319 articles publiés dans la catégorie "Restauration collective"

13/02/2020

Les collecteurs GreenGo à l’assaut de la restauration

Lucas Graffan, co-fondateur de GreenGo. ©Restauration21

En un an, 1,7 tonne des déchets d’emballages pourront être évités sur le concept de restauration rapide « Bien Fait », l’un des  cinq points de restauration de la Tour Basalte de la Société Générale à la Défense, gérés par Compass (concept Exalt). Comment ? Grâce à la consigne digitalisée de contenants en verre mise en place par GreenGo, une start-up de l’économie sociale et solidaire. Les salades sont servies à la demande dans des bocaux (deux tailles, Weck) consignés 2 €, fermés par un couvercle en plastique (sans PBA) réutilisable. A la caisse, l’appli permet en un clic de gérer le paiement de la consigne. Son repas terminé, le client place son bocal vide et le couvercle dans le collecteur situé sur l’espace de restauration, capable de reconnaitre la forme du contenant et son intégrité. Les 2 € sont crédités sur sa cagnotte digitale GreenGo. Le crédit sur son compte entreprise sera possible à partir du mois de mai. Sur le site Basalte, le nettoyage des contenants est réalisé sur place par les équipes Compass. (suite…)

05/02/2020

Le Siresco sur la première marche du label Ecocert en Cuisine

La cuisine centrale de Bobigny (93) fabrique 25 000 repas par jour. ©Restauration21

Avec 20 % de produits bio préparés par ses deux cuisines centrales et servis dans les satellites présents dans ses dix-neuf communes adhérentes, le Siresco (Syndicat Intercommunal pour la Restauration Collective) s’est hissé au niveau 1 du label Ecocert en Cuisine fin 2019. Plus de quatre composantes bio et locales sont servies par mois et les quinze additifs interdits par le label ont été bannis des menus. Les élus du comité syndical du Siresco avaient voté en décembre 2018 l’entrée dans la démarche de labellisation bio.

La loi Egalim impose à la restauration collective de servir  50% de produits alimentaires avec des critères qualité dont 20% de bio d’ici à 2022. Le Siresco précise qu’il « prépare ses nouveaux marchés publics pour 2020 en ajoutant des marchés dédiés aux produits sous signe de qualité pour augmenter la part des produits labellisés tels que le label rouge, AOP, AOC, IGP, STG. » (suite…)

06/01/2020

Révolution(s) en Cuisine(s) : l’agence Utopies dévoile les futurs de la restauration durable

Dix ans après un premier opus, l’agence Utopies livre une version actualisée de son étude sur le développement durable en restauration. La nouvelle mouture, intitulée « Révolution(s) en cuisine(s), les futurs de la restauration durable » et réalisée en partenariat avec Metro, fait le point sur les tendances qui façonneront la restauration de demain. Avec un total de 6,7 milliards de repas servis par an, la restauration a indiscutablement un rôle moteur dans la transition agricole et alimentaire.  Cependant, à peine plus d’un Français sur 10 perçoit les efforts du secteur pour la mise en place d’une politique de développement durable.

« Aujourd’hui, force est de constater que très peu de grandes enseignes prennent des engagements radicaux. Des avancées sont à noter, mais elles restent trop faibles pour amorcer un changement et parvenir au point de bascule. Les acteurs les plus innovants et rupturistes – qui généralisent une offre responsable – sont très majoritairement de petits établissements ou structures », soulignent les auteurs de l’étude. Ils préconisent les villes et le territoire comme l’échelle d’intervention la plus adéquate pour emmener la restauration sur le chemin du développement durable car  « ils peuvent influer sur le comportement des habitants et infrastructures, en mettant en place des réglementations, mais également en étant force de proposition sur des initiatives locales et collectives. » (suite…)

06/01/2020

Restauration collective – Ce qui vous attend en 2020 et après….

©Restauration21

Plastique, lutte contre le gaspillage, produits bio… l’année 2020 est à peine engagée et déjà de nouvelles obligations s’imposent. Quels sont les incontournables de 2020 ? Et les prochaines échéances ?

