117 articles publiés dans la catégorie "Restauration commerciale"

23/11/2017

Chai 33 tente l’alternative végétale pour le menu du réveillon du Nouvel An

AuroreMalpieceBegue-Photo@Restauration21.frLe 31 décembre, en parallèle du  traditionnel  menu du réveillon,  Chai 33 (Paris 12e)  proposera une alternative végétale et festive. Au programme : Amuse-bouche et coupe de Champagne ;  Ravioles de tofu, bouillon miso, chou kale et champignons noirs ; Risotto Carnaroli Bio au lait d’amandes, morilles, shiitakés et châtaignes. Le tout réalisé par le chef et sa brigade. Et en dessert :  gâteau au chocolat et praliné de la Pâtisserie végétale (Paris 11e). Pour un prix de 85 €, incluant spectacle et soirée DJ, le même que celui du menu traditionnel.  L'initiative découle de la démarche entreprise par  Aurore Malpièce-Bégué, la directrice marketing de TB Associés : « Nous proposions précédemment des plats végétariens. Début décembre, la carte d'hiver comportera une entrée, un plat et un dessert véganes. » Ce qui permettra à l'établissement d'être référencé par VegOResto, comme l'est le restaurant O Deck à Nantes (44),  le second établissement de TB  Associés.  « Pour O Deck, nous avons été contactés par VegOResto qui nous a proposé de nous  accompagner autour d'une soirée "défi", il s'agissait de proposer un menu 100 % végétal. Nous avons fait un plein. Du coup, nous avons décidé de mettre 3 propositions végétales à la carte en permanence » explique-t-elle. Au Chai 33, les clients qui veulent déguster un menu végétal le soir du 31 décembre doivent le signaler lors de la réservation. Sur 350 couverts, Aurore Malpièce-Bégué anticipe une cinquantaine de menus 'végé'.

 

(suite…)

10/11/2017

Good Food Resto, le futur label des restaurants responsables de la Région bruxelloise

Label_goodfood_resto1_BruxellesCoordonné par Bruxelles Environnement, le label Good Food Resto  devrait faire son apparition sur les devantures des restaurants "verts" la Région bruxelloise à partir de mars 2018. Déclinaison du programme Good Food lancé en  2016 sur ce territoire, il soutient les restaurants impliqués dans une démarche durable et concerne tout type de restauration : rapide, traditionnelle, étoilées. Les food-trucks, les restaurants d'insertion et hôtels également. Depuis septembre dernier, une campagne de recrutement est déployée auprès des établissements de la ville, en particulier des « restaurants déjà engagés dans une démarche durable, afin de constituer une première vague d’ambassadeurs » précise Nathalie Guilmin, porte-parole de Bruxelles Environnement.  

« 29 restaurants ont déjà marqué leur intérêt et leur intention de remettre un dossier. Nous aimerions atteindre 30 restaurants labellisés au terme de cette première campagne », poursuit-elle. Ceux qui le souhaitaient (24) ont déjà reçu la visite d'un coach pour identifier leurs points forts et leurs faiblesses. Puis, ceux qui déposeront un dossier recevront celle d'un contrôleur indépendant pour vérifier le respect des critères. C'est ensuite Bruxelles Environnement qui décidera de l'attribution  du  label (valable 3 ans) et pour quel niveau : 1 toque, 2 toques ou 3 toques, en fonction de l'engagement démontré par le restaurant.

 

(suite…)

24/07/2017

Etats généraux de l’alimentation : Quelle place pour la restauration ? Episode 1

Photo@Restauration21.frManger mieux à un prix rémunérateur pour le monde agricole. Le projet est ambitieux. Il est au cœur des Etats Généraux de l'Alimentation lancés le 20 juillet à Bercy, devant 500 personnes, issues du monde agricole, des industries agroalimentaires, des ONG environnementales,  des interprofessions et aussi du secteur de la restauration. De fin août à fin septembre, les discussions tourneront autour de la création et de la répartition de la valeur. Puis, un second chantier sera consacré, jusqu'à la fin novembre, à la question de l'alimentation saine et durable accessible à tous. Les parties prenantes se rencontreront lors de 14 ateliers thématiques, plus un atelier transversal consacré aux investissements, à l'accompagnement technique et à la recherche en faveur d'une plus grande performance. 

 

(suite…)

17/07/2017

Dominique Loiseau : « Le bio, c’est une évidence pour une carte santé-bien-être »

Ahlame Buisard (DG) - Dominique Loiseau @MatthieuCellardAprès 15 mois de travaux et un investissement de 6 M€, le groupe Bernard Loiseau a inauguré, à Saulieu (21), la Villa Loiseau des Sens, un bâtiment de 1 500 m2 répartis sur 4 niveaux,  abritant un luxueux spa et un restaurant, Loiseau des Sens, 100 % bio et locavore. « Le bio, c'est une évidence pour une carte santé-bien-être » affirme Dominique Loiseau, présidente de Bernard Loiseau SA (à droite sur la photo, à côté d'Ahlame Buisard, directrice générale du groupe. « Au début, je me suis dit que cela allait être compliqué de trouver des fournisseurs en produits locaux bio, mais finalement, on trouve ici en bio tout ce dont on a besoin. Nous nous sommes servis d'internet plus spécialement pour trouver les vins » poursuit-elle.

