218 articles publiés dans la catégorie "Bio"

04/06/2012

Des produis bio dans 7 restaurants collectifs sur 10 à l’horizon 2012-2013

Bio juin 2012Doucement mais surement. La consommation de produits bio en restauration collective devrait poursuivre sa progression dans les mois qui viennent et toucher de nouveaux établissements. En 2011, ce marché  était estimé à 158 M€ HT pour l'ensemble des familles de produits (frais, surgelés, épicerie, hors pain), soit une progression de 21 % en un an. Selon les chiffres communiqués le 1er juin, en ouverture du Printemps de la bio (1) par l'Agence Bio, 16 % des restaurateurs non acheteurs de produits bio actuellement ont déclaré, début 2012, avoir l'intention d'en introduire dans leurs menus, dont 4 % de façon certaine d'ici à 2013.

"Les produits bio pourraient être ainsi présents dans 73 % des restaurants collectifs en 2013, pour une part des achats pouvant atteindre 17 % en moyenne" s'est félicitée Elisabeth Mercier, présidente de l'Agence Bio. 79 % des établissements du secteur public et 84 % des établissements scolaires seraient concernés.

Les fruits et les légumes frais, les produits laitiers sont les plus consommés. Malgré un surcoût de 23 % en moyenne, les gestionnaires jugent l'utilisation de produits bio" en majorité très satisfaisante" que ce soit pour le personnel ou les convives. Selon l'Agence Bio, 65 % des établissements ont cherché à compenser ce surcoût en limitant le gaspillage, mettant en concurrence les fournisseurs et en  mutualisant les achats, "cette action étant jugée la plus efficace, ainsi que le passage de partenariats au niveau local".

(1) Le Printemps bio, du 1er au 15 juin 2012, renseignements sur www.printempsbio.com
www.agencebio.org

19/04/2012

Manger bio et local en entreprise accueillera 5 nouveaux restaurants d’entreprise en juin 2012

Manger bio et local en entrepriseLe 28 juin, Corabio, l’association des producteurs bio de Rhône-Alpes, en partenariat avec FL Conseil, annoncera les noms des 5 nouvelles entreprises qui rejoindront le programme "Manger bio et local en entreprise".  Le CEA de Grenoble, le siège national de Casino à St Etienne, le Centre anti-cancer Léon Bérard de Lyon, France Télécom Orange de Lyon et l’IFP EN de Solaize sont les 5 premières entreprises impliquées depuis juin 2011 dans ce projet aux côtés  de leurs prestataires de restauration : Compass, Elior, R2C, SHCB, Sodexo. Cette opération inédite en France, soutenue par la DRAAF Rhône-Alpes, la Région Rhône-Alpes et le Syndicat National de la Restauration Collective (SNRC) concerne 5 000 convives au quotidien. Un nombre qui passera à 10 000 avec  l'entrée des nouveaux participants.

 

"Nous avons pris le parti de sélectionner des restaurants d’entreprise qui accueillent au minimum 5 000 convives par jour afin d’atteindre un maximum de personnes. Ces entreprises représentent les secteurs d’activités principaux de la vallée du Rhône. Nous verrons après les 3 années d’inauguration de l’opération comment atteindre un maximum de catégories socioprofessionnelles, notamment dans des milieux plus défavorisés" explique Claire Lecouteux, en charge de la communication chez Corabio.

 

(suite…)

01/04/2012

C10 renouvelle l’opération “Bio Equitable “

Du 1er au 30 avril 2012, C10 propose l’opération "Bio Equitable" afin de permettre à ses clients CHR d’intégrer facilement dans leur offre une sélection de boissons bio ou équitables. L’opération repose sur une sélection de boissons chaudes et de boissons avec ou sans alcool, en gratuité. L’opération démarrera dans les établissements CHR en ouverture de la  Semaine du Développement durable.

Les produits bénéficiant de la gratuité sont : le Cabernet-Merlot Bio et le Chardonnay Bio d’Arrogant Frog, marque exclusive du réseau C10, les cidres bouchés biologiques Val de Rance en bouteilles de 75 ou 25 cl, les cidres bio Bollée d’Armorique et Kerisac en bouteilles de 75cl, le café bio équitable 100% Arabica Cellini, marque exclusive du réseau C10, le café Jacques Vabre Développement Durable, les thés équitables Lipton Yellow et Earl Grey, les thés et infusions bio équitables Baronny’s, la boisson chocolatée Suchard, Développement Durable, et le jus de pomme La Passion du verger, issu de l’agriculture biologique.

