211 articles publiés dans la catégorie "Développement durable"

19/10/2017

#Egalim – Les propositions de Restau’Co pour une restauration sociale responsable

Logo RESTAU'COLe coup d'envoi de la seconde partie des ateliers des Etats Généraux de l'Alimentation, consacrés jusqu'à la fin novembre à la question de l'alimentation saine et durable accessible à tous, a été donné mi-octobre. A Rungis, le 12 octobre, lors de son discours ponctuant la mi-parcours des travaux, Emmanuel Macron a confirmé l'objectif d'introduire 50 % de produits bio ou locaux en restauration collective en 2022. Un enjeu de taille puisque le secteur sert 10 millions de convives par jour, réalise 18 Mds€ de chiffre d’affaires annuel et génère plus de 300 000 emplois (scolaire, médico-sociale et entreprise). Comment atteindre cet objectif ? Comment assurer à tous une alimentation saine et durable ? Partie prenante des débats, Restau’Co, le réseau interprofessionnel de la restauration collective en gestion directe, a présenté ses propositions le 19 octobre lors d'une conférence de presse.

 

Approvisionnement durable :

Afin de favoriser les initiatives des acheteurs en faveur des filières de proximité,  le réseau demande l’élévation des seuils d’achats publics et la réintroduction de l’exception alimentaire dans les règles du Code des marchés publics. De même que « l'allongement des délais d’appels d’offres permettrait aussi d’accompagner la mise en place des outils de production répondant aux besoins spécifiques du secteur ». La mention de l’origine étant interdite dans les marchés publics, Restau’co propose aussi d’introduire la notion de « bassin de production », afin de pouvoir disposer d’un indicateur territorial « indispensable au soutien des filières de proximité. » Partenaire de la FNH autour de la garantie mon Restau Responsable, le réseau suit sa proposition de créer prime de conversion de la restauration collective au bio,  permettant par exemple de créer une légumerie ou  de former les personnels à la cuisson des produits bio.

 

(suite…)

16/10/2017

Paris Salsifis connecte restauration et agriculture urbaine

IMG_3849Alice Lamoureux (27 ans) et Marion Eynius (29 ans) en sont certaines : la restauration de demain s'approvisionnera, pour une part, auprès de  l'agriculture urbaine.  Tout juste entrées dans le premier incubateur business et culinaire dédié aux restaurateurs, La Frégate, créé par Tiller et Transgourmet, elles se donnent  dix mois pour ouvrir leur premier point de vente éphémère, point de départ du lancement de leur enseigne Salsifis Paris. Un kiosque-container (visuel plus bas) qu'elles comptent tester sur 3 à 4 mois, au cours de l'été prochain. Première étape de taille : s'assurer d'une offre végétale urbaine, parisienne et de sa disponibilité tout au long de la période d'activité. Les deux jeunes-femmes ont entrepris de démarcher plusieurs acteurs, précurseurs, qui depuis quelques mois plantent des potagers sur les  toits, terrasses, et dans les sous-sols de la capitale. « Nous avons réalisé une étude de faisabilité sur Paris. La startup Agripolis [qui a notamment installé le potager sur le toit du Mercure Paris-Boulogne ] nous a rassurées sur les volumes disponibles en saison » explique Marion Eynius. En veille permanente, elles ont adhéré à l'AFAUP (Association Française de l'Agriculture Urbaine Professionnelle).

 

(suite…)

06/10/2017

CCI Business Optimizer, une web-application pour sensibiliser restaurateurs et hôteliers à la gestion environnementale

CaptureMaîtriser ses consommations d'énergie et d'eau, ça rapporte ! Pour convaincre restaurateurs et hôteliers de l'intérêt économique des éco-gestes, CCI France lance  CCI Business Optimizer, une web-application de sensibilisation des professionnels du tourisme à la gestion environnementale. Construit sur une base de données consolidées issues de plus de 150 établissements, l'outil permet aux hôteliers et restaurateurs d’identifier de façon ludique et interactive les économies réalisables grâce à la mise en place de démarches bonnes pour l'environnement. « La web-apppli a pour objectif de faire associer simplement gestion environnementale et performance» précise Louise de Torcy, chargée de mission Tourisme à la CCI France.

 

Des témoignages géolocalisés présentent aux professionnels des actions mises en place par leurs paires sur leur territoire. En fin de navigation, le restaurateur ou l'hôtelier peut choisir de recevoir son bilan par mail récapitulant les actions choisies ainsi que le total d’économies correspondant, proportionnel au nombre de nuitées ou de couverts renseignés.

