280 articles publiés dans la catégorie "En bref- Actu"

18/11/2009

Etiquetage environnemental : les restaurateurs ne sont pas concernés

Etiquette-co2-300x214  
 

Dans le cadre du Grenelle, tous les produits de consommation courante porteront une étiquette environnementale en 2011. Les restaurateurs et les traiteurs ne sont pas concernés par cette mesure qui donnera aux consommateurs le prix carbone d’un produit. En France, l’enseigne de grande distribution Casino a mis en place depuis l’an dernier un étiquetage environnemental pour les produits à sa marque. En Suède, l’enseigne de restauration rapide Max précurseuses, appose depuis 2008 des étiquettes CO2 sur ses hamburgers, desserts et boissons.

(Photo http://www.greenunivers.com/2008/07/les-etiquettes-co2-appeciees-des-consommateurs-214/)

Facts – Max carbon dioxide market menus

Below is some examples with detailed information on the carbon dioxide pollution caused from Max’ product range. The mark up will be on display in each restaurant in order to have the information easily accessible to all guests.

KG CO2/portion Meals

1.9 Max meal

0,5 Green meal

0,4 Max Fisk meal

0,6 Max Chicken meal Classic

1,9 Max Original meal

Hamburgers

1,6 BIG!

0,9 Cheese burger

Chicken, Fish & Vegetarian

0,3 Delifresh Chicken burger

0,5 Chicken Nuggets, 20 pieces

0,2 Max Fish burger

Sallads

0,5 Max Chicken Sallad

Deserts

<0,1 Max Apple pie

0,1 Max Blizzer

Max Dip

<0,1 Max Original Dip

Beverage

0,5 Orange juice – mid size

<0,1 Coffee

<0,1 Soda, Coce – small

0,3 Milk (30cl.)

<0,1 Beer (33cl.)

Source : http://www.max.se/download/Background%20Max%20080505.pdf

18/11/2009

Consommation responsable : « il y a urgence » selon Chantal Jouanno

 

Chantal Jouanno Invitée au  lancement du « Guide des labels de la consommation responsable » (lire note précédente), Chantal Jouanno, Secrétaire d’Etat à l’écologie, a déclaré : « Sur ce sujet de la consommation, je trouve qu’il y a vraiment urgence. De plus, il existe une attente qui s’est renforcée avec  la crise. La sortie de crise se situe-t-elle dans une logique de questionnement sur les limites du système ? Avant la fin de ce siècle, nous n’aurons plus assez d’énergie pour le transport et notamment pour celui des marchandises. Ce qui veut dire consommer mieux ». Au restaurant aussi.

18/11/2009

Labels : comment distinguer les « bons »

Guide Labels Mardi 17 novembre, Elisabeth Laville (Mescoursespourla planete.com, Utopies) a présenté le « Guide des labels de consommation responsable 2009-2010 » (Editions Village Mondial). Au sommaire : une soixantaine de labels répertoriés selon 6 critères : référentiel officiel, obligation réglementaire, contrôle indépendant, référentiel libre accès, approche cycle de vie, évaluation multicritère.

Dans cette  liste, Restauration21 a choisi de vous proposer les labels les plus fréquemment rencontrés sur le secteur de la restauration et de vous les exposer. Objectif : en savoir un peu plus sur leur fiabilité et leurs garanties en matière de consommation responsable.

Les critères environnementaux appliqués aux produits

C’est le domaine le plus facile à appréhender car les labels sont des écolabels officiels : l’Ecolabel européen (la petite fleur), NF Environnement, l’Ange bleu (allemand), le Nordic Swan ou Cigne blanc. Ils s‘appuient sur une démarche cycle de vie du produit  (de l’extraction des matières premières nécessaires à sa fabrication à sa mise au rebut). Renseignements sur www.ecolabels.fr, www.blauer-engel.de, www.ecolabel.nu.