Au 1er janvier 2020…

La loi Egalim interdit l’utilisation de bouteilles en plastique d’eau plate dans le cadre des services de restauration collective scolaire au profit de l’utilisation de matériaux inertes et durables, et prioritairement du verre. Cette mesure ne s’applique pas « aux services situés sur des territoires non desservis par un réseau d’eau potable ou lorsqu’une restriction de l’eau destinée à la consommation humaine pour les usages alimentaires est prononcée par le représentant de l’État dans le département. »

Depuis le 1er janvier 2020, les usagers des restaurants collectifs doivent être informés une fois par an, par voie d’affichage et de communication électronique, de la part des produits de qualité et durables (au sens de l’article L. 230-5-1 du CRPM) entrant dans la composition des repas servis et des démarches entreprises pour développer des produits issus du commerce équitable. (suite…)

02/01/2020

Interdiction du plastique à usage unique : quelles échéances pour quels produits ?

La boite d’emballage de sandwich type « kebab » sera interdite au 1er janvier 2021.

On y voit plus clair sur les  interdictions des produits en plastique à usage unique à l’issue du débat public parlementaire autour du  projet de loi anti-gaspi et économie circulaire. Le texte devant repasser devant les sénateurs puis les députés, les échéances sont les suivantes pour le moment  :

Au 1er janvier 2020 :

Les gobelets, verres et assiettes en plastique jetable de cuisine pour la table sont interdits.

L’utilisation de bouteilles en plastique d’eau plate dans le cadre des services de restauration collective scolaire est interdite profit de l’utilisation de matériaux inertes et durables, et prioritairement du verre. Cette mesure ne s’applique pas « aux services situés sur des territoires non desservis par un réseau d’eau potable ou lorsqu’une restriction de l’eau destinée à la consommation humaine pour les usages alimentaires est prononcée par le représentant de l’État dans le département. » (Loi Egalim). (suite…)

22/11/2019

Restau’Co et le SNRC signent un partenariat avec l’Agence Bio

Les deux principaux acteurs représentatifs de la restauration collective, le réseau Restau’co (gestion directe) et le Syndicat national de la restauration collective (SNRC, gestion déléguée) ont chacun signé avec l’Agence Bio, le 20 novembre 2019 au Salon des Maires et des Collectivités locales, un partenariat pour valoriser les bonnes pratiques d’introduction du bio mises en place par leurs adhérents respectifs.  L’Agence Bio s’engage à les accompagner dans le déploiement de leurs actions et dans la valorisation des produits bio auprès de l’ensemble de leurs parties prenantes : producteurs, institutionnels, clients, convives.

Promulguée le 1er novembre 2018, la loi Egalim impose aux opérateurs de la restauration collective de consacrer  20 %  en valeur de leurs achats à des produits issus de l’agriculture biologique ou d’une exploitation en conversion au plus tard au 1er janvier 2022.  Selon les chiffres 2018 de l’enquête de l’Agence Bio/CSA Resarch, la restauration collective, la restauration collective, qui sert 3 milliards de repas pas an, a consacré 320 M€ en 2018 à l’achat de produits bio (+ 28 % vs 2017), soit 4,5 % de ses achats. (suite…)

11/11/2019

Un Plus Bio distingue 10 nouvelles cantines rebelles

Les lauréats 2019. ©Restauration21

C’est dans un amphithéâtre bondé, à l’Hôtel de Ville de Paris, que l’association Un Plus Bio a tenu sa journée annuelle des Cantines rebelles le 6 novembre dernier. Une édition particulière, un an après le vote de la loi Egalim qui impose 50 % de produits dit durables dont 20 % de bio dans la assiettes de la restauration collective publique d’ici 2022. « Ces 20 % de bio en 2022 ne sont qu’une étape. Il manque une dynamique dans cette loi, regrette Gilles Pérole, président de l’association et maire-Adjoint à Mouans-Sartoux (06), c’est l’ensemble des politiques locales qui doivent se donner les moyens d’atteindre une alimentation qui, à court terme, doit être 100 % bio, locale et brute ».