27/09/2017

Etiquettable, la plateforme en ligne des restaurants engagés contre le réchauffement climatique

LogoDéveloppé par Eco2 Initiative, et diffusé dans un premier temps au sein de l’association Bon pour le Climat, l’éco-calculateur des impacts environnementaux d’une recette est désormais disponible en une version enrichie sur la plateforme en ligne Etiquettable. « Un repas moyen représente  des émissions de gaz à effet de serre de l’ordre 2 500 g eq C02. Pour répondre aux objectifs de la COP21, nous avons 20 ans pour diviser ces émissions par 4 » résume Shafik Asal, cofondateur d’Etiquettable et directeur d’Eco2 Initiative.

Capture 2Moyennant un abonnement (de 100 à 150 € par mois),  un chef peut utiliser un éco-calculateur qui le renseigne sur les impacts de ses recettes  à partir des ingrédient utilisées : pourcentage d’ingrédients nationaux, labellisés, de produits de saison, empreinte carbone. L’outil délivre également les informations nutritionnelles (nutriscore) des recettes que  le restaurateur peut communiquer à ses clients aux côtés de celles sur le sourcing. « Sur l’application, le restaurateur dispose d’un compte qui lui permet d’enregistrer jusqu’à 300 recettes et dont il peut modifier les ingrédients au gré des saisons », précise Shafik Asal. Tout juste lancée, Etiquettable a déjà séduit la start up de fabrication et livraison à domicile de plats à base de produits frais, FoodChéri.

(suite…)

04/08/2017

31 chefs américains rejoignent l’Alliance Slow Food des chefs

Kevin_mithchell_200long(1)Les États-Unis sont le vingtième pays à rallier l'Alliance Slow Food des chefs qui compte déjà quelques 866 membres répartis dans 19 pays (1). 31 chefs américains se sont engagés avec Slow Food à cuisiner et promouvoir les produits issus des Sentinelles, de l’Arche du Goût et d’autres groupements de producteurs locaux. Le lancement officiel de l’Alliance Slow Food des chefs aux États-Unis a été annoncé à l’occasion de l’événement international Slow Food Nations qui s’est déroulé à Denver du 14 au 16 juillet derniers.

 

« L’Alliance Slow Food des chefs est un très bon projet, car en réalité les cuisiniers sont les premiers concernés par la nourriture, ce sont eux qui décident ce que le public va manger », a déclaré Kevin Mitchell (photo), le premier chef afro-américain enseignant à l’Institut culinaire de Charleston (Caroline du Sud).

 

Sur le sujet :

La France rejoint l'Alliance Slow Food des Chefs et se mobilise au Terra Madre Salone del Gusto à Turin, le 19/09/2016.

Au World Cuisine Summit, Carlo Petrini questionne sur le Développement durable, le 04/02/2013.

10/07/2017

Transgourmet met en ligne son livret Développement durable 2017

Transgourmet livret DDDans un document de 40 pages, Transgourmet France présente sa démarche responsable mise en œuvre au travers d'objectifs pluriannuels, fixés sur la période 2014- 2020. Celle-ci s'articule autour de 3 axes majeurs :
– contribuer à une alimentation durable, en proposant des produits et services sûrs et responsables ;
– agir sur les process, matériels et infrastructures pour limiter l’impact environnemental ;
– développer la sécurité et le bien-être des collaborateurs, via  la formation, et positivement sur la société, avec un engagement fort contre le gaspillage alimentaire.

 

Le grossiste  présente ses ambitions chiffrées :

 

(suite…)

10/05/2017

Le futur Pavillon de l’Alimentation durable de la Fondation GoodPlanet – Domaine de Longchamp sera soutenu par Elior et parrainé par Ducasse Paris

En 2018, la fondation Goodplanet de Yann Arthus-Bertrand inaugurera, au Domaine de Longchamp, un Pavillon de l'Alimentation durable au  sein du Pavillon Dreyfus. Soutenu par Elior et placé sous le parrainage de Ducasse Paris, le lieu proposera notamment des cours et des ateliers culinaires principalement aux scolaires en semaine et au grand public les week-ends. Son développement s’appuiera sur le programme « La solution est dans l’assiette ! » de la fondation et sur l’expérience de l’association Fauve qui promeut l’alimentation citoyenne.

 

Le bâtiment accueillera également « la cantine GoodPlanet », un espace de restauration avec une offre conçue à partir d'une cuisine simple et conviviale, vendue à des prix accessible et en adéquation  avec la charte alimentaire de la Fondation et l’esprit du Pavillon de l’Alimentation durable.