Ecolabel2   Ecolabel3

L’alimentation :

AB  (Agriculture biologique) : label officiel du bio français. Apposé sur un produit alimentaire, il signifie que celui-ci est composé d’au moins 95 % d’ingrédients  issus de l’agriculture biologique et est conçu sans utilisation de produits chimiques de synthèse. Interdiction des OGM(organismes génétiquement modifiés). Ce label ne porte pas sur l’emballage, sur la distribution. www.agencebio.org

Label européen Agriculture biologique : moins exigeant que le AB  (teneur maximale en OGM fixée à 0,9 %, règles d’élevage des animaux moins strictes). Un produit labellisé AB et Label européen Agriculture biologique  correspond à la certification la plus exigeante.

Demeter : certifie les produits issus de l’agriculture biodynamique (méthodes naturelles, rythmes saisonnier, influence cosmique).  Ne concerne que la production agricole. http://demeter.net

MSC (Marine Stewardship Council) : label international de pêche durable créé à l’initiative du WWF et d’Unilever mais dont il est aujourd’hui indépendant. L’étiquetage MSC indique que les poissons et produits de la mer ont été péchés selon des méthodes responsables, vérifiées selon un organisme tiers, et compatibles avec le renouvellement des espèces. Ne porte pas sur les emballages, le transport, la transformation, la qualité nutritionnelle des produits transformés. www.msc.org

Label rouge : label officiel  français de qualité des produits alimentaires lié aux conditions de production, qualités gustatives, qualité intrinsèque. Chaque type de produit a un cahier des charges homologué par l’Institut national de l’origine et de la qualité, comprenant une thématique liée à la gestion de l’environnement. Il n’exclut pas les OGM.

Max Havelaar : label de certification international garantissant l’équité des échanges commerciaux entre le Nord et le Sud.  Les produits certifiés Max Havelaar apportent d’avantage de garantie sur le social que sur la question de l’environnement mais ils sont de plus en plus labellisés bio. Ne porte pas sur les emballages, le transport, la transformation.  www.maxhavelaarfrance.org

Rainforest Alliance :  les conditions de production des matières premières agricoles respectent l’environnement et les personnes. Ne porte pas sur les emballages, le transport, la transformation. www.rainforest-alliance.org

Les produits d’entretien

Ecolabel européen  – Produits d’entretien : décliné aux produits d’entretien garantissant la réduction des impacts environnementaux tout au long de leur cycle de vie. Certification d’efficacité comparable à celles des autres produits.

Ecocert : label de certification de détergents écologiques. Efficacité du produit non garantie. www.ecocert.fr

Les produits d’entretien, d’équipement, le papier, le mobilier

NF Environnement –cahier et NF Environnement –enveloppes et pochettes postales : Ecolabel officiel français garantissant la qualité environnementale des produits concernés.

Ecolabel européen  – papier hygiénique, papier de cuisine et autres papiers absorbants à usage domestique : les produits labellisés ont des impacts réduits sur l’ensemble de leur cycle de vie.

FSC (Forest Stewardship Council) : label de certification forestière international  pour lutter contre l’exploitation illégale et la disparition des forêts tropicales menacées. www.fsc.org

PEFC (Programme de reconnaissance des certifications de gestion forestière) : label de gestion forestière  à l’initiative de l’Allemagne, l’Autriche, la Finlande, la France, la Norvège et le Suède. Garantit que le bois est issu de forêts gérées durablement. www.pefc-france.org

Imprim’vert : Désigne les imprimeurs engagés dans une démarche responsable ou des produits issus de leurs ateliers. Géré par le Pôle d’innovation des l’imprimerie, il n’impose pas que l’impression soit réalisée sur un papier recyclé ou issu de forêts gérées durablement ou éco-labellisés. www.imprimvert.fr

Le matériel électrique et électronique :

 

Ecolabel européen  – téléviseurs et ordinateurs : garantit faible impact environnemental du produit tout au long de son cycle de vie.

Etiquette énergie : Obligatoire en Europe. Classement des équipements en 7catégories, de A à G, du plus économe au plus énergivore.

