| Accueil |

23/02/2012

Le boucher met son grain de sel

EFFETBOEUF_BDYves-Marie Le Bourdonnec est partout. Sur les chaînes de télévision, les radios et dans les colonnes des journaux. L’Effet Bœuf, au sous-titre volontairement provocateur  « Et si les vaches mangeaient de l’herbe ? » (éditions Michel Lafon) est en vente depuis ce matin dans toutes les  libraires. Le boucher d’Asnières (92), se fâche tout rouge. Au fil de quelques 200 pages co-écrites  avec Thibault Danancher, il explique pourquoi, selon lui, l’élevage en France file un mauvais coton et que toute la filière va droit dans le mur d’avoir fait le choix du rendement aux dépens de  la qualité. Les éleveurs, les bouchers, les consommateurs et tous les prescripteurs peuvent faire évoluer la situation. Pour Restauration21, il revient plus précisément sur les relations entre les bouchers et les restaurateurs. 

 

Restauration21– Comment les restaurateurs peuvent-ils se positionner dans le débat que vous ouvrez sur la filière bovine ? 

 

Yves-Marie Le Bourdonnec : Les restaurateurs transforment un produit brut qu’ils achètent bien souvent à un grossiste. Ils ne savent pas couper la viande, ce qui est normal car ce n’est pas leur métier. Leur problématique consiste à s’assurer un approvisionnement régulier d’une viande malheureusement qualitativement moyenne. Si un cuisinier me demande conseil, je lui apprends les rudiments de la découpe. Je ne m’impose pas comme intermédiaire car je considère qu’un maillon supplémentaire n’est pas nécessaire. Par contre, je le mets en relation avec le producteur ou avec des intermédiaires spécialisés. Aujourd’hui, les éleveurs peuvent proposer des produits pour tous les styles de restauration.

 

Restauration21– Que pensez-vous des mentions « race à viande » sur les cartes des restaurants ?

 

 

YMLB – Ces mentions ne sont  pas des gages de qualité. On a baptisé « races à viandes » la charolaise, la limousine et la blonde d’aquitaine pour leur rendement musculaire, et non pas pour leur qualité de viande.  

 

Restauration21- Les restaurateurs doivent-ils obligatoirement augmenter leur coût matière s’ils veulent un produit de meilleure qualité ?

 

YMLB – Non, pas forcément. Même sur des viandes coûteuses en raison de leur haute qualité, les restaurateurs peuvent valoriser des morceaux peu onéreux grâce à leur savoir-faire de cuisinier. Le fait de maîtriser la transformation du produit brut leur permet, en quelque sorte, tout en utilisant des parties moins nobles sur une carcasse,  de taper sur la gamme supérieure. Ils proposeront alors sur leurs cartes de recettes roboratives, cuites en cocottes par exemple, très demandées en ce moment par les clients des restaurants.

 

Restauration21 – Comment apporter de la valeur ajoutée à une  viande en restauration?

 

YMLB : Le restaurateur a les moyens de contrôler la qualité de la viande qu’il sert à ses clients. Par exemple, dans le cas des burgers très en vogue en ce moment, le cuisinier qui est équipé pour hacher la viande dans sa cuisine sait obligatoirement quels sont les morceaux qui composent le steak puisqu’il les a choisis. Il ajustera la cuisson aux genres de morceaux utilisés et en tirera le meilleur goût et le meilleur rendement. En fait, il aura une histoire à raconter.

Commentaires (0)
Réagir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


(*) Champs obligatoires, votre email ne sera ni publié ni exploité à des fins commerciales.

En validant ce formulaire, vous affirmez avoir pris connaissance de notre politique de confidentialité et acceptez l'utilisation de vos données pour publier ce commentaire Conformément à loi n°78-17 du 6 janvier 1978, relative à l'informatique aux Fichiers et aux Libertés, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification des données à caractère personnel vous concernant, et vous pourrez demander la suppression de votre commentaire à tout moment en nous contactant.

Restauration21,
découvrez le Magazine

Restauration21 - Le magazine de la restauration durable
Feuilleter en ligne le Magazine #2 de Restauration21

Idées

La newsletter de Restauration21

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Chef’Eco

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Tournus Equipement

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le climat

  • Un menu

Liens utiles-partenaires

Cet article vous plaît, abonnez-vous à la newsletter bi-mensuelle. Je m'abonnex