 

(suite…)

21/04/2017

World’s 50 best restaurants : Septime remporte le prix du restaurant durable

Théo et Bertrand  crédits Benjamin Schmuck (1)Dévoilé début avril,  le classement controversé des World's 50 best  – 50 meilleurs restaurants du monde – révèle au 35e rang, Septime (Paris 11e) qui, outre le fait de progresser de 15 places, remporte en toute discrétion le prix du restaurant durable. Une récompense décernée par l'association anglaise des restaurants durable (SRA) en charge de l'audit des candidats à ce prix. Réalisé en anglais, le dossier comportait trois volets : le sourcing des produits, l'environnement et le social. Retour sur le travail mené par les patrons Bertrand Grébaut et Théo Pourriat depuis l'ouverture de l'établissement en 2011.

 

L'approvisionnement :

 

Le chef Bertrand Grébaut utilise 99 % de produits français. Ils sont de saison et fournis par des producteurs et fournisseurs avec lesquels il entretient des relations de confiance mutuelle. Lui s'engage sur des quantités et eux sur une qualité et des méthodes de production respectueuses de l'environnement. «Je suis persuadé que mon rôle de chef de cuisine est de sortir de mon établissement pour aller rencontrer les producteurs» souligne le chef qui , pour exercer son, métier, dit avoir « besoin de traçabilité, de goût et de maîtriser les quantités. » Bientôt, il va faire pousser ses propres légumes sur une parcelle agricole de 2 ha en partenariat avec Ferme d'Avenir en Seine-et Marne.  Les seules importations sont celles des agrumes d'Italie en complément des citrons bio de Menton, du thé, café et sucre équitables.

(suite…)

16/03/2017

Hôtellerie : Coup d’envoi de l’affichage environnemental au Salon mondial du tourisme

Screenshot1-winggy@2x - Copie2017, année du tourisme durable. Année également du déploiement de l'affichage environnemental en hôtellerie. Le coup d'envoi a été donné le 16 mars, par l'Ademe et les syndicats patronaux hôteliers, dans le cadre du Salon mondial du Tourisme. Cent hôtels, indépendants et chainés, sont concernés dans un premier temps, sur la base du volontariat.

 

Pour lutter contre le greenwashing, la loi sur la transition énergétique et la croissance verte stipule que les acteurs qui communiquent sur un quelconque aspect environnemental de leurs  produits (allégation environnementale) doivent mettre à  la disposition des consommateurs l’ensemble de « leurs principales caractéristiques environnementales ». Les hôteliers qui souhaitent communiquer sur leur démarche environnementale disposent désormais d'une étiquette qui indique à leurs clients l'impact d'une nuitée sur l'environnement au travers de 4 indicateurs : impact sur le climat, la consommation d'eau, la consommation de produits non renouvelables et la part des produits bio et éco-labellisés contenus dans la prestation. Tous ces impacts sont exprimés en une note allant de A (très bien) à E.

 

 

(suite…)

06/01/2017

Transition énergétique, climat, biodiversité et lutte contre les pollutions : Ce qui change en 2017 pour les métiers des CHR

Actualisation avril 2019 – Pour les petits producteurs de biodéchets : L’échéance du 1er janvier 2025 devrait être avancée au 31 décembre 2023 pour tenir compte de la nouvelle directive (UE) 2018/851.

Comme chaque année, le mois de janvier apporte son lot de changements. Restauration21 a sélectionné ceux qui concernent le secteur de l’hôtellerie-restauration. Il ne s’agit pas d’une liste exhaustive, certains points réglementaires ayant pu échapper à notre vigilance.

 

Affichage environnemental de la nuit d’hôtel

Développé progressivement  volontairement, le dispositif de l’affichage environnemental sera déployé progressivement à partir de janvier 2017 pour des produits des secteurs de l’hôtellerie (impacts environnementaux d’une nuit d’hôtel), des produits alimentaires, des appareils électroniques, de l’ameublement et des  textiles.

Pour lutter contre le ‘greenwashing’, les acteurs qui communiquent sur un quelconque aspect environnemental de leurs  produits (allégation environnementale) doivent mettre à  la disposition des consommateurs  l’ensemble de « leurs principales caractéristiques environnementales ». Texte de référence : loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (article 90).

(suite…)

Restauration21,
découvrez le Magazine

Restauration21 - Le magazine de la restauration durable
Feuilleter en ligne le Magazine #2 de Restauration21

Idées

La newsletter de Restauration21

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Chef’Eco

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Tournus Equipement

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le climat

  • Un menu

Liens utiles-partenaires