 

Plat restaurant - Loiseau des Sens  @MatthieuCellardLe chef Shoro Ito et le pâtissier Rudy Yiu sont à la manœuvre pour que la carte du restaurant s'inscrive dans l’expérience globale bien-être du spa. Au menu : omble de fontaine de Crisenon, velouté de concombre et avocat, pintade fermière, agneau de la ferme de Lemoine…  Le restaurant de 45 couverts propose deux menus, à 32 € (déjeuner)  et à 59 €. Avec les boissons, le ticket moyen s'établit à 45 € au déjeuner, 59 € au dîner. Un menu végétarien (ou végétalien sans le fromage) est vendu 49 €. Egalement à la carte, des desserts dans gluten et d'autres sans lactose.

 

 

(suite…)

26/06/2017

Le niçois Willy Berton devient le premier chef vegan Maître Restaurateur

Willy Berton - Vegan GorillaUne soupe de poisson, quoi de plus banal à la carte d'un restaurant niçois ? Celle préparée par le chef Willy Berton au Vegan Gorilla,  à Nice (06), l'est beaucoup moins. Aucun poisson dans la soupière mais des algues – combo, wakame et dulse ou laitue de mer – cuisinées dans une base de soupe de légumes et accompagnées de croutons et de rouille végétale.  Le cuisinier niçois ne travaille ni la  viande, ni le poisson, ni les produits laitiers ou les ovoproduits. Sa cuisine est végétale, 100 % vegan, réalisée à base de produits frais, de saison et bio, conjuguant saveurs méditerranéennes et asiatiques. Sa femme, Camille, réalise les pâtisseries crues. A eux deux, ils sortent une carte courte (2 entrées, 2 plats, 2 desserts), dont une partie est crue ou peut l'être. La cuisine servie au Vegan Gorilla  est faite maison, sans gluten et adaptée aux intolérants au lactose, ce qui  vaut à Willy Berton d'être le premier chef vegan à rejoindre les Maîtres Restaurateurs. Il recevra son titre le 28 juin.

 

 

(suite…)

13/06/2017

Bio en restauration commerciale : bientôt une V2 du cahier des charges

Plus simple, moins contraignant, moins coûteux… le prochain cahier des charges relatif à l’utilisation des produits biologiques dans les restaurants commerciaux est en cours d’élaboration. Il définira de façon plus claire que la précédente version les modalités d’utilisation du logo AB en restauration commerciale (l’utilisation du logo européen est interdite). Objectif : mettre en valeur les professionnels qui travaillent des produits bio en leur permettant de communiquer auprès du public et éviter la concurrence déloyale de ceux qui font de la communication mensongère sur le bio. Annoncée par l’INAO (Institut National de l’Origine et de la qualité) et l’Agence Bio pour la fin 2017, la nouvelle certification devrait entrer en application début 2018, une fois validée par le ministère de l’Agriculture et les services de Bercy.

Le projet a été présenté mardi 13 juin, lors la journée consacrée à la RHD par l’Agence Bio, par Jean-Marc Lévêque, président de la commission restauration commerciale bio de l’INAO et Olivier Catrou, responsable du pôle agriculture biologique de l’INAO. En voici les grandes lignes.

(suite…)

24/05/2017

411 M€ HT de produits bio consommés en RHD en 2016

Bioburger-avocado-bacon-carnivoreLa consommation de produits issus de l'agriculture biologique s'accélère sur le marché de la restauration hors domicile. En 2016, la consommation de produits bio en restauration commerciale est estimée, selon les chiffres de l'Agence Bio, à 182 M€ HT, en progression  de 10 %  par rapport à 2015. Sur le marché de la restauration collective à caractère social, les achats de produits bio ont progressé, entre 2015 et 2016, de 5 % pour atteindre 229 M€ HT.

En comptant le marché hors domicile, le marché des produits en France représente, tous segments de distribution confondus,  7,147  Mds € en 2016, en croissance  de 21,7 % par rapport à 2015.

Retrouvez toute l'actualité du bio en restauration.

 

Chiffres bio 2017

21/04/2017

World’s 50 best restaurants : Septime remporte le prix du restaurant durable

Théo et Bertrand  crédits Benjamin Schmuck (1)Dévoilé début avril,  le classement controversé des World's 50 best  – 50 meilleurs restaurants du monde – révèle au 35e rang, Septime (Paris 11e) qui, outre le fait de progresser de 15 places, remporte en toute discrétion le prix du restaurant durable. Une récompense décernée par l'association anglaise des restaurants durable (SRA) en charge de l'audit des candidats à ce prix. Réalisé en anglais, le dossier comportait trois volets : le sourcing des produits, l'environnement et le social. Retour sur le travail mené par les patrons Bertrand Grébaut et Théo Pourriat depuis l'ouverture de l'établissement en 2011.