Energy star : Label officiel américain adopté en 2003 par la Commission Européenne. Garantit une moindre consommation d’énergie des équipements de bureau. www.eu-energystar.org

www.mescoursespourlaplanete.com/labels-miniGuide.php

 

 Elizabeth Laville Chantal Jouano Christine Cros Marie Jeanne HussetElisabeth Laville (Fondatrice d’Utopies et mes Mescoursespourlaplanete.com) Chantal Jouanno (Secrétaire d’Etat à l’Ecologie), Christine Cros (Chef du département consommation durable à l’ADEME, Marie-Jeanne Husset (Directrice de la rédaction de « 60 Millions de consommateurs ».

17/11/2009

Léon de Bruxelles : le recyclage des coquilles de moules en réflexion

Moules de bouchot 

Existe-t-il une filière de recyclage des coquilles de moules qui minimise l’empreinte carbone de la démarche ? « Nous avons travaillé avec le Cnam, explique Michel Morin président du directoire de Léon de Bruxelles, le problème, c’est le ramassage. On craint de produire plus de carbone en les récupérant les coquilles de moules pour les recycler qu’en les jetant ». Pour Léon de Bruxelles, il s’agit de 3 000 tonnes de moules consommées annuellement sur le réseau, soit 8 tonnes par jour. Les coquilles de moules peuvent être recyclées  pour entrer dans la composition de revêtement routier. Une réflexion à mener sur la collecte des coquilles avec les secteurs concernés.

16/11/2009

L’électricité éolienne et la restauration. Questions à Antoine Sauvage, directeur DD de Courtepaille

L’électricité éolienne et la restauration. Questions à Antoine Sauvage, directeur DD de Courtepaille

Une enseigne de restauration  qui produit localement de l’électricité, l’idée fait son chemin. A Blagnac, le restaurant Courtepaille, ouvert l’an dernier,  va être relié au réseau ERDF d’ici un mois. L’occasion de faire le point sur l’électricité éolienne et la restauration avec Antoine Sauvage, directeur Développement durable chez  Courtepaille.

Pourquoi avoir fait le choix de l’éolien pour le restaurant de Blagnac ? Comment faire rimer production d’énergie éolienne et restauration ? Quelle est la démarche ?

Antoine Sauvage : Il s’agit d’associer visibilité et production d’électricité

A quoi servira cette électricité au niveau du restaurant ?

A.S. – La production pour des raisons technique est revendue, mais elle permet de compenser notre consommation d’énergie.

Quels sont les objectifs visés en termes de production ? de couverture des besoins du restaurant ?  de revente dans le circuit de distribution ? A quelle  échéance l’opération devient-elle rentable pour une enseigne ?

A.S.- L’objectif n’est pas financier mais bien un engagement en faveur des ENR. La production devrait couvrir 10% des besoins du restaurant.

Quels sont les pré-requis ? Le restaurant doit-il être situé obligatoirement dans une zone de développement de l’éolien [i] ?

A.S.- Il n’est pas nécessaire pour le petit éolien d’être en ZDE, cependant dans ce cas EDF n’a aucune obligation d’achat.

Est-il difficile de trouver un acheteur pour écouler sa production d’électricité éolienne ?

A.S. – En fonction du prix c’est plus ou moins délicat

Quels conseils donneriez-vous à un confère désireux de se lancer dans une telle aventure ? Quels sont les écueils à éviter ?

Je lui conseillerais de faire plutôt du photovoltaïque

Le restaurant de Blagnac est-il équipé d’autres équipements générateurs d’énergie renouvelables ?

Ce restaurant est équipé d’un chauffe-eau solaire et d’une pompe à chaleur.

Antoine Sauvage

Une éolienne à côté de mon restaurant, mode d’emploi

·     Caractéristique : petit éolien particulier.

·     Installation : Machines de petite ou moyenne puissance (0,1 à 20 kw) montées sur des mâts de 10 à 35 m. Une éolienne à 2 ou 3 pales. Un onduleur permet d’obtenir un courant aux qualités constantes malgré les variations du vent, utilisable par le restaurant ou réinjectable dans le réseau de distribution.

·     Permis de construire si la hauteur est supérieure à 11m

·     Coût : En fonction du projet, entre 25 000 et 40 000 euros (pour une éolienne)

·     Pas de subventions ou voir au cas par cas selon les régions, en ZDE le rachat d’électricité est subventionné.


