| Accueil |

04/03/2019

Transgourmet accélère le mix énergétique de sa flotte de véhicules pour livrer les centres urbains

TRANSGOURMET_CamionGNV

©Transgourmet.

C’est au cœur de Strasbourg (67), à la Maison Kammerzel, que Transgourmet France (1,2 Md€ de CA en 2018) avait choisi de présenter, le 28 février, sa politique de modernisation et de renouvellement de sa flotte de véhicules. Car les contraintes de circulation mises en place par la capitale alsacienne illustre parfaitement les nouveaux défis qui s’imposent aux distributeurs en hyper-centre. Depuis le 1er septembre 2018, seuls sont autorisés à circuler sur la Grande Ile les camions de 7,5 t maximum (au lieu de 19 t), les livraisons pouvant être effectué de 6 heures  à  11 heures 30 pour les véhicules propres. Pour satisfaire à cette exigence et servir sa centaine de clients (toute activité confondue) sur ce périmètre, Transgourmet Alsace s’est équipé de 2 camions de 7,5 t roulant au GNV (Gaz Naturel pour Véhicules). L’un des deux est doté  du groupe frigorifique électrique Pulsor (Carrier) qui permet d’économiser environ 15 litres de carburant par jour et de réduire les émissions de GES d’environ 10 tonnes de CO2/an. A terme, ces 2 nouveaux véhicules pourraient  fonctionner  au  bioGNV  (issu la méthanisation des biodéchets).

La distribution s’appuie sur un concept logistique 100% multi-température, permettant de livrer en une seule fois tous les matières premières et produits (épicerie, frais, surgelé, hygiène) aux restaurateurs et aux artisans de la boulangerie-pâtisserie.

Rechercher les meilleurs  solutions en fonction des périmètres de livraison

« En matière de logistique urbaine, nous réfléchissons aux modèles de distribution de demain et échangeons régulièrement avec les mairies et les métropoles. Nous prenons en compte et accompagnons nos parties prenantes dans les évolutions réglementaires », explique Olivier Baur, Directeur Transgourmet Alsace-Lorraine. Objectif  : moderniser et renouveler la flotte de camions en recherchant les meilleures solutions possibles en fonction des périmètres de livraison (urbain, périurbain, rural) et limiter l’impact environnemental des déplacements. Pour le distributeur, 3 modes sont envisagés : approvisionner les hyper centres par des véhicules inférieurs à 7,5 t idéalement en motorisation électrique,  les zones urbaines par des gabarits intermédiaires alimentés au biogaz, GNV ou biodiésel et destiner des véhicules les plus gros,  roulant au biodiesel , aux zones extérieures et rurales.

La mise en circulation d’un triporteur ou d’une camionnette électrique à partir du site de Schiltigheim (1 des 3 entrepôts de Transgourmet Alsace), à 3,7 km de l’Eurométropole de Strasbourg, est étudiée. Depuis plusieurs mois, ce site, tout en étant en activité, est en pleine transformation, afin de permettre des passages à quai et devenir un hub logistique performant pour mieux desservir les restaurateurs de l’hyper-centre strasbourgeois.

Pour les métropoles éloignées des bases logistiques, Transgourmet prévoit la mise en place de hubs urbains qui permettront de livrer demain avec des matériels à faible autonomie, comme l’électrique. Sur ce sujet, le distributeur travaille sur un projet de véhicule utilitaire en 3.5 tonnes bi-température en électrique. Par ailleurs, un triporteur électrique bi-température sera mis à la route à Bordeaux en 2019, la contrainte la plus forte étant de trouver un stationnement sécurisé pour les transbordements et la recharge électrique.

Transgourmet  investit 10 M€ par an sur sa flotte, l’objectif étant qu’elle soit à 40 % composée de véhicules roulant au carburant alternatif et/ou à l’énergie renouvelable en 2025. A ce jour, ses 600 camions ont conformes aux normes Euro 5 et Euro 6. Avec un renouvellement  tous  les 6 ans, le mix parc est appelé à s’accélérer. A date, Transgourmet compte 6 véhicules au GNV (Paris et Strasbourg), 1 véhicule au biogaz (Toulouse), 5 au biodiésel (Nantes et Toulouse) et 10 en commande sur plusieurs sites pour 2019 (16 tonnes), 1 hybride diésel-électrique de 7,5t (Paris). Des tests de véhicules électriques de 3,5 t sont programmés menés au cours de 2019.

Commentaires (0)
Réagir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


(*) Champs obligatoires, votre email ne sera ni publié ni exploité à des fins commerciales.

En validant ce formulaire, vous affirmez avoir pris connaissance de notre politique de confidentialité et acceptez l'utilisation de vos données pour publier ce commentaire Conformément à loi n°78-17 du 6 janvier 1978, relative à l'informatique aux Fichiers et aux Libertés, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification des données à caractère personnel vous concernant, et vous pourrez demander la suppression de votre commentaire à tout moment en nous contactant.

Restauration21,
découvrez le Magazine

Restauration21 - Le magazine de la restauration durable
Feuilleter en ligne le Magazine #2 de Restauration21

Idées

La newsletter de Restauration21

Transgourmet

  • Fournisseur de référence

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Chef’Eco

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Eclektic

  • Inscrivez votre activité dans une perspective durable

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le climat

  • Un menu

Liens utiles-partenaires

Cet article vous plaît, abonnez-vous à la newsletter bi-mensuelle. Je m'abonnex