Le réseau a récompensé 10 structures qui font passer la transition écologique par les assiettes de la restauration collective. (suite…)

25/10/2019

Opération « Plateaux zéro gaspi » à la Défense

©Restauration21

8 348, c’est le nombre de plateaux vides, sans reste de repas, sur un total de 16 048 comptabilisés par les équipes de la plonge au niveau des zones de débarrassage des 15 restaurants d’entreprise  des membres de l’association La Défense des Aliments, sociétés de restauration, gestionnaires de tours du quartier d’affaires mobilisés contre le gaspillage alimentaire. Un état des lieux chiffrés réalisé le 16 octobre, lors du service du déjeuner dans le cadre de l’opération « Je m’engage dès aujourd’hui pour un plateau zéro gaspi » qui conclut que seulement 52,02 % des convives consomment toute la nourriture qu’ils se sont servie au self.

Dans les 2 selfs du  restaurant inter entreprise (RIE)  de la tour D2  gérée par Foncia IPM, la lutte contre le gaspillage alimentaire passe par la régulation de la consommation du pain. Deux campagnes de pesée ont été organisées dans les restaurants  (Elior). Le  couperet est tombé : 35 kg environ de pain sont jetés par semaine, soit 225 unités par jour, malgré la tarification à 0,19 € le 2e morceau de pain. Au self, des affichettes alertent les  convives : une baguette jetée, c’est 150 l d’eau gaspillée. Les cuisiniers qui servent sur les postes chauds rappellent également le message. « Nous voulons mettre en évidence, avec des chiffres, que la plupart des convives  créent du gaspillage » explique José Pereira, directeur des 5 points de restauration situés dans la tour. (suite…)

23/10/2019

Don des surplus alimentaires en restauration collective : une ordonnance en précise les modalités

Publiée au Journal officiel du 22 octobre, une ordonnance du gouvernement étend  les dispositions de la loi du 11 février 2016 relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire, dite loi Garot, aux secteurs de la restauration collective et l’agroalimentaire. Les opérateurs de la restauration collective, privée et publique, qui produisent plus de 3 000 repas par jour devront proposer une convention aux associations habilitées d’aide alimentaire pour le don de denrées consommables et non vendues. Même chose pour les entreprises de l’industrie agroalimentaire réalisant un chiffre d’affaires annuel supérieur à 50 M€.

Tous auront au préalable à réaliser un diagnostic incluant l’approvisionnement durable en denrées alimentaires. Cette mesure entrera en vigueur dans un délai d’un an à compter de la publication de l’ordonnance. Mais le calendrier s’accélère dès le 1er janvier 2020, échéance à laquelle ces opérateurs devront rendre publics leurs engagements en faveur de la lutte contre le gaspillage alimentaire. De plus, interdiction leur est faite de rendre impropres à la consommation les invendus alimentaires encore consommables. Les contrevenants s’exposeront  à une amende de 3 750 € qui peut être assortie d’une peine complémentaire d’affichage ou de diffusion par voie de presse. (suite…)

14/10/2019

Gaspillage alimentaire – Plus de 100 articles sur Restauration21 à la disposition des professionnels

Plateau restauration scolaire

©Restauration21

Comment réduire les quantités jetées en restauration commerciale et collective ?
Retrouvez sur Restauration21 les initiatives et les bonnes pratiques mises en œuvre par des professionnels de plus en plus engagés.
Comment ? En allant directement sur la rubrique gaspillage.

En 2016, l’Ademe chiffrait à 10 millions de tonnes la quantité de nourriture gaspillée en France chaque année, tous les acteurs et toutes les filières alimentaires confondus, soit 18 % de la production alimentaire. Considérant que 9 643 millions de repas sont consommés hors domicile en France, l’agence évaluait à 1,33 millions de tonnes de produits (soit 21 kg par personne et par an) la masse de pertes et gaspillages en restauration commerciale et collective.  Soit un coût financier de 2,13 milliards d’euros et un impact carbone de 2 034 900 tonnes équivalent CO2.

Programmée le 16 octobre, la Journée Nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire, poursuit l’objectif d’inciter à réduire de 50 % le gaspillage sur l’ensemble de la chaîne alimentaire à l’horizon 2025.

Restauration21,
découvrez le Magazine

Restauration21 - Le magazine de la restauration durable
Feuilleter en ligne le Magazine #2 de Restauration21

Idées

La newsletter de Restauration21

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Chef’Eco

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Tournus Equipement

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le climat

  • Un menu

Liens utiles-partenaires