 

[i] ZDE : Zone dans laquelle  les éoliennes bénéficient de l’obligation d’achat par EDF de l’électricité produite.

16/11/2009

Les engagements DD des Traiteurs de France

·     Se mobiliser en réseau pour que le DD soit une force nationale au profit  des entreprises individuelles

·     Former un responsable DD dans leur entreprise

·     Proposer de véritables prestations éco conçues

·     Signer les 5 commandements pour créer à terme un label national

·     Etre des entreprises citoyennes et durables

·     Apporter aux associations locales, mairies… leur soutien dans le DD

·     Etudier les nuisances produites par l’Ê auprès de leur voisinage proche et mettre en place des actions de correction

·     Participer à des salons, réunions, congrès sur le DD en tant qu’acteur

·     Travailler avec les responsables DD des administrations de leur secteur pour le recyclage de leur matériel informatique et dons aux associations

·     Travailler sur toutes les économies d’énergie qui agissent sur l’environnement

·     Faire recycler les cartouches d’imprimantes

·     Privilégier les contenants écologiques

·     Imprimer au minimum et simplement les pages utiles

·     S’employer à éteindre au maximum les appareils en veille dans l’entreprise

·     Mettre en avant dans leurs prestations le commerce équitable

·     Privilégier les produits locaux et de proximité et à privilégier la saisonnalité

·     Mettre en place le tri sélectif dans l’entreprise et sur réceptions

·     Développer le compost pour l’agriculture locale

·     Aider le développement du bio sur les réceptions

·     Organiser leurs déplacements logistiques pour limiter les émanations de CO2

·     Utiliser les CAT locaux pour différents travaux

·     Employer des handicapés selon leur taille d’entreprise

·     Former leur personnel assidument et à valoriser les compétences et les acquis

·     Développer la diversité dans leur recrutement.

16/11/2009

Blagnac, l’électricité éolienne de Courtepaille bientôt connectée au réseau ERDF

COURTEPAILLE BLAGNAC5. 237 

Crédit photo :  André Thoraval

La production d’électricité éolienne serait-elle victime de son succès ? A Toulouse Blagnac, le restaurant « vert »de l’enseigne Courtepaille a failli en faire les frais, selon le site internet de LaDepeche.fr. Doté de deux éoliennes, le restaurant n’a pas encore été raccordé au réseau ERDF faute de temps, 19 000 demandes ayant été faites auprès d’ERDF (Electricité Réseau Distribution France) sur la première moitié de l’année 2009, soit quasiment autant que le nombre actuel de producteurs (22 500). Toujours selon l’article, c’est Enercoop (une entreprise agrée par l’Etat) qui achèterait la production électrique du restaurant, EDF n’étant pas demandeuse, une fois Blagnac équipée d’un point d’interconnexion basse tension. Joint ce matin par téléphone par Restauration21, Antoine Sauvage annonçait à que le directeur régional ERDF serait sur le site aujourd’hui afin de raccorder au plus vite la production d’énergie éolienne du restaurant au réseau.

12/11/2009

Languedoc- Roussillon : les industries agroalimentaires invitent les chefs à plancher sur la recette durable

Les entreprises agroalimentaires du Languedoc Roussillon (ARIA-LR) lancent un challenge autour de la réalisation d’une recette durable. Chaque équipe –un trinôme composé d’une industrie agroalimentaire régionale, d’un chef cuisinier et d’un ou de plusieurs étudiants d’école hôtelière, de restauration ou d’agroalimentaire – devra présenter une recette innovante inscrite  dans une démarche de développement durable (nutrition/santé/bien-être, utilisation de produits locaux, etc.…)

Les objectifs de cette démarche sont multiples : Stimuler et développer une culture de l’innovation pour les industries agroalimentaires en mettant en relation des acteurs qui n’ont pas l’occasion de travailler ensemble, favoriser les partenariats chefs-entreprises pour stimuler la créativité, valoriser les chefs du Languedoc-Roussillon pour leur contribution à la gastronomie régionale et récompenser les entreprises du secteur agroalimentaire qui innovent par la communication ainsi que les étudiants.

