas responsable des conditions dans lesquelles la partie non consommée du repas sera ensuite conservée et consommée" rassure la DRAFF Rhône-Alpes, qui, pour surmonter ces réticences, publie également une note réglementaire d'explication pour utiliser correctement le doggy bag.

 

Sur le sujet :

Gaspillage alimentaire : Le programme national de prévention des déchets 2014-2020 rappelle la restauration à ses engagements, 29/08/2014. 

 

Gaspillage alimentaire : avez-vous un plan pour le 16 octobre ?

 

Commentaires (0)
Réagir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


(*) Champs obligatoires, votre email ne sera ni publié ni exploité à des fins commerciales.

En validant ce formulaire, vous affirmez avoir pris connaissance de notre politique de confidentialité et acceptez l'utilisation de vos données pour publier ce commentaire Conformément à loi n°78-17 du 6 janvier 1978, relative à l'informatique aux Fichiers et aux Libertés, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification des données à caractère personnel vous concernant, et vous pourrez demander la suppression de votre commentaire à tout moment en nous contactant.

Restauration21,
découvrez le Magazine

Restauration21 - Le magazine de la restauration durable
Feuilleter en ligne le Magazine #2 de Restauration21

Idées

La newsletter de Restauration21

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Chef’Eco

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Tournus Equipement

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le climat

  • Un menu

Liens utiles-partenaires

Cet article vous plaît, abonnez-vous à la newsletter bi-mensuelle. Je m'abonnex