15/02/2012

Plus d’1 Français sur 2 serait désireux de manger bio hors domicile

Photo©Restauration21 (3)Selon les chiffres de l'Agence Bio présentés hier, 62 % des Français se déclarent intéressés par des repas préparés avec des produits bio dans les hôpitaux, 60 % dans les maisons de retraite, 56 % au restaurant, 50 % dans les centres de vacances et 46 % en restauration rapide et à emporter. Ils seraient 53 % d'actifs à souhaiter consommer des repas à base de produits bio sur leur lieu de travail, à la cantine ou au restaurant d'entreprise et 41 % seraient prêts à en acheter via les distributeurs automatiques.

L'Agence Bio, qui fête ses 10 ans, estime que le marché des produits bio a quadruplé en une décennie, enregistrant pour l'année 2011 une croissance d'au moins 10 % pour approcher les 4 milliards d'euros.

Photo©Restauration21

13/02/2012

Une première légumerie bio en Ile-de-France

Photo©Restauration21Les premiers sachets de  carottes et pommes de terre épluchés et lavés sont sortis il y un mois des lignes de la légumerie de la ferme de La Haye située dans les Yvelines. Ce nouvel outil, type "algéco" est le seul sur l'Ile-de- France à proposer des légumes en 4e gamme en flux tendu  (DLC de 6 jours), non piècés, et prêts à cuire aux opérateurs de la restauration collective. L'agriculteur Xavier Dupuis en est le créateur, soutenu par le GAB  Ile-de-France (Groupement des Agriculteurs Biologiques) via la structure associative  Fermes bio d'Ile-de-France, et par Vivrao.  Sur cette parcelle de terre de 140 hectares (initialement destinée à accueillir un circuit de F1),il cultive 2 hectares de terre des carottes  en conversion vers le bio. De janvier à mars 22012, Elior Restauration Enseignement en servira à ses convives environ 35 tonnes dans plus de 700 restaurants scolaires franciliens. L'entreprise de restauration s'est engagée avec le producteur sur un volume d'achat, sur une  durée pluri-annuelle et sur un prix.

Sur sa première année de fonctionnement, la légumerie transformera 80 tonnes de matières
brutes : carottes, pommes de terre, choux, betteraves, salades. Sa capacité maximale -200 tonnes- devrait être atteinte d'ici 3 ans. Son approvisionnement sera assuré par 3 autres producteurs associés à Xavier Dupuis au fonctionnement de l'atelier de transformation, dans le cadre de la Cuma (coopérative d'utilisation de matériel agricole) bio Val de Seine : Olivier Ranke, producteur de pommes de terre dans le Val d'Oise, Damien Bignon, volailler dans les Yvelines et  président du GAB IDF, Grégory Véret, maraîcher dans les Yvelines et Ronaldo Omaya, maraîcher en Essonne. La commercialisation  des légumes de 4e gamme sur le marché de la restauration  collective est réalisée soit en direct par les agriculteurs, soit par Les Fermes bio d'Ile de France lesquelles fédèrent 25 agriculteurs du GAB pouvant potentiellement utiliser la légumerie.

(suite…)

30/01/2012

La première Table de Cana bio ouvre à Nîmes

Table de Cana Nîmes - CopieNée de la rencontre entre le groupe Réplic (société coopérative d'intérêt collectif)  et Yves Sévenier, créateur du concept les Saveurs de l'Escale, la Table de Cana – Escale bio a ouvert ses portes au 510 rue de L'Hostellerie à Nîmes (30). Centre de séminaire, c'est la première (la fédération compte 9 restaurants en France) à détenir la certification Ecocert pour une  offre de restaurant et de service traiteur réalisée à partir de  produits 100 % bio.

 

"Des hommes et des femmes se sont engagés à cultiver la terre sans pesticide, et garantir leurs produits sans OGM. Nous essayons au travers de notre cuisine de les valoriser, c'est notre engagement" souligne Yves Sévenier, le gérant de l'entreprise d'insertion.

Dans cette démarche, les plateaux repas proposés sur la carte traiteur sont biodégradables. Les produits de nettoyage utilisés sont tous biodégradables.