La clôture des inscriptions aura lieu le 15 décembre 2009 et les dégustations se dérouleront en juin 2010. Renseignements : ARIA Languedoc-Roussillon, tél : 04 67 04 75 20 ou 25, Agropolis International, Avenue Agropolis, 34394 Montpellier Cedex 5,
mail : aria-lr@agropolis.fr

27/10/2009

Class’Croute : du bio, des packaging recyclables et des couverts en bambou

Class’Croute : du bio, des packaging recyclables et des couverts en bambou

Après les mini salades bio de marque Class Croute (105 restaurants dans toute la France et le Bénélux dont 95 % exploités en franchise)  puis deux  soupes labellisées bio (sur les six que propose la carte),  les yaourts Déliss bio élargissent la gamme bio de Class’Croute, le spécialiste de la restauration livrée en entreprise. Au menu : 3 parfums aux fruits et un nature 0%  de matière grasse. A venir : un jus de pomme bio sera vendu à partir du 1er novembre prochain.

«Nous avons choisi de cibler, pour commencer, quelques produits significatifs. Class’Croute, qui n’a pas la vocation de devenir une enseigne 100 % bio, se doit d’investir ce créneau afin d’être en phase avec les attentes de ses clients » commente Jean-Marc Sonolet, président de l’enseigne. La démarche bio s’inscrit de plus en plus au travers des  produits d’animation de l’enseigne.

Les salades bio et le jus de pomme sont certifiés par AB agriculture biologique.  Toute la gamme des Yaourt Déliss est certifiée par CERTISYS.

Lors de l’université d’été du Medef en septembre dernier, l’enseigne qui avait remporté l’appel d’offres pour la prestation de restauration, y a testé ses premiers coffrets sandwichs bio. Composés d’un sandwich bio, d’une salade de crudités bio, d’un yaourt bio, d’un sachet de pommes, d’une bouteille d’Evian, et de couverts 100 % bambou 7 700 coffrets ont été vendus lors de l’événement.

Des packagings en pulpe de canne à sucre

Les packagings en pulpe de canne à sucre (un produit certifié qui satisfait aux 3 critères d’exigence de la norme Certif Din-EN 13432 : absence de toxicité, Qualité compost, absence de produits dangereux) remplacent progressivement ceux en plastique. En janvier 2010, les salades, les plats chauds, les pâtes seront vendus dans des boîtes en pulpe de canne à sucre, un matériau 100 % biodégradable et compostable. « C’est une avancée majeure pour Class’Croute. Nous estimons que nous arriverons à terme à remplacer plus de la moitié de nos packaging en plastique par des packagings en pulpe de canne à sucre», précise Jean-Marc Sonolet, le carton représentant 10 % des emballages. Déjà, les couverts inox ont été abandonnés au profit de couverts en bambou.

Résultat : l’utilisation de la canne à sucre dans les coffrets repas, pour la seule partie des petites et grandes assiettes du plateau, représente une économie de 21 000 kg de plastique à traiter si l’on compare 2008 et 2009. De même, le changement des saladiers en plastique de la gamme « sandwicherie » vers un saladier en pulpe équivaut à 48 000 kg de plastique économisés (même comparaison 2008/2009).  Enfin l’abandon des kits couverts inox a permis de revenir à un produit à usage unique plus approprié pour l’activité de l’enseigne et se traduit par l’économie de traitement de 10 500 kg d’inox (toujours sur la base 2008 versus 2009).

 

 

27/10/2009

Naturalia ouvre son premier corner snaking 100 % bio

Naturalia ouvre son premier corner snaking 100 % bio

Naturalia présente le premier concept de snacking de l’enseigne spécialiste de produits biologiques et naturels certifiés. Le corner propose une offre de 60 références différentes : épeautre au tofu, taboulé aux cranberries…  Le magasin, doté d’une cuisine professionnelle, réalise la préparation de sandwiches au pain au levain cuit le matin sur place.

Restauration21,
découvrez le Magazine

Restauration21 - Le magazine de la restauration durable
Feuilleter en ligne le Magazine #2 de Restauration21

Idées

La newsletter de Restauration21

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Chef’Eco

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Tournus Equipement

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le climat

  • Un menu

Liens utiles-partenaires