| Accueil |

03/06/2021

Avec barePack et monbento, Deliveroo expérimente le réemploi des contenants

Leurs contenants sont réutilisables au minimum 300 fois.

Une solution gratuite pour le restaurateur afin de limiter le recours aux emballages à usage unique.

Alors que la consommation sur place dans les restaurants, en terrasse depuis le 19 mai et en salle à partir du 9 juin, redémarre, les plateformes de livraison se lancent les unes après les autres l’utilisation de contenants réutilisables. Deliveroo opte pour les boîtes en plastique réutilisable monbento associées à l’offre de la start-up française barePack. L’expérimentation, annoncée le 3 juin, concerne une soixantaine de restaurants parisiens et proche couronne et est susceptible d’être étendue par la suite à de nouvelles zones géographiques en France. Elle concrétise l’engagement pris par l’agrégateur de développer un ensemble d’actions en faveur de la réduction des emballages et  leur réemploi, lors de la signature de la charte d’engagement de la restauration livrée avec le ministère  de la Transition écologique et solidaire le 15 février dernier.

Lire aussi : Bioburger et Uber Eats testent la consigne de contenants en verre en livraison, Monbento place ses lunch boxes sur le marché de la restauration, 19 acteurs de la livraison s’engagent à sortir du plastique à usage unique.

Boucle ouverte
La solution est gratuite et sans engagement pour les restaurants. Le client paie un abonnement de 2 € par mois sur l’appli barePack pour que les plats qu’il commande sur Deliveroo soient conditionnés dans un contenant réutilisable monbento. Il peut utiliser le service dans plusieurs restaurants partenaires en même temps, sous réserve de ne pas avoir plus de 5 contenants en simultané. Les restaurants adhérents sont signalés sur la plateforme par une étiquette barePack et un filtre de recherche facilite leur identification. barePack estime qu’un restaurateur qui ne recoure pas à des emballages jetables économise 30 centimes par commande.

Le retour du contenant sale est assurée par le client qui le dépose dans l’un des restaurants adhérents à l’initiative, même si ce n’est pas celui où il acheté le plat. A charge à ce dernier d’en assurer le nettoyage. « C’est une boucle ouverte, précise à Restauration21 Nicolas Piffeteau, directeur des Opérations de barePack. Le restaurant ne gère ni consigne, ni solutions techniques supplémentaires. C’est le client qui scanne le QR code lors du retour de la boîte et nous permet d’en effectuer le tracking ». En cas de surplus, BarePack ajuste les  besoins de contenants entre les restaurants grâce à une logistique en vélo cargo.

Commentaires (0)
Réagir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


(*) Champs obligatoires, votre email ne sera ni publié ni exploité à des fins commerciales.

En validant ce formulaire, vous affirmez avoir pris connaissance de notre politique de confidentialité et acceptez l'utilisation de vos données pour publier ce commentaire Conformément à loi n°78-17 du 6 janvier 1978, relative à l'informatique aux Fichiers et aux Libertés, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification des données à caractère personnel vous concernant, et vous pourrez demander la suppression de votre commentaire à tout moment en nous contactant.

Restauration21,
découvrez le Magazine

Restauration21 - Le magazine de la restauration durable
Feuilleter en ligne le Magazine #5 de Restauration21

Idées

La newsletter de Restauration21

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Chef’Eco

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Tournus Equipement

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le climat

  • Un menu

Liens utiles-partenaires

Cet article vous plaît, abonnez-vous à la newsletter bi-mensuelle. Je m'abonnex