 

La nouvelle structure devrait permettre de créer 11 emplois en insertion. Elle ambitionne également d'accueillir des travailleurs handicapés.

www.table-cana.fr

12/12/2011

Un cahier des charges pour le bio en restauration commerciale

Validé le 9 juin dernier par le Comité national de l’agriculture biologique de l’INAO (Institut National des Appellations d’Origine), le cahier des charges du bio en restauration commerciale a été homologué par un arrêté publié au journal officiel le 10 décembre. Les restaurateurs ont jusqu’au 1er octobre 2012 pour se mettre en ligne avec le texte.

 

Le cahier des charges comprend 3 niveaux d’engagement en termes d’offre de restauration bio ainsi qu’un dispositif de contrôle correspondant à chacun de ces 3 niveaux et au type de restaurant (indépendant ou chaîne). Des lignes directrices en matière de communication – utilisation du logo officiel français de l’agriculture biologique ou des termes bio/biologique – sont également définies.

(suite…)

28/11/2011

6 à 8 restaurants collectifs sur 10 pourraient proposer des produits bio en 2012

Selon les chiffres présentés par l’Agence Bio lors du Congrès des maires de France, les perspectives d’évolution des produits bio en restauration collective sont importantes. 35 % des restaurateurs non acheteurs de produits bio actuellement déclareraient avoir l’intention d’introduire des produits bio dans leurs menus d’ici à 2012. Ils achèteraient en priorité des produits frais (fruits, légumes, produits laitiers, volaille, pain) et des surgelés (légumes, volaille, pain). Ce qui permet à l’Agence Bio d’avancer que « les produits bio  pourraient ainsi être présents dans 6 à 8 restaurants collectifs en 2012 ». La restauration du secteur privé et celle du secteur santé-social , seraient également intéressées.

03/11/2011

Des bioburgers tout simplement

Photos©Restauration21Créée par Louis Frack et Anthony Darré, deux étudiants fraichement émoulus de leur école de commerce,  l’enseigne parisienne Bioburger (passage de Choiseul, Paris IIe) est la première à s’engouffrer sur cet étroit marché et non encore exploré du restaurant de viande bio.

 

Pour préserver leur avantage concurrentiel, les deux concepteurs préfèrent rester discrets sur le nom de leur fournisseur de steaks hachés bio, au bœuf, poulet et tofu.  Tout juste, concèdent-ils qu’ils proviennent d’un grossiste spécialiste des produits bio situé à Rungis. Dès la devanture, le concept annonce la couleur  en affichant bien haut le logo AB garantissant une offre 100 % bio. « Nous avons contacté l’Agence bio qui nous a expliqué ce que nous étions en droit de mentionner » explique Louis Frack. Lui et son associé passent derrière les fourneaux tous les midis.

 

Ouvert  début juillet, le fast food a trouvé son rythme depuis la rentrée : quelques 90 clients par jour pour un ticket moyen de 10 euros. Proposés soit en formules à partir de 10 euros, soit à la pièce à 7 euros, les burgers  représentent 95 % des commandes. Les steaks sont placés dans des buns de pain frais livrés chaque matin par une boulangerie voisine 100 % bio. Toutes les préparations sont faites sur place que ce soit les frites, les salades et les gâteaux.

Louis Frack et Anthony Darré tablent sur un chiffre d’affaire de 220 000 euros pour leur premier exercice, pour un investissement 200 000 euros.

 

 

Photos©Restauration21 (2)

 

Louis Frack et Damien Leclerc qui aide au service lors du rush du déjeuner.

contact@bioburger.info

www.bioburger.info

Photos©Restauration21

10/10/2011

Un site de mutualisation des bonnes pratiques en restauration collective bio

Restauration_bio Les acteurs de la restauration collective bio ont un site : www.restaurationbio.org . Annoncé par l’Agence Bio, cet outil  a pour vocation de répondre aux attentes des élus et agents en demande d’informations et d’échanges sur les expériences réussies  menées localement. Le plus : le site est nourri directement par les acteurs de la restauration collective bio qui y mettent en ligne leurs actions. Chaque contributeur renseigne une fiche en indiquant la part de produits bio mis en œuvre sur leurs sites, l’origine géographique de leurs achats,  leurs fournisseurs, les produits les plus appréciés par les convives… le mode de gestion, Tout porteur de projet peut ainsi accéder à une fiche d’expériences correspondant le plus possible à ses caractéristiques propres.

 

Restauration21,
découvrez le Magazine

Restauration21 - Le magazine de la restauration durable
Feuilleter en ligne le Magazine #10 de Restauration21

Idées

La newsletter de Restauration21

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Chef’Eco

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Tournus Equipement

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le climat

  • Un menu

Liens utiles-partenaires