 

L'approvisionnement :

 

Le chef Bertrand Grébaut utilise 99 % de produits français. Ils sont de saison et fournis par des producteurs et fournisseurs avec lesquels il entretient des relations de confiance mutuelle. Lui s'engage sur des quantités et eux sur une qualité et des méthodes de production respectueuses de l'environnement. «Je suis persuadé que mon rôle de chef de cuisine est de sortir de mon établissement pour aller rencontrer les producteurs» souligne le chef qui , pour exercer son, métier, dit avoir « besoin de traçabilité, de goût et de maîtriser les quantités. » Bientôt, il va faire pousser ses propres légumes sur une parcelle agricole de 2 ha en partenariat avec Ferme d'Avenir en Seine-et Marne.  Les seules importations sont celles des agrumes d'Italie en complément des citrons bio de Menton, du thé, café et sucre équitables.

(suite…)

27/03/2017

Après les burgers, Kristin Frederick ouvre une page végétale

GREENHOUSE Crédit Photo  Edouard GranjeanAucune tendance alimentaire n'échappe à Kristin Frederick. Après le Camion qui Fume, premier food truck parisien, puis Huabu, une cantine street food chinoise, la californienne et parisienne d'adoption prend le virage du végétal.  Elle ouvre mardi 28 mars GreenHouse, en lieu et place de Freddie's Deli, à Paris (11e), sa première adresse de sandwiches chauds. «Ce n'est pas un concept, c'est un restaurant avec service à table » prévient la patronne. Un restaurant dont la carte met à l'honneur les produits de saison et le végétal. Dans les assiettes, les légumes, céréales et autres graines représenteront 80 % des ingrédients, la portion carné étant réduite à 20 %. Ce qui se traduit par exemple en 'Soba sésame, tempura de légumes, Kale au miso, tatatki de bœuf '. «Depuis les burgers, j'ai évolué. Ce nouveau lieu correspond à ce que je mange maintenant» précise Kristin Frederick.

 

La restauratrice a fait appel à Pablo Jacob (un ancien du Camion qui Fume passé par Ferrandi Paris et des restaurants étoilés) pour cette nouvelle aventure. Il sera en cuisine. Elle sera au service. Les deux ont soigneusement étudié leurs approvisionnements. Les légumes, les céréales et l'épicerie bio viennent de Pronatura (Pavillon bio de Rungis). Les viandes labellisées de la boucherie Metzger. «Je suis en train d'étudier comment travailler avec le GAB [Groupement des Agriculteurs Biologiques] d'Ile de France afin d'avoir des légumes bio de la région » précise Pablo Jacob. Une fois le lancement assuré, il compte bien nouer des relations en directes avec les producteurs en bio.

 

(suite…)

23/02/2017

Dîner des César : le Fouquet’s sert un menu bas carbone

_DSC02792 137 g eq  CO2, c'est le poids carbone du menu du dîner servi au Fouquet's à la suite de la 42e Cérémonie des César du cinéma,  le 24 février 2017.  Un chiffre en deçà du poids carbone moyen d'un menu français  estimé à 2,5 kg eq CO2. «Nous parvenons à ce résultat car le menu ne contient pas de viande de bœuf et fait une large place aux légumes de  saison, en majorité de la région Ile-de-France» souligne Clémentine Concas, responsable Développement Durable au sein du groupe Barrière.

 

Le menu servi aux 735 invités se compose :

– d'une Ballotine de foie gras de canard, Marbré de figues sèches, Confiture de betterave rouge, Compote de pomme / Brioche d'artichaut, soit un poids de 737 g eq CO2.

– d'un Homard poché au beurre noisette, Mangue jaune / Paris boutons, Oignons doux de Roscoff, Mousseline agria / Céleri-rave au curcuma, soit 997 g eq CO2.

– Du César 2017, un dessert à base de fruits exotiques :  ananas, kumquat, mangue, citron, citron vert et groseille, soit 403 g eq CO2.

 

(suite…)

Restauration21,
découvrez le Magazine

Restauration21 - Le magazine de la restauration durable
Feuilleter en ligne le Magazine #2 de Restauration21

Idées

La newsletter de Restauration21

Ecolab

  • Solutions d’hygiène durables

Metro

  • Partenaire des restaurateurs & commerçants indépendants

Chef’Eco

  • Gestion des déchets et du gaspillage alimentaire

Tournus Equipement

Ethic Ocean

  • Pour une pêche durable

CCI France

  • Eco-gestes et gains économiques

Bon pour le climat

  • Un menu

Liens utiles-partenaires